Jim Aydumien

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Les mésaventures d'un lointain cousin de Lucky Luke.


On plonge dans ce bon vieil Ouest où l’on fait la connaissance de deux associés. D’un côté : Jim Aydumien, un fringant et courageux cow-boy. De l’autre : Heppy, un petit bonhomme moustachu qui se complaît souvent dans la paresse et la colère. Amis quand même, ils ont décidé de parcourir la prairie à la recherche d’une terre où ils pourront construire un ranch et vivre d’élevage. Seulement voilà, l’Ouest est encore sauvage et ils se trouvent souvent embarqués dans des mésaventures qui les obligent à postposer leur grand projet… Car Jim est comme ça, il ne sait pas résister à un appel à l’aide et fonce pour faire régner l’ordre et la justice. Et ce ne sont pas les conseils de prudence du peureux Heppy qui le feront changer d’avis !

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1961
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Jim Aydumien
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

01/11/2012 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai toujours connu cette petite série sous le nom de "Jim et Heppy" lorsque je la lisais dans l'hebdo Formule 1 ; dans le BDM, elle est référencée sous le nom "Jim Aydumien et Heppy". Le cowboy Jim Aydumien (c'est l'époque des noms de personnages en forme de jeu de mot) n'est pas sans rappeler Lucky Luke dont Pierre Chéry s'est visiblement inspiré dans un style graphique proche de l'univers de Morris, mais ce western humoristique de qualité fut crée en 1957 pour Coeurs Vaillants, journal moins diffusé que Spirou à cette époque ; les scénarios étaient écrits par Guy Hempay, pseudo de Jean-Marie Pélaprat, qui scénarisait pratiquement toutes les Bd des éditions Fleurus. La bande a continué dans Formule 1 (qui a remplacé Coeurs Vaillants) jusqu'en 1981, avec un dessin plus affiné. Jim est associé avec Heppy, un petit bonhomme teigneux avec qui il court l'aventure, tout en essayant de construire son ranch ; les histoires étaient simples, l'humour était bon enfant, certains gags étaient savoureux, les méchants étaient toujours ridicules. Quant au dessin de Chéry, je l'aimais bien, le trait était enlevé, vif et subtil, coloré, très influencé des graphismes combinés de Peyo et Morris. C'est un dessinateur discret dont l'oeuvre est pourtant importante, surtout dans la presse catholique, mais dont la plupart des personnages n'étaient pas repris en albums, en dépit de leurs qualité. Une vraie curiosité.

15/08/2013 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 2/5

Pas fort connue cette série. En réalité, elle paraît sous le nom de « Jim et Heppy ». Je l’ai découverte dans le milieu des années 60 en feuilletant de nombreux hebdos « Cœurs Vaillants » d’un cousin. Je riais parfois aux pitreries involontaires de Heppy. Bien des années passèrent et ce cousin me refila quelques petites caisses d’hebdos dont il ne savait que faire. Et j’ai ainsi retrouvé les deux compères… dans des histoires qui ne m’ont plus fait rire du tout. Jim est une sorte de cousin de Lucky Luke –l’humour en moins-. Comme lui il porte les couleurs du drapeau belge (chapeau noir, chevelure jaune, foulard rouge). Mais où Luke dégage un humour certain de par ses mimiques, Jim est un personnage « terne », « sérieux ». Heureusement son compère, de par son caractère, ses attitudes et expressions, compense ce « pâle » héros. Le graphisme ?… un trait bien lisible, net, mais où le dessinateur fait souvent usage de gimmicks (« traits de vitesse », « gouttes de sueur » pour marquer un étonnement, une surprise, etc…). Les scénarios ?.. amusants quand même avec –parfois- quelques gags qui valent le détour, de temps en temps une loufoquerie certaine qui se dégage de quelques situations. Bien plus tard encore, ayant trouvé la –courte- série sur une brocante, je m’y suis un peu intéressé. En relisant –péniblement- l’ensemble, j’ai trouvé pas mal de similitudes avec Luke. Cette série n’est pas un ersatz, ni un plagiat, mais les décors/arrière-plans surtout sont vraiment proches du dessin de Morris. Qu’en penser ?… sincèrement pas grand chose. Et pourtant, cette série a existé pendant de longues années. On la découvre dès 1957 dans l’hebdo Cœurs Vaillants. On la retrouve par la suite dans J2 Jeunes pour se terminer dans Formule 1 en 1981. L’air de rien : 25 années de parutions ; preuve qu’elle a été appréciée. Voilà : ça a existé –longtemps d’ailleurs- mais cela ne m’a pas marqué outre mesure.

01/11/2012 (modifier)