Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Fabrica

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Sous un régime totalitaire, dans une usine qui produit des bombes, un homme, pour sauver une vie, fait acte de résistance.


Atrabile BD muette Dictatures et répression

Alors que le régime veut éradiquer la culture, cet ouvrier va se faire un devoir de la transmettre. Convoquant visuellement aussi bien les Temps modernes de Chaplin que les dessins de George Grosz, Fabrica présente un monde imaginaire en prise avec une dictature impitoyable, qui rappelle à notre mémoire les pires moments de notre Histoire, de l’Allemagne nazie à l’Afghanistan des Talibans, en passant par la Russie stalinienne. Après Priape et Divine Colonie, et toujours fidèle à sa narration dénuée de texte et à son intérêt pour l’Histoire avec une grande hache (comme le disait Georges Perec), Nicolas Presl signe une fable humaniste dans laquelle l’espoir ne surgira qu’à travers la désobéissance individuelle. [Présentation de l'éditeur]

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Fabrica
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

20/01/2011 | PAco
Modifier


Par PAco
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur PAco

C'est complètement par hasard que je suis tombé sur cette merveille ! Et quelle surprise quand j'ai ouvert les pages de cette BD ! Tout d'abord graphiquement. "Fabrica", pour vous donner une idée, c'est "Guernica" de Picasso en BD, en moins tranché et plus "propre". Attention, les 2 œuvres restent incomparables, mais "Fabrica" n'en apparaît pas moins comme un vibrant hommage à la liberté ! C'est cette première impression qui m'a tout d'abord fasciné, fan de Picasso, de sa période cubiste et de toute cette fin du XIXe et de ce début du XXe siècle si riches en bouleversements artistiques. Car ce choix graphique de Nicolas Presl est à mon goût parfait, d'autant qu'il maîtrise parfaitement cette technique ! Ses planches sans texte, tout en noir et blanc, ciselées et découpées en courts chapitres qui renforcent l'intensité émotionnelle, sont un pur régal. Ajoutez à cela quelques trouvailles graphiques ingénieuses pour évoquer les sens (ouïe, odorat...) pas exemple, et tout s'imbrique petit à petit pour construire ce petit bijou. De plus, ce graphisme colle complètement au contexte début XXe qui émane de ce oneshot. Le monde est bouleversé sur tous les plans : géographiques, politiques, géopolitiques, technologiques, sociétaux et artistiques. Tout est en ébullition, la science et ses évolutions sont au centre et la cause de ces métamorphoses, pour le meilleur, mais aussi le pire. C'est ce que Nicolas Presl va nous mettre en scène en suivant le quotidien de cet ouvrier qui résiste à son niveau à l'hégémonie ambiante. Moi qui sors de la lecture du court ouvrage de Stéphane Hessel "Indignez vous !", j'avoue y trouvez plus qu'une juste résonance ! Car au delà de cette première impression de "déjà vu" qui nous renvoie à cette tragique première moitié du XXe siècle, c'est de l'universalité de la lutte nécessaire, chacun à son niveau, que nous rappelle Nicolas Presl. Que ce soit POUR la différence, nos droits et ou l'accès à la culture, l'indifférence ne peut qu'être le pire de nos comportements. Voilà en tout cas une BD qui ne m'aura pas laissé indifférent, et qui je l'espère aura le même effet sur vous !

20/01/2011 (modifier)