Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Babylone (Zezelj)

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Un vieil homme et sa petite fille se battent contre ceux qui transforment New-York en monstrueuse Babylone...


BD muette New York

Brooklyn grouillante de vie est livrée aux mains des promoteurs et des spéculateurs. Des politiciens corrompus veulent transformer New York en monstrueuse Babylone. Le pinceau virtuose et rageur de Danijel Zezelj s'engage pour la défense de l'humain... Chant d'amour à la ville et ses artistes, cri de révolte contre les affairistes, cette extraordinaire bande dessinée muette d'une centaine de pages est une fable émouvante et poétique. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Juin 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Babylone (Zezelj)
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

08/07/2013 | Alix
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Le dessin de Danijel Zezelj est relativement original, et je l’ai trouvé beau, avec un trait très gras, et parfois un travail au rendu proche de l’aérographe, ou alors de gros coups de pinceau rageurs : le Noir et Blanc est tout à fait raccord avec l’ambiance un peu blues, assez noire développée dans l’album. Je regrette juste quelques cases un peu difficiles à lire. En plusieurs courts chapitre, c’est une sorte d’hommage à un quartier de New-York, ses rues – la rue en général – et son architecture élancée (et à ceux qui la bâtissent). Après la ballade proposé par un vieux bonhomme et un gamin, les dernières pages sont bien plus poétiques – certaines planches sont d’une grande beauté – le côté sombre et sans doute imparfait ou incomplet de certains détails ajoutant un voile de mystère qui flatte notre imagination. Je découvre cet auteur avec cet album, et, si j’en ai l’occasion, je poursuivrai l’expérience. En effet, son travail graphique vaut le détour, et sort des sentiers battus. Pour ce qui est de la narration, elle est aussi fluide. Mais l’ensemble manque quand même un peu de consistance. A découvrir en tout cas, car c'est une belle déambulation.

19/05/2020 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

J'aime beaucoup le mythe de Babylone. Dieu détruit par jalousie ce que l'homme essaye de construire dans sa grandeur. Les promoteurs immobiliers n'ont qu'à bien se tenir ou sinon gare à la colère divine. Très peu pour moi que cette morale à deux euros ! J'admire en effet les plus grandes tours au monde. J'admire la technologie et le progrès qui font construire des tours visuellement très belles et plus grandes encore. L'absence de dialogue ne m'a pas dérangé mais encore faut 'il qu'il y ait une certaine fluidité des cases qui nous permettent d'en saisir le sens. Cela ne sera pas le cas en l'espèce où l'incohérence règne en maître. Reste le noir et blanc et ses nuances dans une construction d'ensemble. Egalement pas assez convaincant. On pourra passer son chemin et visiter s'il le faut l'Empire State Building pour rendre hommage aux architectes.

17/01/2015 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

Danijel Zezelj nous propose un conte très humain, montrant du doigt les promoteurs et autres urbanistes recouvrant nos villes de béton. L’auteur semble plus particulièrement parler de New York, mais l’histoire possède une certaine universalité, en partie grâce à la narration complètement muette. Alors certes le message est un peu naïf, mais je pense qu’il faut prendre cet album comme une fable poétique, et pas forcément comme un ouvrage politisé et cohérent. En tout cas sa lecture m’a intrigué et a réussi à me toucher. Le dessin de Zezelj est toujours aussi magistral, même si il faut reconnaitre qu’il est plus adapté aux grandes cases. Je ne comprends donc pas pourquoi certaines planches contiennent de nombreuses petites cases pas très faciles à déchiffrer (voir dernière planche dans la galerie par exemple). Une chouette découverte en tout cas…

08/07/2013 (modifier)