Le Troisième thé

Note: 3.25/5
(3.25/5 pour 8 avis)

Une découverte de l'Afrique toute en poésie, dans l'attente du troisième thé


Afrique Noire Bichromie Treize Etrange

Félix, pour sauver la boutique de ses deux amis antiquaires spécialisés dans l'Art Africain, part à Saint-Louis, Sénégal. Il a la mission de rencontrer un vieux sénégalais détenteur d'importants objets provenant de l'époque coloniale. Mais il faut prendre son temps là-bas pour faire de bonne affaire, au risque de tomber amoureux du pays, d'un art de vivre ou l'essentiel n'est pas d'acheter (ou de vendre), mais de profiter du temps qui passe ... Félix en fait la douce expérience ...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2002
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Troisième thé
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

05/10/2002 | fourmi
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Après Le Café du Voyageur, voilà que j'aborde une seconde oeuvre du même auteur à savoir Cailleaux. Il aime bien les voyages et nous entraîne cette fois-ci en Afrique à la recherche de veilles reliques. Cependant, on n'arrive pas à ressentir tout le charme de ce continent ainsi que l'ambiance suave. D'autres bd en comparaison y arrivent beaucoup mieux. Il faut dire que le style graphique épuré n'aide pas forcément. Le format de l'ouvrage est toujours de poche du genre lilliputien. Juste un conseil : prenez la loupe pour lire les dialogues ! Je crois également que c'est un peu la faute à une intrigue qui se complexifie au fur et à mesure. Il y a d'ailleurs une nette différence avec Le Cafe du Voyageur qui était plus léger. Pourtant, cette présente oeuvre a l'air d'être beaucoup plus connue et appréciée par ses lecteurs. On peut aimer l'Afrique, on peut aimer le thé... sans forcément apprécier ce one-shot.

03/10/2009 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Intrigué par son format de poche (pratique pour emporter en voyage !) et par son prix mini (dans un magasin de bd d’occasion), je me suis procuré « Le troisième thé » de Christian Cailleaux. Cet auteur, je le connais pour l’avoir découvert en lisant « R97 - les hommes à terre » dont je fus fasciné par son dessin. « Le troisième thé » met en scène Félix, un ami de deux antiquaires parisiens spécialisés dans l’art africain. Un jour, ces deux commerçants reçoivent une information d’un sénégalais que des objets apparemment rares et en assez bons états sont abandonnés chez un vieil homme. Ceci est une nouvelle très importante pour les deux antiquaires d’autant plus qu’ils sont en difficultés financières et par conséquent sentent la bonne affaire et l’occasion de relancer leurs commerces. Ne pouvant se rendre sur place au Sénégal, ces deux hommes demandent à Félix d’y aller pour vérifier l’information. Félix l’accepte sans problème en souvenirs de son premier bon séjour dans ce pays… Je dois avouer que cette histoire ne m’est pas apparue très fascinante. En fait, ce qui fait le charme du « Troisième thé », c’est sa capacité à nous faire sentir l’atmosphère du Sénégal, ses habitants, leurs quotidiens, leurs façons d’y vivre. J’y ai aimé les rencontres avec les gens de cette nation que faisait Félix. J’y ai apprécié aussi la manière dont ce personnage prenait son temps, c’est une ambiance qui m’avait très marqué lors de mes séjours dans les pays du Maghreb (Afrique du Nord) et dont l’auteur y a très bien retranscrite. D’ailleurs, Christian Cailleaux m’a donné l’envie de visiter le Sénégal… Au fait, il y a une chose qui m’a un peu dérangé dans ce récit, c’est le rôle de la femme africaine : peu bavarde, la plupart du temps illettrée et… bonne ménagère. Quant à cette histoire d’antiquaires, je reconnais que ce n’est pas ça qui m’a accroché à cette lecture. Franchement, je n’en avais rien à cirer ! J’y aimé aussi le style de Christian Cailleaux. Graphiquement, en comparaison avec « R97 - les hommes à terre », je préfère « Le Troisième thé » qui nous propose une mise en couleurs en bichromie. Par son mini-format, par son atmosphère bien rendue de l’Afrique (enfin, disons que l’auteur retransmet bien le ressentiment que j’avais eu lorsque j’ai séjourné sur ce continent) et par les relations simples et amicales entre le héros et ces habitants, « Le Troisième thé » m’est apparue une bd très sympa à lire. C’est aussi un album qui me donne l’envie de voyager… Quant au récit proprement sur le métier d’antiquaire, ça ne m’a franchement pas intéressé. A noter que l'éditeur a sorti cette bd en deux couvertures différentes, à vous de choisir celle qui vous semble la plus belle... Une lecture agréable.

26/07/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai beaucoup accroché à ce récit grâce à l'ambiance qu'il a su instaurer dans mon esprit, une ambiance teintée d'Afrique Noire et de Maghreb, de philosophie de vie où l'on profite du temps et du moment présent, de sérénité. C'est très zen tout ça. Je ne connais pas la ville de Saint-Louis, je ne sais donc pas si elle est véritablement telle que l'auteur la dépeint. De ma connaissance de l'Afrique, j'y trouve beaucoup d'authenticité, mais aussi un aspect un peu enjolivé peut-être, trop propre, trop tranquille, tournée vers la tradition et pas défigurée par la mondialisation. Dans tous les cas, qu'elle soit vraie ou pas, c'est une belle image. J'y ai ressenti un respect et une douceur de vivre similaire à celle de la série Le Vent dans les Sables, tout en étant un peu plus adulte et moins naïf. Le récit est original et plaisant. J'ai été surpris par le petit format souple mais l'histoire est dense et on en a pour son argent. La quête d'oeuvres anciennes pour le magasin d'antiquités des oncles du héros y est un bon prétexte. Même si l'intrigue en elle-même n'est pas palpitante, j'ai été transporté par son atmosphère. Ceci étant dit, je regrette un peu le passage au Québec qui brise un peu le charme. Je me suis fait la réflexion que la fin du récit était tout d'abord amère à l'image d'un premier thé, puis douce comme le second thé, et comme pour le héros mon esprit restait ouvert en attendant le troisième thé. Charmé et dépaysé.

29/06/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Sympa ce petit opus... Je ne connaissais pas Cailleaux, visiblement un digne représentant de la ligne claire chère à Dupuy et Berbérian (qu'il remercie à la fin), mais j'ai bien aimé "Le Troisième thé". C'est une invitation au voyage, une ode à l'Afrique, un petit dépaysement, l'espace des 20 minutes que vous passerez à lire cet album. 20 minutes fort agréables, mais loin d'être passionnantes, cependant. Il ne se passe pas grand-chose. Une lenteur voulue par l'auteur, censée représenter la langueur, la nonchalance du Sénégal, qu'on a presque envie de visiter, du coup. A lire pour quelques minutes d'évasion, mais pas grand-chose de plus.

05/07/2007 (modifier)
Par Cassidy
Note: 3/5

C'est assez agréable à lire, et le dessin, bien qu'assez simple en apparence, est plutôt chouette. L'utilisation de la couleur "thé" comme unique couleur dans cet album en noir et blanc est une idée sympa. Et en même temps, ben... C'est sympa certes, mais c'est quand même pas passionnant. Et puis elle me gêne un peu, cette BD... Y a un côté, comment dire, pas colonialiste non, mais... Enfin, disons qu'elle nous montre l'Afrique comme un joli décor tout propre de carte postale pour Blancs bien éduqués cherchant à fuir l'agitation des grandes métropoles et les femmes occidentales, ces pétasses trop autoritaires, pour rencontrer des jolies jeunes Noires troublantes et possédant ces qualités que le vrai mâle est en droit d'exiger d'une femme : pas bavardes, et sachant rester à leur place de gonzesses : à la maison à faire le ménage ou à préparer le thé...

29/10/2002 (modifier)
Par ArzaK
Note: 5/5

En voilà un album délicieux! Pour un peu, on en sentirait l'odeur, de ce troisième thé! Il se dégage de ce dessin pourtant minimaliste et de cette bichromie, une ambiance très suave. Ca se lit comme un carnet de voyage. Mais un voyage immobile, une rencontre avec une autre temporalité, celle de l'afrique, où l'on vit le temps d'une manière différente. Autant vous avertir : très peu d'action ici, c'est dans la lenteur que tout se déroule, l'important n'est pas ce qui se passe mais la manière dont les choses se vivent. L'auteur utilise ce temps ralenti à la manière d'un romancier, c'est fin et subtil. L'histoire est jonchée de signes à interpreter, je la crois assez allégorique et je suis certain d'y découvrir encore des subtilités, lors d'une deuxième lecture... ou d'une troisième... assis dans mon fauteuil, avec un thé à la main...

22/10/2002 (modifier)

Lu chez Régis, ce petit album certes sympathique ne me laisse pas une impression mémorable. Agréable à lire, présentant bien, les (deux) couleurs donnent un cachet certain à l'album. Le dessin n'est pas franchement travaillé et ne me plaît qu'à demi, voire un peu moins. Côté scénario, c'est là ce qui me fait mettre une telle note; en effet, si l'histoire est gentillette, elle ne m'a vraiment pas passionné. Malgré cela, je vous invite à consulter ce petit livre, son originalité étant indéniable.

22/10/2002 (modifier)
Par fourmi
Note: 4/5

Laissez-vous emporter par cette petite bd vers un beau voyage ... Destination ... L'Afrique. Attérissage à Saint-Louis, Sénégal. A travers les recherches d'un trésor, Cailleaux nous invite à découvrir le mode de vie des Africains, leurs coutumes et leur singulier rapport au temps. Une illustration simple, deux couleurs seulement mais suffisantes pour capter ce pays, à vous faire ressentir "l'essentiel". Le fameux trésor n'est peut-être pas celui que l'on croit ... Un troisième thé ??

05/10/2002 (modifier)