Luther Strode (The Strange Talent of Luther Strode)

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 4 avis)

Les aventures d'un ado super musclé, qui se prend pour un justicier amateur à la tombée de la nuit. Ça promet quelques bonnes bastons en perspective.


Baston Image Comics

Luther n'en peut plus. Il doit absolument apprendre à se défendre. Les moqueries et la violence de ses camarades d'école, ainsi que celle de son père, à peine sorti de prison, sont insupportables. Son dernier espoir ? La Méthode Hercule. Luther tente sa chance, et ça marche ! Mais le prix à payer se révèle bien supérieur à tout ce qu'il pouvait imaginer. Et il regrettera bien vite ce cadeau empoisonné. Texte : Delcourt

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Septembre 2012
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Luther Strode
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

21/09/2012 | pol
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai bien aimé ce titre mais je le trouve un brin trop violent et gore surtout vers la fin. On entre tout de suite dans le récit par le biais de cet adolescent Luther Strode un peu maigrichon qui cherche à être plus fort et qui va être doté de super pouvoir grâce à une revue. Il devient ainsi une espèce d'Hercule ainsi que le plus grand cauchemar des malfrats de la cité. Il est vrai que l'on ne s'attardera pas sur les causes et comment il va devenir un super-héros. Par ailleurs, trop de gens de son entourage seront sacrifiés dans le premier tome. Il faut dire que le scénario n'est pas très original mais on sera surtout bluffé par la mise en scène vraiment prenante. Dommage que cela soit aussi gore et brutal. A ne pas conseiller aux adolescents car cela pourrait leur donner de mauvaises idées.

12/12/2016 (modifier)
Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Il avait l’air pourtant bien sympathique ! Je parle de ce petit ado myope illustrant le premier tome de Luther Strode dans son édition française. Effectivement qui pourrait prétendre à un tel contenu gore et exhaustivement fun en le voyant réajuster sa paire de lunettes d’une main et tenir un curieux manuel simplement intitulé « Hercule » de l’autre. Bien sur les quelques nuances de sang ornant la couverture ne peuvent laisser présager d’un récit à ne pas mettre entre toutes les mains…. Partant d’un postulat identique à une série aussi classique que Spider-Man ou cynique que Kick-Ass, Luther Strode va n’en retenir que les germes (un jeune maigrichon impopulaire souhaitant modifier son destin) pour mieux les remixer dans un opéra sanglant, violent mais diablement fun… Le jeune homme, grande tige myope sans une once de muscles, est aux antipodes du standard californien américain sportif décérébré et coureur de jupons. Afin de briser ce stéréotype, Luther, grand amateur de films d’horreur et de comics (dont on aperçoit un peu trop les références sur les murs ou les tshirts portés) va découper un bon dans son mensuel préféré afin de recevoir la méthode Hercule, un apprentissage radical pour lui faire pousser des biscoteaux. Le seul hic est que cette méthode est un procédé maléfique utilisé à des fins plus radicales…. Ce qui ressemblerait à un récit de Stephen King ou à une relecture de Shazam va plutôt lorgner du côté de Ken le Survivant ou de Jason Voorhees… Luther va devenir de plus en plus impressionnant physiquement tout en développant une vitesse et des réflexes accrus. Difficile dès lors de pouvoir se maitriser lorsqu’on s’improvise Super Héros avec une carrure et un masque menaçants d’autant plus que les coups partent aussi vite que les problèmes vont arriver pour l’entourage de Luther…. Et qu’il ne semble pas être le seul à posséder ses pouvoirs car de mystérieuses créatures similaires sont à sa poursuite…. Avec un trait anguleux rappelant par certains côtés celui de Kevin O’Neill (qui a illustré entre autres la ligue chère à Alan Moore), c’est un autre Moore, Tradd de son prénom et illustre inconnu pour ma part, qui illustre le scénario dingue de Justin Jordan. Et j’avoue qu’à la vue du résultat final et des progrès amorcés entre les 2 premiers tomes, c’est un patronyme qu’on risque de revoir très prochainement. Le mot d’ordre de ce petit comics indépendant est de donner du fun sans grosse prise de têtes. Le scénario va droit à l’essentiel et calque beaucoup la progression d’un jeu video sans pour autant que la comparaison soit péjorative, bien au contraire. Du jeu vidéo, les auteurs en retiennent la progression par niveaux (on se croirait presque dans une arène de combat, avec décors explosés et les débordements gore qui ne seront pas du gout de tout le monde car on ne fait vraiment pas dans la finesse en explosant les corps et éparpillant les membres cassés ou arrachés dans tous les sens. Le résultat est plutôt spectaculaire et les scènes de combat nombreuses sont admirablement découpées et lisibles…. Mais les limites du raisonnable sont simplement affranchies avec le tome 2 admirablement sous titrée « La légende de Luther Strode ». La bonne idée a été d’établir une ellipse de 5 années entre les évenements du premier arc et du second. Luther est devenu un fugitif nébuleux et sanguinaire devenu à la fois une légende et surtout une menace pour toutes les mafias locales qui ne cessent de lui tendre des pièges… Lorsque son ancienne petite amie entre en scène, les choses ne vont pas se dérouler tout à fait comme prévu d’autant plus qu’un plan « B » avec un être génétiquement modifié comme lui et qui aurait pu être issu du bestiaire de la ligue des Gentlemen Extraordinaires fait également son entrée remarquée dans un récit fonçant à toutes berzingues dans les cordes ! C’est bien simple, j’ai même eu du mal à me souvenir d’avoir lu quelque chose d’aussi haletant alors qu’il ne s’agit que d’une succession de combats sanglants et pervers dont on exploite les décors, les protagonistes et même quelques malheureux innocents. Il faut dire que ce « Jack » a la classe. N’allez pas pour autant croire qu’il n’y ait pas d’histoire ! Justin Jordan introduit quelques flashbacks et précisions sur l’origine de ces fameux pouvoirs par petites touches histoire d’entretenir une société secrête au passé terrifiant et trouble. Sans grande originalité mais avec une efficacité redoutable, Luther Strode pose les bases d’une série parfaitement en phase avec ce que les amateurs de trash et de superhéros viennent chercher. On est loin des superslips de l’ère Marvel et tant mieux dans un sens mais on ne peut négliger sa propension à en offrir toujours plus sans pour autant se perdre dans des délires inutiles bien au contraire. Le troisième (et dernier ?) tome risque d’enfoncer le clou sur cette petite série sur laquelle tout amateur de rouge vermillon se doit de poser le regard. Après le talent et la légende devrait venir la consécration mais je n’aurais pas attendu ce troisième tome pour recommander vivement Luther Strode !

14/04/2014 (modifier)

Commandé sur internet sans lire le résumé de l'histoire, seulement par attirance pour la couverture. Je n'ai pas été déçu, l'histoire m'a beaucoup plu surtout sur la revanche d'un ado sur la vie et qu'on n'a rien sans rien. Malgré cela il y a certains détails qui manquent, qui, je pense seront détaillés dans le tome 2... Voilà ça faisait très longtemps que je n'avais pas lu un comics aussi sanglant avec une histoire qui nous laisse sur notre faim et nous donne envie de connaitre la suite... J'espère que la suite va monter en puissance ! mais je n'en doute pas, patience...

30/10/2012 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

Ce comics démarre très bien avant de rentrer dans le rang et de se conclure de manière trop classique, et surtout trop bourrine. L’histoire est celle d’un ado brimé par les caids du lycée. Lassé de la situation, il tombe sur un bouquin, la méthode Hercule, qui lui ouvre des perspectives étonnantes. Après quelques semaines de pratique le voici doté de muscles surdimensionnés, d’un instinct d’anticipation incroyable et d’une force surhumaine. C’est un nouveau départ pour lui. Il va devenir séducteur puis, surtout, justicier amateur. Sur les bons conseils de son pote, il s’invente un costume et, la nuit, il se met en tête d’aider les innocentes victimes des petits malfrats de la ville. Il y a dans tout ça un petit côté Kick-Ass très agréable. Ça ne se prend pas du tout au sérieux, il y a quelques passages gores, mais surtout quelques touches d’humour tout à fait à propos. C’est efficace et distrayant. Par contre dans la deuxième moitié de l’album, l’histoire n’avance guère et se résume quasiment exclusivement à des scènes de combats. C’est plus violent, plus gore et moins drôle. Cette orientation est un peu regrettable car le souffle de fraicheur du début disparait progressivement au profit d’un récit bien moins fun. Espérons que le tome 2 retrouve l’esprit si sympathique des premiers chapitres.

21/09/2012 (modifier)