Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Lucy Loyd's nightmare

Note: 4/5
(4/5 pour 5 avis)

Lucy Loyd, la reine du comics horrifique américain, est de retour. Son nouvel album Nightmare vous promet des nuits agitées et des litres d'hémoglobine.


Hubert L'horreur en bande dessinée Les prix lecteurs BDTheque 2014

Lucy Loyd, la reine du comics horrifique américain, est de retour. Son nouvel album Nightmare vous promet des nuits agitées et des litres d'hémoglobine. Des obsessions morbides d'un amant trompé à la lutte sanguinaire d'un shérif face à une horde de zombies, des errements meurtriers d'un poète alcoolique à la voracité d'un dinosaure en plastique... Vous n'êtes pas au bout de vos peines.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Avril 2014
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Lucy Loyd's nightmare
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

14/04/2014 | pol
Modifier


Par Gaston
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Gaston

Merci à Jetjet de m'avoir recommandé la lecture de cet album. Au début, je pensais que c'était juste une suite d'histoires d'horreurs à la EC Comics et qu'entre deux récits on avait droit à des séquences un métaphysique avec des gens qui lisent dans un comics comment ils vont mourir et puis vers le milieu de l'album j'ai commencé à me rendre compte que les histoires ont des liens entre-elles et que c'était encore plus métaphysique que je le pensais. Le scénario est prenant et les histoires courtes d'horreur ont de très bonnes fins. Il y a du gore, mais pas trop, l'humour noir fonctionne bien et les auteurs partent dans un délire sans que cela tombe dans le grand-guignolesque (quoique vers la fin j'avais un peu peur qu'ils en fassent un peu trop). Le dessin est bien fait et c'est un très bon hommage aux vieux comics d'horreur qui s'amusent avec la narration tout en ne se prenant pas trop au sérieux. Je voudrais bien savoir qui sont les mystérieux auteurs de cet album. Si je me fie au sujet sur le forum BDgest, il y a de grandes chances que le scénariste soit David Chauvel.

02/02/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai rarement lu une oeuvre aussi maîtrisée sur le thème de l'ambiance horrifique. Oui, ces petites histoires qui s'enchaînent sont horribles à plus d'un titre. Rien ne sera épargné aux lecteurs malgré un dessin bon enfant. La peur s'installe progressivement mais laisse place à la fin à un brin d'humour. Il suffit de lire une BD pour voir comment se déroule les instants d'après sa propre mort. Bref, il va falloir du courage. J'ai apprécié ces récits en apparence déconnectés les uns des autres mais qui sont en réalité reliés depuis le début dans une belle mise en abyme. Cette BD reprend tous les codes du genre pour nous offrir une aventure plus que divertissante, presque jouissive. Bref, j'aime me faire surprendre. Cette oeuvre a répondu à toutes les attentes d'un public en quête non seulement d'originalité mais surtout de maîtrise.

02/11/2014 (modifier)
Par Pasukare
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pasukare

Merci Jetjet de m'avoir fortement suggéré cette BD, elle vaut vraiment le détour ! Je l'ai commandée d'occasion sur un site marchand dont je tairai le nom et en la feuilletant rapidement jusqu'à la fin pour voir si son état général correspondait à ce qui était annoncé, j'ai failli m'insurger contre le vendeur qui la prétendait "comme neuve"... ah ah ah, c'est en arrivant aux dernières pages du bouquin que j'ai compris (j'vous dis pas quoi, faut l'acheter pour savoir). Cette suite de nouvelles humoristico-horrifiques est une habile construction autour d'un bouquin qui ne réussit pas du tout à ceux qui le lisent... Les histoires s’enchevêtrent, se croisent et se justifient mutuellement dans les moindres détails et jusqu'à la dernière page, c'est un vrai plaisir de découvrir page après page tous ces liens. Graphiquement c'est plus que correct et une fois de plus la preuve que l'on peut faire du comics qui ne fait pas mal aux yeux (mais pas à la hauteur de Gabriel Rodriguez dans le fameux Locke & Key). A acheter les yeux fermés et à lire et relire pour être sûr de n'avoir rien loupé !

11/06/2014 (modifier)
Par Jetjet
Note: 5/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Tout commence par un bouquin sorti de nulle part et posé avec hésitation par le libraire entre comics et bd franco-belge… Tout commence par un livre scellé avec sur-couverture noire classe et mystérieuse où seule une main rouge semble appeler de l’aide et un 4ème de couverture représentant un dinosaure affublé d’une clope et de ray-bans. Tout cela finit par m’intriguer et c’est avec davantage de curiosité que d’envie que je me suis lancé dans cette lecture tentaculaire qui au final ressemble à un gigantesque tour de grand huit dont on ressort le sourire aux lèvres. Du tout bon et je vais m’en expliquer…. Reprenant le principe des histoires horrifiques propres des Tales of the Crypt et autres Creepshow, Lucy Loyd’s Nightmare relève non seulement le challenge d’en être une déclinaison contemporaine mais se paye de le luxe d’être de surcroit un fantastique livre-concept où toutes les histoires s’entrelacent intelligemment par un fil narratif et la récurrence de certains personnages. Le livre lui-même est représenté comme un objet maudit écrit par une certaine Lucy Loyd, papesse de ce style de comics et annonce des éléments violents, gore et grand guignolesques aidés par un cadrage remarquable, des doubles pages superbes et un certain art de la mise en scène (ma recommandation serait de ne pas le feuilleter histoire d’en garder toute la saveur de la découverte). Aidé de surcroit par un dessin superbe à l’américaine par un auteur inconnu, les histoires apportent des chutes bien cyniques qui m’ont fait hurler de rire (A good man et sa morale, bad habits et son shérif mégalo) entre quelques éclaboussures car oui on baigne dans le sanguinolent mais pas dans le glauque et rarement le vulgaire. David Chauvel (Lucy Loyd ?) truffe son récit de références discrètes et nuancées en faisant directement référence à John Carpenter (On pense directement à L’antre de la folie et un personnage ressemble curieusement à Kurt Russel) et les diverses manipulations des différents récits donnent l’envie de relire de suite le bouquin histoire de repérer tout un tas de détails discrets et savoureux jusqu’au clin d’œil de page de garde final. Un petit bijou qui devrait remporter l’adhésion et dont il ne vaut mieux pas trop en dire pour en laisser la surprise mais j’applaudis de vive voix le concept qui va encore plus loin que les pourtant très bons Doggybags dans un registre similaire mais différent. Lucy Loyd’s Nightmare se doit de figurer en tant qu’objet précieux et dédicacé :) dans votre bibliothèque. « Very clever » !

30/05/2014 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Cet album est une suite d’histoires courtes, plus ou moins dépendantes car on va y retrouver en fil rouge quelques personnages et surtout un livre. Lorsque celui-ci va passer de mains en mains sont nouveau propriétaire sera le prochain à mourir, et il est plus que probable que ce sera atroce, douloureux et horrible. Evidement tout ça ne se prend pas au sérieux et c’est très second degré. On sourit autant, même plus, qu’on est effrayé. Il y a clairement une filiation avec les contes de la crypte, cette lointaine émission qui diffusait des petits films d’horreur teinté de déconnade. On y retrouve le même esprit. C’est amusant sur certaines histoires, moins percutant sur d’autres, il y a de tout.Je suis bien rentré dedans et puis je me suis un peu lassé sur la deuxième moitié. J’avais ma dose de morts et de zombies. ll faut quand même souligner les efforts pour essayer de varier les histoires et renouveler les contenus à chaque chapitre. Entre les clins d’œil aux autres histoires précédentes et celles plus originales, il y a de bonnes idées. J’ai particulièrement bien apprécié le petit tyrannosaure en plastique de la dernière histoire. Encore plus décalé que le reste, encore plus barré ! Ce dernier chapitre en forme de conclusion m’a permis de reposer l’album avec le sourire. Le meilleur pour la fin…

14/04/2014 (modifier)