Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Robin Hood (Simon Roussin)

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Tout le monde connait la légende de Robin Hood, qu’il soit représenté en renard ou par Sean Connery, le personnage est magnifique. Un héros par excellence qui vole aux riches et donne aux pauvres. Mais connaissez-vous la véritable histoire de Robin ? Ce récit existe depuis la nuit des temps et a finalement connu tant de relectures successives que c’est de plein droit que Simon Roussin nous offre sa version contemporaine, colorée mais acide, au sens propre et figuré, pleine d’humour et d’amertume, drôle et angoissante, virile et sensuelle.


Robin des Bois

Tout le monde connait la légende de Robin Hood, qu’il soit représenté en renard ou par Sean Connery, le personnage est magnifique. Un héros par excellence qui vole aux riches et donne aux pauvres. Mais connaissez-vous la véritable histoire de Robin ? Ce récit existe depuis la nuit des temps et a finalement connu tant de relectures successives que c’est de plein droit que Simon Roussin nous offre sa version contemporaine, colorée mais acide, au sens propre et figuré, pleine d’humour et d’amertume, drôle et angoissante, virile et sensuelle. Ça commence comme un exercice de style, on a l’impression de refaire un chemin connu en compagnie de l’auteur, on découvre un univers de bois et de forêts tracés aux feutres, des couleurs psychédéliques superbes. Tout y est, mais Robin semble avoir l’épée un peu facile, et l’on s’éloigne peu à peu du politiquement correct. Et puis il y a petit Jean qui se balade un peu trop souvent tout nu, trop de baignades dans l’eau fraîche l’auront lassé de se rhabiller sans doute. Mais qu’en est-il vraiment, au fait, de leur relation à ces deux là ? Le récit glisse doucement vers autre chose, on quitte le sentier balisé, on s’égare dans la forêt obscure de Sherwood... La fin sera tragique et digne du mythe, mais inattendue. Robin sauvera-t-il vraiment ses compagnons prisonniers du terrible shérif ? Marianne enfin dans ses bras ? Rien n’est moins sûr !

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Mars 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Robin Hood (Simon Roussin)

15/02/2018 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Je suis passé complètement à côté de cet album et je ne sais pas trop comment en parler. C'est l'histoire de Robin des Bois revisitée pour être... plus réaliste ? Plus caustique ? Décalé ? Second degré ? Ou bien à l'inverse naturaliste ? Je n'ai pas su le comprendre. Il y a d'abord le dessin qui détonne. C'est un style faussement naïf. Un trait pas vraiment enfantin mais au mieux adolescent, proche de l'amateurisme même si réalisé par quelqu'un sortant d'une vraie école d'Arts Décoratifs. Une colorisation pétante, presque psychédélique, et réalisée à ce qui semble être un gros feutre humide là encore comme une création de collégien. Je ne sais pas si quelque chose motive en particulier ce choix graphique mais je ne suis pas du tout tombé sous son charme. Puis il y a l'histoire elle-même. On y retrouve les éléments clés de la légende universelle de Robn des Bois : le Shérif de Nottingham, la forêt de Sherwood, Marianne, Petit Jean, la bande de Robin et lui en chef de ces hors-la-loi. Mais tout est aussi subtilement différent. Robin y est un être basique voire médiocre, jouant les braves mais en réalité égocentrique et meurtrier, comme ces héros que les enfants s'imaginent dans leurs jeux et leurs histoires qui a le droit de tuer tous ceux sur son chemin car lui-seul compte ainsi que l'objectif qu'il se donne. En guise de preux volant aux riches pour donner aux pauvres, il vole tout court ou gagne de l'argent en vendant ses services sexuels à la femme du shérif. Son compagnon Petit Jean est un gros moustachu qui passe son temps à poil et dont la relation avec Robin est plus qu’ambiguë. Et ainsi de suite. Cela ressemble à une parodie caustique démystifiant la légende mais en même temps cela semble ne pas en être une. Car il n'y a pas d'humour ou alors seulement au troisième degré et au-delà. Quant à la narration, elle est faite au présent sur un ton aussi naïf que le dessin et le caractère des protagonistes. Vraiment, je n'ai pas su comment appréhender cette BD qui n'a pas su me parler ni en terme de graphisme ni en terme de contenu.

15/02/2018 (modifier)