Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Accords sensibles

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Quand jazz et BD s´entremêlent...


Auteurs Italiens Bruxelles/Brussels Jazz Musique Style Atome Treize Etrange

Gabrielle s’ennuie avec le sage Simon et rêve de Lester le coureur. Lester qui songe à se ranger depuis sa séparation d’avec Anna. Anna, dont Gordon le talentueux trompettiste tombe amoureux sur un coup de foudre. Il ne voit même pas Audrey, qui pourtant l’aime en secret… Le personnage principal, c’est la musique. Dans un univers à la Monsieur Jean (Dupuy & Berberian) et d’un trait atomique à la Chaland, ces personnages se lient et se délient au hasard des rencontres. Un roman graphique élégant et nostalgique, composé de cinq histoires courtes qui vous restent en mémoire comme une jolie mélodie. (Textes de l'Editeur)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Février 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Accords sensibles
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

15/07/2011 | Pierig
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

J’ai trouvé là un récit chorale plutôt sympathique mais qui aurait pu être plus marquant s’il avait fait montre d’un peu plus d’ambition, d’un peu plus de complexité dans ses intrigues amoureuses. Côté ambiance, par contre, rien à dire ! La complémentarité entre le scénario de Régis Hautière et le style graphique d’Antonio Lapone fait de cet objet une œuvre singulière et plaisante à lire. C’est beau, frais, jazzy, et aussi fifties qu’esthétique. Le duo fera selon moi mieux encore avec leur production suivante (« Adam Clarks ») mais je ne bouderai pas mon plaisir. A acheter si vous apprécier ce type d’ambiance très ‘années 50’. Les autres ont peut-être intérêt à commencer par une simple location… et plus si affinités.

19/05/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cette histoire est un peu compliquée à suivre au début dans la mesure où plusieurs récits vont s'entrechoquer pour finalement s'accorder à la fin. On va comprendre toute l'intrigue comme des morceaux de puzzle qui se rassemblent. Le milieu artistique est celui du jazz. Le dessin est très agréable à regarder. La lecture va être assez sympa au rythme d'un véritable jeu de séduction. Il y a une couleur manifestement nostalgique à l'ensemble. C'est pourtant de la ligne claire mais celle-ci me plaît bien car le trait est clair et précis avec une mise en couleur bichromie parfaite. Je ne peux que conseiller la lecture de cet album plein de qualité. L'achat ne sera pas indispensable en raison d'un classicisme du thème traité.

18/09/2011 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Pierig

Un petit coup de cœur pour cette bd aux parfums surannés des années 50 et aux tonalités délicieusement jazzies. Antonio Lapone a un trait typé ligne claire. Ca plaira aux nostalgiques des Chaland et compagnie, sans doute moins à d’autres. Il retranscrit bien l’ambiance de Bruxelles plus agitée qu’à l’accoutumée en cette année 58 d’expo universelle. Objectivement, cette bd ne propose rien de bien original sur le fond. On assiste à un chassé croisé entre 6 protagonistes (Simon, Gordon, Gabrielle, Audrey, Lester et Hanna) qui vont immanquablement manquer certains rendez-vous. Amours naissants, amours avortés, amours chamboulés, tel sera le lot de nos compères pour lesquels leurs passions seront intimement liées à la musique jazzy. Mais l’album se démarque sur la forme. On peut souligner une mise en page avenante. Le récit est chapitré en 4 nouvelles (plus un épilogue) avec, pour chacune d’entre elle, une tonalité dominante (vert, ocre, bleu, …). Le déroulement du récit est aussi singulier avec un flash back qui se fait quasi à l’insu de notre plein gré et qui donne une dimension particulière au final. Bref, beaucoup de soins ont été accordés à l’histoire et au dessin. Dommage qu’une petite fausse note vienne se glisser au tout début quant Lester explique à Simon qu’il a changé, ne fume plus . . . la cigarette au bec ! C’est un détail mais comme cet album en a fait son cheval de bataille, ça fait un peu tache. A noter que la couverture fait un petit clin d’œil aux vieilles pochettes de disques des années 50-60. Décidément, rien n’est laissé au hasard . . . A lire et à se laisser emporter par l’histoire . . .

15/07/2011 (modifier)