Kongo

Note: 3.83/5
(3.83/5 pour 6 avis)

Publiée en 1899, Au cœur des ténèbres est certainement la nouvelle de Joseph Conrad, la plus célèbre et la plus souvent adaptée. Que ce soit au cinéma (Coppola et Herzog, pour ne citer que les plus connus), à la télévision, et même en jeu vidéo ! C’est au sein même de son expérience personnelle au Congo, que l’écrivain avait été chercher l’essence de son récit. Et c’est sur ce voyage, que Christian Perrissin et Tom Tirabosco ont axé leur biographie de Conrad, romancier de la mer, et plus généralement du voyage et de l’aventure.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Adaptations de romans en BD Afrique Noire Auteurs suisses Congo belge Le Colonialisme Les prix lecteurs BDTheque 2013 Nouveau Futuropolis One-shots, le best-of

Mai 1890. Le capitaine au long cours de la marine britannique, Josef Konrad Korzeniowski quitte Bruxelles, puis Bordeaux pour le Congo, en dépit d’un sentiment d’appréhension inhabituel chez lui… Il part pour trois ans, mais qu’est-ce pour lui, après six années passées en Orient, ou son séjour en Australie. Il a été embauché par une compagnie belge, pour prendre le commandement d’un steamer, afin de remonter le fleuve jusqu’au Haut-Congo, une région de ténèbres... Car là est officiellement leur mission à tous ces messagers de lumière. Au nom du roi Léopold, « tout ce qui se réalise au Congo à pour but premier le développement du territoire et l’émancipation des populations » qu’il faut sauver de leurs mœurs effroyables. La réalité est bien sûr tout autre, il s’agit avant tout de pourvoir aux intérêts commerciaux de la compagnie via le trafic d’ivoire, et de prendre de vitesse les autres pays européens et arabes dans leur course à la colonisation, afin d’être les premiers à arracher les richesses des entrailles de ce pays… Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Mars 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Kongo
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

21/02/2013 | Alix
Modifier


Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

De son expérience au Congo Joseph Conrad a tiré la matière pour écrire le roman "Au cœur des ténèbres" qui par la suite a fortement inspiré F.F.Coppola pour le magnifique film "Voyage au bout de l'enfer". Le roman possède une puissance à mon sens difficilement égalable et égalée pour ce qui est de décrire la folie qui peut s'emparer d'un homme au contact d'une autre civilisation et vivant des moments où le stress est permanent. Une autre BD s'inspire librement de cette période de la vie de Conrad et porte le même titre que le roman. Les auteurs, Miquel et Godart apportent un supplément d'âme à leur récit qui ici fait à mon avis défaut. Dans ce "Kongo", les auteurs ont semble-t-il voulu s'attacher plus à montrer le contexte colonial des Belges en Afrique. Du coup je n'ai pas ressenti l'atmosphère pesante, lourde qui émane de l'autre BD ou du roman. Cet aspect des choses a quelque peu gâché mon plaisir de lecture. Pour autant je recommande de lire cet ouvrage, surtout s'il peut permettre d'amener les lecteurs au roman. Le traitement graphique en noir et blanc est approprié même si je pourrais lui reprocher son côté un peu gras.

01/03/2016 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

J'avais un peu peur de m'ennuyer en lisant cet album et heureusement ce ne fut pas le cas ! J'aime le dessin qui est d'ailleurs la raison pourquoi ce one-shot m'a attiré. J'aime ce noir et blanc qui donne une atmosphère qui va très bien avec le récit. On voit toute la noirceur dont sont capables les humains. Le récit est basé sur des faits réels puisque c'est l'adaptation d'un roman d'un auteur qui avait vécu des situations similaires. Les auteurs montrent les pires cotés du Congo colonial sans que cela soit moralisateur ou que cela semble exagéré. Par exemple, un personnage m'a semblé sympathique au début, mais ensuite on le voit agir de manière peu correcte avec les noirs sans que cela ne tombe dans la caricature. En tout cas, les auteurs représentent bien comment ça devait être à l'époque et je pense que entre des blancs colonisateurs qui ne pensent qu'au profit et des noirs pas toujours sympas (les tribus ont l'air de se détester entre elles pour une raison quelconque), je serais vite devenu fou !

22/10/2013 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Excellent album que ce "Kongo" ! Les deux auteurs que j'avais déjà découvert dans des registres assez différents (Christian Perrissin au scénario avec Martha Jane Cannary et Tom Tirabosco dans Sous-sols) unissent leur talent pour nous proposer le récit biographique de l'écrivain Joseph Conrad. D'emblée on est marqué par le graphisme marqué et si personnel de Tom Tirabosco (C'est d'ailleurs ce qui m'avait séduit dans l'album Sous-sols dont je parlais précédemment). Son utilisation charbonneuse du noir et blanc restitue ici à merveille les difficiles conditions du voyage de Conrad au Congo et l'état d'esprit dans lequel il évolue. Et posé sur le récit taillé par Christian Perrissin, tout cela fonctionne à merveille. Déjà dans Martha Jane Cannary, j'avais adoré sa façon de traiter le personnage, et le graphisme particulier de Matthieu Blanchin passait comme une lettre à la poste. Ici, la combinaison des deux devient envoutante et nous suivons ce personnage étonnant, presque anachronique poursuivre son périple à travers un monde qui fait tout sauf lui ressembler. Cela donne au final un récit d'une grande force et qui aura également réussi le tour de force de me donner envie de me plonger dans les œuvres de Joseph Conrad. Encore une belle réussite de chez Futuro' !

28/06/2013 (modifier)
Par jurin
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

J’ai mis pas mal de temps à me procurer Kongo, je me suis basé sur ma première impression (à tort) basée sur un dessin assez spécial et la méconnaissance du personnage principal (écrivain) mais les avis positifs sur BDthèque sont venus mettre fin à mon hésitation. Tout d’abord un dessin que j’ai apprécié au fil des pages, ma première impression s’est vite estompée, mieux même, je suis tombé sous le charme de ces planches magnifiques truffées de cases superbes. Le récit est de la même veine, c’est pratiquement l’autobiographie de Joseph Konrad relatée par Christian Perrissin avec beaucoup de talent. Joseph Konrad, capitaine sans emploi de la marine marchande, trouve un poste au Congo belge pour naviguer sur le fleuve à bord d’un bateau à vapeur. Les auteurs décrivent avec beaucoup de force et de réalisme le voyage pénible de Joseph vers le point d’embarquement, les premiers contacts difficiles avec les collègues et une première navigation dans un climat détestable. Cette colonisation a souvent été décrite encore récemment comme une œuvre bienfaitrice, les auteurs remettent ici les horloges à l’heure et aussi bien Léopold II que Stanley en prennent pour leurs grades et bien sûr tous les suivants qui n’ont pas spécialement travaillé dans l’humanitaire. Une BD comme je les aime, bien faite et sans concessions.

05/05/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

J'ai lu cette bande dessinée sans rien en savoir à l'avance. J'y ai découvert le récit prenant, fort et très joliment mis en image de la plongée d'un homme dans l'Afrique coloniale profonde et glauque de la fin du XIXe siècle. D'emblée, le graphisme m'a accroché. On y retrouve le trait charbonneux et rond de Tirabosco, mais je ne lui connaissais pas ce talent pour les décors. Les paysages qu'ils soient européens, maritimes ou africains sont régulièrement très beaux. Ses personnages, eux, sont agréables à l'oeil et, associés à une narration graphique impeccable, c'est avec plaisir qu'on les suit dans cette aventure africaine. Le personnage principal est accrocheur. C'est un marin dans la force de l'âge, solide mentalement quoiqu'un peu porté sur l'alcool, doté de valeurs humaines strictes mais honorables et d'un esprit vif et plein de bon sens. On est loin des aventuriers romantiques et fragiles qu'on voit trop souvent dans ce type de récits et dont on sait dès le départ qu'ils vont être cassés par la confrontation à la dure réalité des colonies. La plongée dans l'ère coloniale est parfaitement rendue. C'est un long voyage qui va mener le héros de l'Europe au Congo Belge, puis ensuite lui faire remonter le long du fleuve Congo à pied et en bateau. On se rend vraiment compte avec lui de la réalité de l'époque, de la longueur et de la difficulté du voyage, mais ensuite aussi et surtout de l'impitoyable esprit colonialiste et de la façon dont les populations locales sont traitées et se traitent entre elles. C'est raconté sans aucun manichéisme. C'est juste une présentation des faits et de la façon dont le héros les découvre, s'en indignant intérieurement quand il ne peut pas agir ni même parler à son encontre. Parmi les personnes qu'il rencontre, il y en a des bons, il y en a des pourris et il y en a d'autres qui se font bouffer peu à peu, parfois très rapidement, par la dureté et l'inhumanité de la vie dans ces conditions aussi dures physiquement que mentalement. Il en ressort un récit prenant, dépaysant, instructif et beau à la fois. Bref, une très bonne lecture. Et ce n'est qu'après l'avoir achevée que j'ai appris qu'il s'agissait de l'adaptation libre du roman "Au coeur des Ténèbres" de Joseph Conrad, homonyme du héros de la BD. Ce roman, j'en avais beaucoup entendu parler sans jamais savoir de quoi il parlait exactement. J'ai ainsi appris qu'il s'agissait d'une histoire presque autobiographique puisque l'auteur, Joseph Conrad, avait vécu à l'époque au Congo Belge et rempli ce rôle de marin pour une compagnie coloniale locale. C'est ce roman aussi qui a été transposé dans le Vietnam en guerre du film de Coppola, Apocalypse Now. De savoir qu'il s'agit d'un récit basé sur un vrai témoignage, aussi romancé soit-il, ajoute encore de la force et de la profondeur à mes yeux à cette bande dessinée.

05/03/2013 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

« Kongo » est une biographie de Joseph Conrad, auteur britannique d’origine polonaise renommé, qui a notamment publié « Au cœur des ténèbres » en 1899. Ce bouquin ne vous dit peut-être rien, mais il a pourtant été souvent adapté en films (« Apocalypse Now » de Coppola !), séries télé, pièces de théâtre et même jeux vidéo. L’histoire du bouquin est basée sur un voyage traumatisant effectué par l’auteur au Congo, et c’est ce voyage que nous raconte cette BD. Les thèmes centraux sont bien entendu les véritables enjeux de la colonisation du Congo par la Belgique, et surtout la bêtise humaine. Vraiment quelle macabre défilé. Entre la bêtise violente des envahisseurs et les sauvageries des tribus locales (sacrifices rituels, guerres entre tribus), on s’accroche avec peine à l’idéalisme de Konrad : la colonisation, oui, mais à condition qu’elle soit noble. Il pensait participer à « l’émancipation » d’un peuple, mais se retrouve au milieu d’un pillage de ressources organisé et de massacres de « nègres ». Edifiant. Il sera rapatrié en Angleterre après quelques semaines seulement, malade des fièvres africaines, mais surtout traumatisé à vie. Tout un programme ! Un petit documentaire en fin d’album vient d’ailleurs éclaircir de nombreux points sur la vie de l’auteur et sur cette période sombre de l’histoire belge. Le dessin en noir et blanc est absolument magnifique, élégant et détaillé au possible, même si un peu de couleur aurait selon moi transcendé certains paysages congolais. Un album passionnant !

21/02/2013 (modifier)