Stalingrad Khronika

Note: 2/5
(2/5 pour 5 avis)

Une équipe de tournage soviétique prise au piège de la bataille de Stalingrad. Stalingrad, hiver 1942. Une équipe de tournage est envoyée à Stalingrad, au coeur de la "mère" de toutes les batailles urbaines, pour y filmer la grandeur de l'armée soviétique. Entre les allemands à portée de fusil, les autorités militaires qui ont mieux à faire et le font savoir, un réalisateur médiocre et un assistant caractériel, sans oublier le froid, la neige, la vodka, l'âme russe et l'organisation soviétique, le contexte n'est pas des plus propices pour réaliser ce fameux film...


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale Aire Libre Cinéma Russie [Seconde Guerre mondiale] Front de l'Est

Une équipe de tournage soviétique prise au piège de la bataille de Stalingrad. Stalingrad, hiver 1942. Une équipe de tournage est envoyée à Stalingrad, au coeur de la "mère" de toutes les batailles urbaines, pour y filmer la grandeur de l'armée soviétique. Entre les allemands à portée de fusil, les autorités militaires qui ont mieux à faire et le font savoir, un réalisateur médiocre et un assistant caractériel, sans oublier le froid, la neige, la vodka, l'âme russe et l'organisation soviétique, le contexte n'est pas des plus propices pour réaliser ce fameux film... Confronté à mille tracasseries administratives, dans un système où la suspicion est partout alors que la violence et l'âpreté de la bataille de Stalingrad rendent le quotidien invivable, le commissaire politique Kazimir va devoir composer avec les impératifs militaires et la logique implacable du parti.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 19 Août 2011
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Stalingrad Khronika
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

23/08/2011 | Ro
Modifier


Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Cette histoire de tournage de film pendant le siège de Stalingrad ne m’a pas particulièrement passionné. Pourtant, j’avais aimé le film Stalingrad et je sais que le sort de la Seconde Guerre Mondiale s’est joué en partie dans cette ville. L’idée était intéressante mais on s’ennuie très vite à la lecture. Les personnages enchaînent des dialogues et se disputent sous le fracas des balles ennemies etc… On a très vite envie de sortir de cette bd stérile qui n’apporte pas grand-chose. On ne se sent pas impliqué et l’intérêt diminue très vite. Bref, il y a des œuvres qui sont passionnantes et d’autres qui ne le sont pas. Ce ne sont pas les lecteurs qui ont un problème mais la façon d’amener le récit. Bref, la réalisation serait en cause. Un comble pour une histoire de tournage…

29/08/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

J'aime bien le dessin. Les décors sont originaux (je n'ai jamais vu ça avant ou alors je ne m'en souviens pas) et donne une ambiance particulière à l'album. J'aime bien aussi comment sont dessinés les personnages. C'est du grand art. En revanche, le scénario ne suit pas. L'idée de départ est bonne, mais c'est mal exécuté. Les scènes de guerre sont tellement peu nombreuses que parfois j'oubliais presque que c'était la guerre. Le pire est sans aucun doute les disputes entre les personnages. Notamment lorsque les personnages parlaient de Staline et de dénonciation. Tout me semble convenu et linéaire ce qui a fait en sorte que j'ai trouvé l'histoire vide et sans grand intérêt. Je n'ai même pas envie de lire la suite.

11/01/2012 (modifier)
Par Pierig
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pierig

Ce premier opus est séduisant … sur papier ! Le gros travail réalisé sur la couleur, les décors fondus (mettant l’accent sur les persos) et l’absence de cadre aux cases participent grandement à fournir un visuel qui accroche le regard. Mais j’avoue n’avoir pas eu la même accroche (bien moins que je ne l’espérais) avec le récit de ces camarades désignés volontaires pour faire un film de propagande soviétique sous les feux ennemis. En clair, je ne me suis pas intéressé à ces luttes intestines entre camarades sur fond de guerre. Car la guerre, finalement, elle est peu visible même si elle est perceptible et que les décors apocalyptiques sont là pour le rappeler. Elle semble surtout abstraite, comme si on avait isolé une discussion stérile (les chamailleries entre camarades) d’un fond sonore (la guerre). Bref, peu passionnant vous dis-je . . .

19/12/2011 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Moi j'ai été assez nettement déçu par cet album. Je m'attendais à quelque chose de plus costaud, avec un peu plus de chair. Au lieu de cela, nous avons un récit sur deux niveaux. D'un côté la bataille de Stalingrad, qui est finalement peu décrite et ne sert que de toile de fond à ce qui, de l'autre côté, pourrait être réduit à une rivalité entre deux cinéastes ratés. Si le récit est fluide, linéaire, il n'en reste pas moins que le contenu me semble assez vide, voire vain. Certes leur rivalité prend place dans un système soviétique très piégeant, mais je n'ai pas ressenti de réelle complexité dans les relations, dans la façon dont le sujet est traité. Le graphisme de Franck Bourgeron est particulier, il apporte une certaine dimension aux ambiances particulières provoquées par la bataille en cours, et je trouve sa mise en scène lors -justement- des -trop rares- scènes de batailles assez réussie. Mais cela ne suffit pas, à mon sens, à donner une appréciation réellement positive à cet album. La suite se fera probablement sans moi.

24/10/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Stalingrad Khronika, c'est l'histoire d'un cinéaste envoyé par le pouvoir Stalinien pour faire un film en l'honneur de l'armée russe au coeur de la bataille de Stalingrad. Dirigée par un commissaire du parti et accompagnée par deux volontaires désignés, un soldat fidèle à Staline d'une part et un autre cinéaste déchu et revenu d'un camp de rééducation d'autre part, cette petite équipe va devoir affronter l’âpreté du combat urbain, les vicissitudes des rouages politiques et militaires staliniens mais aussi la rivalité tenace entre les deux cinéastes. Au-delà de la situation militaire avec l'arrêt de la progression nazie en Russie, c'est surtout le cadre politique stalinien si spécifique qui est mis ici en scène, avec de simples hommes tiraillés entre leur sens du devoir patriotique, leurs aspirations, leurs antagonismes et leur propre survie en plein conflit. Étonnamment, c'est surtout la haine entre les deux hommes de cinéma qui ressort au premier plan de ce récit dans lequel la bataille de Stalingrad prend parfois le rôle de simple toile de fond. Franck Bourgeron offre un graphisme intéressant. Ses personnages, aux traits clairs d'un agréable style franco-belge, évoluent dans un décor en permanence brumeux, fait de silhouettes en ruines, de neige et d'explosions. De la bataille en elle-même, on ne verra donc qu'une impression floue, un paysage de fin du monde impalpable et en permanence ponctué de coups de feux et d'éclats de bombes. Légèrement frustrant pour ceux désireux d'avoir un aperçu plus concret de la situation militaire en elle-même, il n'en demeure pas moins très esthétique et appréciable. De belles planches. Le récit de ce premier tome coule avec fluidité, presque trop vite. Malgré la bonne quantité de pages, la narration souvent laconique entraîne un rythme de lecture rapide et un léger sentiment qu'il ne s'est pas passé grand chose arrivé en fin d'album. Au passage, même si la tension entre les hommes y est palpable, l'ambiance de fin du monde de la bataille de Stalingrad elle-même est un peu trop ténue à mon goût. Elle ne s'est pas imposée à moi ce qui a empêché le récit d'avoir une atmosphère vraiment marquante à mon goût. Quelque soit mes reproches faits ci-dessus, c'est une bonne bande dessinée, joliment dessinée et au scénario intéressant et original, dont j'attends la suite avec curiosité.

23/08/2011 (modifier)