Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi Cultura ?

Hommes à la mer

Note: 4.11/5
(4.11/5 pour 9 avis)

Album cartonné regroupant huit nouvelles sur le monde maritime


Adaptations de romans en BD Best of 2010-2019 Futurs immanquables One-shots, le best-of Soleil Vieux gréements

Huit histoires indépendantes sur la mer, librement adaptés d'auteurs classiques. J. Conrad, W.H. Hodgson , P. Mac Orlan E.A. Poe, M. Schwob, R.L. Stevenson

Scénario
Dessin
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 29 Octobre 2014
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru

Couverture de la série Hommes à la mer © Soleil 2014
Les notes
Note: 4.11/5
(4.11/5 pour 9 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

30/10/2014 | sloane
Modifier


Par Benjie
Note: 4/5
L'avatar du posteur Benjie

Dernier album d’une excellente trilogie sur la mer, les hommes qui l’affrontent et leurs drames. Mon préféré : Le Loup des Mers. Dans cet album, comme dans les trois autres, c’est la mer qui décide et l’homme finit toujours par se soumettre. Le découpage de cet album en courtes nouvelles est finalement un peu frustrant ; je préfère nettement un seul récit, qui prend le temps de se développer, de proposer des grandes planches de dessins et de belles monochromies. Si la mer est omniprésente, l’album, comme les deux autres, est en fait surtout une histoire d’hommes que les éléments poussent à la limite de leur résistance physique et surtout mentale. Un album émouvant, plein de sensibilité...

22/07/2022 (modifier)
Par Solo
Note: 5/5
L'avatar du posteur Solo

Cette trilogie maritime de Riff Reb's restera la plus grosse claque reçue en 2021 et pour les années à venir... Quel bonheur ! Un bonheur inégalable en ce qui concerne les histoires maritimes. Là encore, bien que les nouvelles soient courtes, tout ça me parle, je capte direct... Que Riff Reb's vive dans une ville portuaire, soit. Mais qu'il arrive si admirablement à adapter ces histoires maritimes, c'est à croire qu'il a vécu toute sa vie en mer (au même titre que la dernière nouvelle, très belle). Mais non, en vérité il réussit à puiser l'essence de chacun de ces bouquins pour offrir une adaptation puissante, sombre et belle, débordante de mélancolie et de mystères, en des lieux où la nature domine toute chose et où les bateaux semblent n'être que de fragiles objets origamiques. En ce qui me concerne, Riff Reb's réussit à mettre les mots et les images sur l'idée littéraire que je me fais du marin au milieu de cette vaste étendue d'eau. Le chef d'oeuvre est pour moi complet, la trilogie est à posséder les yeux fermés.

27/06/2021 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

L’auteur vient de terminer sa trilogie consacrée à la mer en adaptant des classiques. On saura désormais que c’est un grand spécialiste et amoureux des récits marins. Il est vrai que le titre A bord de l'Etoile Matutine n’avait rien de vraiment extraordinaire pour moi. Il a mieux réalisé à mon goût Le Loup des Mers. Puis vient ce troisième opus qui est un peu passé inaperçu malgré ses deux précédents succès. Là encore, on peut trouver ennuyeux que tout semble raconté par la voix narrative. Par ailleurs, tous les chapitres ne se valent pas en termes de chute finale du scénario. Le plus souvent, c’est très sombre car tout le monde meurt et la mer sort toujours gagnante. Cela fait quand même très cliché dans le glauque. Par contre et c’est sans doute le gros point fort de l’auteur, graphiquement, c’est époustouflant de beauté et de réalisme. On est littéralement immergé et c’est bien le cas de le dire. Il n’y a pas son pareil pour mettre en avant les ambiances maritimes.

16/03/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Après A bord de l'Etoile Matutine et Le Loup des Mers, Riff Reb’s conclut ici sa belle trilogie d’adaptations de textes sur la mer et les marins. Comme les deux précédents opus, celui-ci est très recommandable. Mais il souffre je trouve du choix de l’auteur, de ne pas adapter un seul texte, mais plutôt une série de nouvelles. Cela peut donner de bons résultats, mais cela le bride aussi, chaque nouvelle étant « traitée » en 8 pages environ (entre chaque histoire, Riff Reb’s nous offre de petits intermèdes, un extrait de texte classique illustré d’un dessin, le tout en une page). On ressort alors quelque peu frustré de la concision de ces histoires, même si Riff Reb’s s’en sort ici plutôt bien. Par contre, j’ai, encore une fois, trouvé très bon son dessin, mais aussi la colorisation, toujours très sombre (comme la plupart des récits d’ailleurs !), chaque histoire ayant sa couleur attitrée. C’est encore une fois une belle réussite graphique. Note réelle 3,5/5.

17/12/2016 (modifier)
L'avatar du posteur eric2vzoul

Hommes à la mer clôt la “trilogie maritime” de Riff Reb's. Après A bord de l'Etoile Matutine de Pierre Mac Orlan et Le Loup des Mers de jack London, il poursuit ses adaptations de récits de mer avec un recueil de nouvelles commises par différents auteurs classiques. Des chapitres courts, nerveux, brillants, entrecoupés d'extraits choisis de romans d'aventures illustrés par une superbe planche où l'auteur assume son admiration pour les grands dessinateurs de romans-feuilletons du XIXe siècle. Une occasion de découvrir, ou de redécouvrir, un genre littéraire tombé en désuétude. Certaines des nouvelles sont excellentes ; j'ai particulièrement aimé le court récit intitulé La Chiourme de Mac Orlan (toute la nature humaine et les rapports sociaux résumés en quelques pages quasi muettes) et aussi Le naufrage de Stevenson (une dernière bouffée d'absurdité ironique avant le grand plongeon). C'est tout aussi remarquable que les deux précédents opus. Du très très grand art. Merci Monsieur Riff Reb's de ressusciter ces grands récits de mer oubliés, et de le faire d'une façon aussi magistrale.

10/07/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Riff Reb's termine sa trilogie maritime avec ce recueil d'histoires courtes. On retrouve non seulement huit nouvelles adaptées en BD, mais aussi des extraits d'histoires avec une illustration de Riff Reb's. Je n'avais jamais lu ses nouvelles (enfin, peut-être celle de Poe, mais si c'est le cas je n'en ai aucun souvenir) et donc j'ai eu du plaisir à les découvrir avec le trait formidable de l'auteur. Ses histoires sont sombres et j'aime ça. La narration est excellente (on ne dirait pas du tout que les récits sont des adaptations) et le dessin de Riff Reb's est splendide. Il n'y a que Le Grand sud qui ne m'a pas totalement convaincue, mais les autres sont des histoires qui réussissent l'exploit d'être memorable même si elles sont courtes. À lire absolument si on a aimé les deux albums maritimes de l'auteur.

28/05/2016 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Moi qui avait découvert Riff Reb's avec son envoutant Le Loup des Mers adapté de Jack London, je ne pouvais passer à côté de cette dernière réalisation. Ayant même eu la chance de le rencontrer pour une interview à Angoulême il y a 2 ans, j'avais hâte de replonger dans cet univers graphique si particulier ! Alors, ce dernier Rif ??? Si le talent est au rendez-vous, c'est avec une légère pointe de déception que j'ai attaqué ma lecture. Moi qui attendais un récit complet, qui vous embarque de la première à la dernière page, j'ai un peu tiqué en découvrant qu'il s'agissait d'un recueil d'adaptations de nouvelles... Mais bon, "Haut les cœurs !" me suis-je dit, et quand on voit la liste des auteurs avec qui il s'embarque, on se dit que même si l'on aurait préféré voyager au long cours, ces courtes régates ne devraient pas démériter. Et c'est ce qui s'est passé. On se laisse happer par le rythme et le graphisme de ces courts récits bien choisis. Chacun y aborde une facette sombre de notre humanité et des hommes de mer. Un monde qui malgré tout reste encore aujourd'hui à part, et que la littérature a toujours pressenti comme terreau fertile pour l'épique et le drame. C'est ce que nous restitue à merveille Riff Reb's avec ce coup de crayon si particulier et une mise en couleur toujours faite d'aplats et de contrastes qui exacerbe ses récits. Alors ne boudons pas notre plaisir, cet album qui clos cette trilogie maritime est encore une très belle réussite.

09/12/2014 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

Avec ce dernier opus de sa trilogie consacrée à la mer, le bédéaste havrais, après A bord de l'Etoile Matutine et Le Loup des Mers, s’attaque une fois de plus à des auteurs classiques pour qui l’immensité marine tenait une place importante, parmi lesquels Joseph Conrad, Edgar Allan Poe, Robert-Louis Stevenson, Jules Verne, Victor Hugo. Le trait si particulier de l’auteur, dans un style franco-belge agrémenté de magnifiques clairs-obscurs, fait parfaitement ressortir le mystère et la folie imprégnant un univers où cohabitent tous les extrêmes, où l’homme n’a aucune prise. Ces courtes histoires sont entrecoupées d’extraits littéraires illustrés par une seule planche évoquant à merveille les grands romans d’aventure du XIXème siècle. Et c’est toujours un vrai plaisir pour les yeux. Du reste, même si ces histoires au goût iodé dépaysent l’âme, elles ne m’ont pas laissé un souvenir impérissable, tant s’en faut, après le sublime Le Loup des Mers qui m’avait révélé ce dessinateur talentueux. Ce décalage pourrait trouver sa justification dans les propos de Riff Reb’s expliquant en fin d’ouvrage pourquoi il a choisi ce format : « Je n’ai pas trouvé dans mes lectures sur ce thème un récit complet, adaptable à mes yeux. Pensant ne pouvoir faire aussi bien, j’ai donc choisi de faire différent [en faisant] du dernier volume une sorte de petit tour d’horizon. » Je n’ai pour ma part aucun doute quant à la capacité de cet auteur à nous proposer à l’avenir de beaux récits puissants.

29/11/2014 (modifier)
Par sloane
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Grandiose! Et encore pour moi le mot est faible. Riff Reb's fait encore une fois très fort avec cette adaptation de huit nouvelles sur le monde maritime. Excusez du peu il s'attaque pas moins qu'à : Joseph Conrad, "Un sourire", William Hope Hodgson, "Les chevaux marins" et "Le dernier voyage du Shamraken", Pierre Mac Orlan, "La chiourme" et "Le grand sud", Edgar Allan Poe, "Une descente dans le maelström", Marcel Schwob, "Les trois gabelous" et Robert Louis Stevenson, "Le naufrage". Afin de nous permettre de respirer, entre chacune de ces nouvelles est inséré un extrait d'un grand texte de la littérature. Cela va de Homère à Jules Verne en passant par Eugène Sue, Jack London ou Victor Hugo, je vous laisse découvrir les autres. Ces extraits, accompagnés par une illustration, ponctuent le récit des nouvelles. En lien avec la mer, les marins, ils renforcent le propos ou amènent un éclairage autre sur l'histoire qui va débuter. Le procédé est original et je trouve fort bienvenu. Venons en aux huit nouvelles mises en images par Riff Reb's; je l'ai dit plus haut c'est grandiose! En quelques pages il arrive par son dessin à nous mettre exactement là où il faut et dans l'état qu'il faut. Bien sûr l'on pourra dire que certaines adaptations sont meilleures que d'autres. Personnellement je dirais qu'il ne faut pas faire de choix, chacune d'entre elles est capable de nous dire quelque chose et puis n'oublions pas la chose primordiale. Il s'agit là de l'adaptation de nouvelles écrites par ce que l'on pourrait appeler des pointures de la littérature, Conrad, Stevenson, Mac Orlan et dans le genre fantastique Poe et Hodgson. Certes il ne suffit pas d'avoir de grands auteurs, encore faut-il que l'illustrateur soit à la hauteur. A ce titre je rappellerais simplement le travail effectué sur Le Loup des Mers et A bord de l'Etoile Matutine. Le dessin propose, par les couleurs employées des ambiances extrêmement variées. Le rouge des bonnets dans "La chiourme" qui déjà laisse présager de la fin, sur "Les chevaux marins" ce ton sombre, verdâtre qui nous plonge au fond de l'eau, etc.. Ces histoire ne sont pas franchement gaies, elles tirent vers le sombre, le drame et un peu de fantastique avec Poe. Elles dégagent beaucoup de mélancolie mais en même temps un immense amour de ce monde maritime magnifié par un dessin solaire dans la dernière adaptation, "Le dernier voyage du Shamraken" où l'équipage aussi vieux que le navire ne peut quitter un monde qui l'a vu naître et vivre. Achat indispensable, à noter quelques mots de l'auteur en fin d'ouvrage, excellent pour conclure la lecture de ce très bel objet.

30/10/2014 (MAJ le 30/10/2014) (modifier)