Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Traquemage

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 20 avis)

Vous aimez la Fantasy? Mais connaissez vous la Rural Fantasy,? Un détournement des codes ou l'humour à la part belle.


Heroic-Fantasy (pour de rire) Les meilleures séries terminées en 2019

Dans une campagne montagnarde c'est la saison de mener les brebis, (dont le lait sert à fabriquer le fameux fromage, le pécadou) dans les alpages. La chose n'est pas sans risque car la guerre des Mages fait rage et les dommages collatéraux sont nombreux. Pistolin s'apprête à mener son troupeau sur les hauteurs, mal lui en prend : une attaque décime son troupeau, une seule et pauvre bique en réchappe. Pistolin n'a plus qu'une idée en tête, massacrer tous les mages de la terre. Prenant la route avec son unique bique, Pistolin va vite comprendre que la tâche à laquelle il s'attelle est difficile, heureusement qu'en route il reçoit un peu d'aide en la personne de la fée Pâquerette, seul souci, elle est alcoolique.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Septembre 2015
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Traquemage © Delcourt 2015

06/09/2015 | sloane
Modifier


Par Blue Boy
Note: 4/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Tome 1 : Le Serment des Pécadous Brillant scénariste dont les œuvres sont toujours très attendues, Lupano aime à explorer tous les genres, du polar à l’Histoire, en passant par la comédie. Et parfois il en crée de nouveaux, comme ici avec cette nouvelle série de « rural fantasy », qui débute comme une utopie pastorale assez banale pour bifurquer très vite vers une parodie burlesque de l’univers de Tolkien. Relom, dont je ne connaissais pas le travail mais qui a déjà à son actif quelques ouvrages humoristiques, s’est adjoint cette fois les services d’un scénariste, et quel scénariste ! Avec « Traquemage », cet auteur reste dans son champ de prédilection, et apporte par son style généreux une certaine féérie à cette production qui aurait pu se contenter de n’être qu’une grosse poilade, féérie confortée par une colorisation soignée. Et si les visages à l’aspect caoutchouteux évoquant Crumb sont parfaitement adaptés au genre parodique, les décors, très bien dessinés, évoquent volontiers un village de la Comté cerné par l’herbe vert tendre, la montagne en plus, telle une invitation à s’immerger dans l’histoire. Il faut dire aussi que les cornebiques (terme utilisé pour désigner les moutons) ont des tronches absolument irrésistibles, notamment Myrtille, seule survivante du massacre perpétré par les mages. Celle-ci représente l’élément le plus comique avec la Fée Pompette et son penchant pour la boisson, sorte de croisement entre la Fée Clochette, Charles Bukowski et Jérôme Bonaldi. Quand cette dernière dote accidentellement Myrtille du pouvoir de cracher des flammes (ou plus exactement des flammèches), la pauvre bête, après avoir cramé un insignifiant lézard qui se la coulait douce sur son rocher, pensant ne faire qu’une bouchée de pain du dragon Rhölmar, va crânement le défier dans sa grotte… Ouarf, quand j’y pense, j’en ris encore… Une réussite prometteuse pour ce premier tome qui donne déjà envie de découvrir la suite, grâce à une alchimie qui semble fonctionner à plein entre Lupano et Relom. Une fois encore, Wilfrid Lupano nous propose un scénario à la fois original et fluide, à croire que le bonhomme ne sait pas ce que décevoir veut dire, et ce pour notre plus grand plaisir. Et bravo à Sloane qui a très bien décrit ce premier tome. Tome 2 : Le Chant vaseux de la sirène Avec ce tome 2, on peut dire qu’on les attendait au tournant, les maîtres de la « rural fantasy fromagère », j’ai nommé Lupano et Relom ! On s’était déjà bien gaussés avec « Le Serment des Pécadous », la suite allait-elle pouvoir nous amuser autant ? La réponse est juste un oui massif et sans ambigüité ! Accompagné de sa fidèle et désopilante Myrtille, l’inénarrable Pistolin et toute l’improbable galerie de personnages qu’il va croiser sur sa route ont un vrai talent, à défaut de ne pas être trop futés, celui de déclencher de jubilatoires fou-rires chez le lecteur. Sens très poussé du gag et de la punchline, visages hyper expressifs, Lupano et Relom constituent à l’évidence un duo à la synergie idéale. Le tout est magnifié par un dessin superbe, étonnamment chiadé par rapport au genre, où habituellement on tend à délaisser le décorum pour se concentrer sur l’humour. Une excellente série qui ragaillardit de belle façon le genre franco-belge en puisant ses références du côté de Fluide Glacial et de Kaamelott, tout en insérant en filigrane des thèmes d’actualité tels que l’ultralibéralisme ou l’environnement. « Le Chant vaseux de la sirène » est le tome qui risque bien, si ce n’est déjà fait, de faire devenir accros nombre d’entre nous ! Tome 3 : Entre l’espoir et le fromage Nous voilà donc parvenus à la conclusion de cette trilogie fromagère, avec un troisième tome qui ne faiblit pas en matière de gags et de rebondissements. Cette fois, Pistolin aura même la chance de rencontrer Dieu en personne, sous la forme inattendue d’un vieux jardinier placide. Le créateur va tenter de sortir le pauvre berger des écueils que celui-ci ne semble pas en mesure d’éviter, du fait notamment de sa propension remarquable à l’échec mais aussi d’une capacité de raisonnement quelque peu limitée… Une fois encore, le lecteur passera un très bon moment grâce au formidable talent des deux auteurs. Indéniablement, Lupano est un excellent scénariste (ça commence à se savoir depuis un petit moment) et maîtrise parfaitement les ficelles pour produire un bon gag en affinité avec l’air du temps : décalé (avec insertion d’éléments contemporains dans une histoire pseudo-médiévale), un rien potache, toujours sous-tendu par des préoccupations actuelles (les ravages d’un libéralisme sans frein, l’écologie…), et servi par des dialogues truculents dans la veine d’un Audiard et ou d’un Astier. Le dessin n’est pas en reste, et Relom fait plus qu’assurer le job. Guère étonnant qu’il ait fait ses premières armes à Fluide et à Psykopat, son style évoquant immanquablement Gotlib, mais un genre de Gotlib cinématographique, car si les mimiques des personnages font péter de rire, l’environnement et les paysages sont admirablement représentés, avec un luxe de détails incroyable et une mise en couleurs très soignée. L’alchimie entre les deux compères semble décidément avoir joué à plein. Résultat : « Traquemage » s’impose comme une des meilleures séries comiques de ces dernières années avec « Les Vieux fourneaux » (pour lequel Lupano est encore aux manettes). Le tout est extrêmement inventif, avec des personnages bien campés, même quand ils sont secondaires. Outre le gentil et nigaud Pistolin, on se souviendra longtemps de la délurée fée Pompette, de la drôlissime Myrtille, dont le statut est passé de simple cornebique à monstre de foire, ou de l’hilarant Merdin l’enchianteur, aussi crédule que dangereux avec son don de mettre la poisse à quiconque le croise. Et on s’y est tellement attaché depuis le début, à ces drôles de zigues, qu’on a presque l’impression de les connaître de longue date. C’est lorsqu’on referme ce troisième et dernier tome qu’on se dit avec regret qu’une telle série avait tout pour devenir les Astérix et Lucky Luke du XXIe siècle, si les concepteurs n’avaient restreint l’aventure à trois volets… Mais qui sait, devant un succès populaire croissant, peut-on espérer un changement de braquet de la part des auteurs et de l’éditeur ?

12/09/2015 (MAJ le 07/05/2019) (modifier)
Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Retour aux affaires pour Wilfrid Lupano qui se lance dans une sombre vengeance médiévale : Pistolin rêve en effet d'occire tous les mages du royaume qu'il considère pour responsable de la mort de son troupeau de brebis avec l'aide d'une petite fée alcoolique. Attendez ! Mais ce n'est pas sombre du tout cette histoire ! Les auteurs se vantent d'avoir inventé le "Rural Fantasy" ni plus ni moins. :) Il s'agit pour l'heure d'une vaste blague avec ce berger téméraire mais naïf qui n'a plus rien à perdre après l'hécatombe de son troupeau à l'exception de sa biquette Myrtille, probablement le personnage le plus sympathique du lot ! Après avoir tenté d'éliminer la fée Pâquerette pour premier fait d'arme, cette dernière complètement bourrée décide de le guider vers cette quête ultime : éliminer toute la magie sur terre ! Sans y aller par 4 chemins, voici une trilogie sympathique mais pas exempte de défauts. Relom pourtant si à l'aise avec son cultissime Andy & Gina où il était seul aux commandes semble bien seul avec un travail plus que correct mais sans grande originalité. Beaucoup d'arrière-plans sont vides et la colorisation est un peu terne. Là où "Donjon" et Spoogue font des miracles en termes d'idées ou de détails cachés sur des thèmes similaires, Traquemage prête davantage à sourire poliment qu'à en rire franchement. Il y a bien sur quelques séquences irrésistibles avec Myrtille et quelques trouvailles originales (la visite du "Grimoire") mais rien d'aussi fou que Sept Nains du même Sieur Wilfrid. Enfin étonnamment les auteurs décident de tout précipiter dans un troisième et ultime tome là où rien ne laissait présager une série aussi courte. L'intrigue comme l'univers se prêtaient pourtant à davantage de rebondissements et si la conclusion n'est pas si décevante, un peu de rab n'aurait pas -pour une fois- été un mal, bien au contraire. Traquemage n'est donc pas si vilain mais bien en deçà de l'intérêt suscité d'où une légère déception. Les aventures de Pistolin et de Myrtille restent tout à fait fréquentables le temps d'une soirée et/ou d'un emprunt.

07/02/2019 (modifier)
Par jul
Note: 4/5

Cela faisait un bail que je voulais lire cette fameuse bd "Traquemage", encensée sur ce site. J'adore le travail de Relom, qui a vraiment tenté quelque chose de novateur sur cette bd. Marier son style comique fluide glacial à un univers de médiéval fantasy je valide totalement. De plus, en feuilletant cette bd, j'ai trouvé le dessin assez jouissif. Dans un certain sens légèrement amateur (on sent que Relom débute dans cet univers) mais fourmillant de détails originaux et de mises en scène ultra inventives. Les pages sont assez jouissives la plupart du temps. Ce n'est pas que j'ai rigolé à gorge déployée, non ... J'ai à peine souri car je suis plus client de l'humour noir et cynique. Là c'est gentillet et mignon. C'est drôle surtout pour les enfants (bien qu'il y ait quelques petits détails gores). Non là je me suis surtout régalé en scrutant les détails du dessin. Etant moi même dessinateur, ce type de "comique fantasy" m'inspire. De beaux paysages, de jolies couleurs, de bons persos, le style comique n'empêchant pas une certaine fraîcheur et originalité dans les paysages et atmosphères. Lupano n'est bien sûr pas étranger à cet univers mais étant donné que je n'ai lu qu'une bd de ce scénariste et que je n'ai pas trop aimé d’ailleurs (Ma révérence) j'attendrais de lire une autre œuvre pour savoir si j'aime vraiment le travail de ce scénariste. Bref un petit 4 surtout pour le dessin de Relom.

27/08/2018 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Rho, la bonne BD que voilà ... J'ai attendu le tome 2 pour juger de ce que la série avait à proposer, et j'adhère complètement au concept. Voilà le genre de BD qui fait plaisir à lire : drôle et innovante, proposant des gueules peu courantes, des situations hilarantes et des répliques qui font sacrément mouche. L'histoire est prenante, et pour l'instant on se sent parti pour une quête épique dans la campagne profonde, loin des belles armures et des grands mythes. On se retrouve dans des dilemmes épiques et des situations rocambolesques. Le personnage principal est à la fois attachant et particulièrement drôle, avec son fameux pecadou (auraient-ils repris l'idée de Gotlib et son fameux Pecadou pas frescou ?), mais la fée alcoolique n'est pas en reste. Tout comme la brebis, dont j'attends avec impatience les nouvelles transformations (la pauvre ...). Le dessin est très bon, respirant le provincial, le rural, le terroir. Tout le monde est croqué avec une sacrée gueule, et ça sent le paysan dans les attitudes. Même la ville embourbée de vase est bien faite. Bref, un ensemble de bonnes idées sur une histoire prenante que j'ai envie de suivre. Vivement que la série continue, qu'on puisse découvrir ce traquemage assez peu banal, et ses aventures sans précédent !

11/12/2017 (modifier)
Par Canarde
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Canarde

Tome 1 Je ne peux qu'appuyer mes prédécesseurs, c'est on ne peut plus sympathique, et il faut absolument l'avoir sous la main pour se redonner la pêche si l'on en manque tout-à-coup. On s'identifie tout de suite à ce Pistolin, berger lambda qui est violemment secoué par l'arbitraire de mages omnipotents et ignorants des destinées qu'ils anéantissent. On transpose facilement cette exaspération devant l'incurie des puissants à n'importe quelle époque et pourquoi pas la nôtre... Les visages, les dialogues, les réflexions des personnages (premiers comme seconds couteaux) sont très attachants et proches de nous. Le rôle muet de la brebis Myrtille, avec ses mimiques et ses postures, les ressorts dramatiques qu'elle fait sauter, son dessin tout simplement, est très réussi. J'ai gardé les brebis avec ma grand-mère pendant toutes mes vacances auvergnates et le caractère extrêmement peureux et difficile à suivre de la race ovine convient parfaitement au rôle. Un bémol : Le coté rural du vocabulaire ne m'a pas paru très réussi, (genre le parisien qui s'imagine la campagne) mais heureusement ce n'est qu'un tic au début de l'album qui s'estompe au fur et à mesure que les personnages sont happés par leurs mésaventures. Tome 2 Enchantée aussi, même si, bien-sûr, on n'a plus la surprise devant le caractère du héros. Le Pistolin a finalement la chance de se trouver face-à-face avec un mage... et il manque de se faire retourner comme une crêpe, il s'attendrit devant les malheurs du méchant, l'ennemi lui fait miroiter monts et merveilles, bref, on est sur les dents : comment va-t-il pouvoir arriver à ses fins et ne pas se faire soudoyer bêtement ? Grâce à la fée, bien-sûr, qui toute alcoolique qu'elle soit, garde de la suite dans les idées... Comment allier merveilleux et syndicalisme, humour et sentiment, appelez Pistolin, il a de la ressource !

14/09/2015 (MAJ le 03/12/2017) (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Avec "Traquemage", Lupano et Relom nous la jouent pizza trois fromages ! Prenez une belle pâte prête à modeler en la personne de Pistolin, notre berger aspirant chevalier (bon, ok, y'a du boulot...), une bique acidulée répondant au nom de Myrtille et ajoutez une fée plus Pochette que Clochette tant son penchant pour la boutanche la rend ridiculement efficiente. Saupoudrez de hordes de monstres à la solde de sorciers se livrant bataille sans se soucier le moins du monde du reste du monde. Touillez très fort, et n'oubliez surtout pas une laaaarge rasade d'humour pour pimenter le tout ! Y'a plus qu'à enfourner et servir chaud ! Ce savant mélange labellisé "Rural Fantasy", s'il peut paraître surprenant expliqué comme ça se laisse plutôt bien digérer à la lecture. Cela tient en grande partie à la brochette des personnages plutôt truculents imaginés par Lupano qui évoluent dans un univers bien pensé ; ajoutez à cela son sens du dialogue bien rôdé et vous avez tout pour passer un très bon moment de lecture. Surtout que tout cela est très bien mis en image par Relom dont je ne connaissais pas le travail. Son trait précis et son sens du détail dans les décors donnent à cette aventure foutraque l'élan et la subtilité nécessaire pour que la farce prenne et donne corps à cette recette improbable. Reste à voir ce que la suite de cette série donnera après un démarrage sur les chapeaux de roue ! *** Tome 2 *** Et voici le tome 2 tant attendu ! Oui, car après un premier tome parti sur les chapeaux de roues, cette suite se faisait cruellement attendre. Et c'est ma fois un bel essai de transformé. Car si trop souvent les deuxièmes tomes de séries démarrées en trombe on parfois tendance à jouer les soufflés foireux, ici rien de tout ça. Alors oui, on pourra toujours dire que l'effet de surprise n'y est plus (et encore)... mais l'esprit reste et c'est ce qui compte ! Car ce qui fait le sel de cette série c'est la galerie truculente de personnages tous plus déjantés les uns que les autres, les dialogues aux p'tits oignons, et les rebondissements de cette quête farfelue de notre bon Pistolin. Car celui-ci va devoir affronter son premier mage... chaud les marrons ! Mais je vous laisse découvrir tout ça et je l'espère passer un très bon moment de détente et de rigolade ! Vivement la suite !

23/04/2016 (MAJ le 06/11/2017) (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Pistolin, berger de son état, n'a pour seule richesse que son troupeau de moutons quand ce dernier est décimé, victime collatérale de la guerre à laquelle se livrent les mages. Accompagné de Myrtille, sa dernière brebis, il décide de partir en guerre contre la magie et ceux qui la pratiquent. Dans sa quête il rencontre Pâquerette, petite fée vulgaire et alcoolique. L'aventure commence, elle ne sera pas triste. Lupano et Relom inventent la rural fantasy fromagère et cela a du goût. Traquemage s'impose d'emblée comme le chef-d’œuvre d'un genre dont il est, par l'instant, le seul représentant.

29/06/2016 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Mes camarades ont bien su parler des qualités de cette nouvelle série, encore une fois signée Lupano. Sur un sujet complètement anodin, et avec un anti-héros en tête d'affiche, il sait construire une histoire vraiment prenante, agrémentée de moments surprenants et de personnages tout aussi surprenants, comme la fée... Le dessin de Relom, que je ne connaissais pas, ou peu, s'avère lui aussi très agréable, même si j'ai parfois eu l'impression qu'il forçait sont trait pour qu'il corresponde au cahier des charges de l'histoire. C'est surtout au niveau des visages que je ne suis pas pleinement convaincu. Mais l'ensemble est vraiment plaisant, je lirai la suite avec curiosité.

21/06/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Au départ, je n'avais pas tellement envie de lire cette Bd, et puis devant la recrudescence d'avis positifs, et lorsque l'une de mes médiathèque l'a eue, je me suis décidé ; le résultat est satisfaisant et même très surprenant. Les auteurs revendiquent la "rural fantasy fromagère" en détournant les codes de la vraie fantasy ; pour l'instant ça se tient bien, les allusions à l'univers médiéval fantastique sont saupoudrées d'humour tout en gardant un ton semi-sérieux, à savoir que le récit se développe avec aussi un ton très premier degré. La limite est ténue, c'est pas facile de garder l'équilibre entre le ton parodique et fantaisiste aux gags inventifs et le fond qui reste crédible et bien typé fantasy, sans que l'un déborde sur l'autre. On se retrouve donc avec un mélange improbable de bestiaire fantastique, d'humour très actuel, et de conte à la Alphonse Daudet ou Marcel Pagnol ; c'est encore une quête mais pour rire. Le concept parodie de fantasy a pourtant été abordé ailleurs, notamment de façon outrancière mais voulue dans Krän, sauf que là le détournement se veut plus champêtre. Au niveau graphique, le dessin de Relom est bien plus appliqué que sur de précédentes séries comme Andy & Gina, il est joliment colorisé et rempli de détails dans des décors très soignés, il y a même des petits détails amusants contenus dans des cases qu'il faut savoir observer, sans compter des trognes de types laids assez drôles. La piste tracée par Lupano promet d'être étonnante, donc il faut attendre pour avoir confirmation, mais ça s'engage bien...

18/02/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Comme souvent avec Lupano, je trouve que le premier tome est bien fait, mais je ne vois pas en quoi il est exceptionnel. C'est de la fantasy humoristique où le héros est un plouc. J'ai déjà lu beaucoup d'histoires avec un héros loser, mais sa quête est assez originale : il veut se débarrasser de la magie parce qu'il y a une guerre entre des mages et que cette guerre a tué tout son troupeau sauf une chèvre et détruit son village. C'est intéressant comme quête et en plus le héros est plutôt attachant. Les auteurs parodient donc la fantasy et détournent les codes de ce genre. L'humour m'a souvent fait sourire et j'adore les moments où les auteurs utilisaient de l'humour noir. Il y a des gags moins réussis, mais globalement c'est bien fait. J'ai bien envie de lire la suite, mais je ne l'attends pas avec impatience.

17/02/2016 (modifier)