Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Oumpah-Pah

Note: 3.48/5
(3.48/5 pour 21 avis)

Voici donc Oumpah-Pah... Le plus brave des braves de la tribu des Shavashavah. Guerrier peau-rouge protégé par son totem "Le Puma" et par Nanabozho le Grand Lapin, il met sa force et sa ruse au service de sa tribu et de tous ses amis. et Hubert de la Pâte Feuilletée le meilleur ami d'Oumpah-Pah, en outre Chevalier du Roy, courageux autant qu'étourdi. Devenu frère de sang d'Oumpah-Pah, il a reçu le surnom de "Double Scalp" en raison de sa perruque poudrée. Le chevalier et le Peau-Rouge, l'épée et le tomahawk, forment une équipe disparâte mais unie, toujours prête à s'engager victorieusement dans les aventures les plus farfelues.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Albert Uderzo Best of 1960-1969 Goscinny Indiens d'amérique du nord Journal Tintin Les BDs à papa Nouveau Monde

La première oeuvre née de la collaboration d'Albert Uderzo et René Goscinny n'est pas le très célèbre Astérix mais OUMPAH-PAH le peau rouge. Nous sommes alors en 1951 mais hélas le jeune indien au torse bombé ne rencontre pas un franc succès. C'est 7 ans plus tard, en 1958, que OUMPAH-PAH paraît dans le journal TINTIN avec cinq épisodes: OUMPAH-PAH le peau-rouge OUMPAH-PAH sur le sentier de la guerre OUMPAH-PAH et les pirates OUMPAH-PAH et la mission secrète OUMPAH-PAH contre Foie Malade Mais en 1961 René et Albert décident d'arrêter OUMPAH-PAH pour se consacrer au journal PILOTE où paraît Astérix.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1961
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Oumpah-Pah
Les notes (21)
Cliquez pour lire les avis

13/06/2002 | dut
Modifier


Je trouve un peu dommage que la plupart des commentaires que j'ai lus ici fassent systématiquement référence à Astérix, comme s'il fallait comparer absolument... Je pars donc d'un autre point de vue: non, Oumpah-Pah n'est pas l'ancêtre d'Astérix, le propos est tout à fait différent. Ce n'est pas une vieille BD, ce n'est pas une œuvre de jeunesse, ce n'est pas une préparation à... C'est une série excellente, à lire pour elle-même, et dont le seul défaut, en effet, est de se limiter à cinq épisodes. Le thème est très original, et la personnalité des héros aussi, qui forment un duo tout à fait atypique. Malgré le titre, on peut d'ailleurs se demander si le personnage principal n'est pas plutôt Hubert de la Pâte Feuilletée. Goscinny joue de façon délicieuse sur le choc de culture entre ces Français du XVIIIe siècle, dont les manières et le langage sont si savoureusement caricaturés (Fi donc!), et ces Indiens qui peuvent se montrer tout aussi farfelus. En fait, ces Indiens "jouent aux Indiens". Le second degré est permanent. Un exemple entre cent: Gros Bison, en tant que chef de la tribu des Shavashavah, se doit de paraître sentencieux quand il parle, mais il est parfois distrait et oublie la phrase rituelle devant conclure ses propos. Rentré dans son tipi, il en ressort aussitôt pour ajouter ce que l'on attendait: "Ah oui! Gros Bison a parlé!" Les danses rituelles, les signaux de fumée, la reptation dans la forêt, le scalp, les cris de guerre, les épreuves qualificatives... tout y passe. Et que dire d'Oumpah Pah qui, lors de son séjour en France, introduit des danses indiennes au palais du Roy... Un des traits les plus frappants du génie de Goscinny, c'est la diversité extraordinaire de ses séries, où le type d'humour est chaque fois différent. Lucky Luke, Strapontin, le Petit Nicolas, Astérix, Iznogoud, Oumpah Pah, les Dingodossiers, la Petite fée Aveline: aucune de ses séries ne ressemble aux autres, ce n'est pas seulement des contextes différents, cela va beaucoup plus loin.

03/07/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Même s’ils s’étaient déjà rodés sur d’autres séries, c’est une des premières collaborations entre Goscinny et Uderzo, qui a connu une reprise après un faux départ (avec une refonte de scénario de départ). On est immanquablement poussé à comparer cette série avec la suivante, à savoir Astérix. Et là, force est de constater que les aventures gauloises l’emportent clairement sur celles du Nouveau Monde (en tout cas sur la durée) ! Elles avaient moins de potentiel pour l’utilisation des anachronismes et autres références douteuses avec lesquels Goscinny fera notre bonheur. Et Goscinny lui-même semblait ici un peu peiner à « trouver le rythme ». Même si pointe déjà son talent, au travers de certains dialogues (cela s’améliore d’un tome à l’autre). Idem pour Uderzo, dont le dessin est proche de ce qu’il donnera quelques années plus tard sur les meilleurs Astérix (mais qui souffre de quelques défauts au début, comme des corps, surtout les jambes ! trop allongés pour Oumpah Pah et Hubert). Il arrive déjà à donner du rythme, et les Indiens s’agitant dans les forêts américaines préfigurent les Romains et autres sangliers qui en feront de même en Gaule (même si les auteurs reviendront en Amérique le temps de l’album « La grande traversée »). Un essai intéressant, pas forcément raté, mais qui j’en suis persuadé n’avait pas le potentiel d’Astérix. Pas tellement du fait de la période (quoi que), mais à cause de la localisation. A découvrir à l’occasion, mais l’achat n’est pas une nécessité je trouve.

15/06/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Voici encore un exemple de bande extrêmement réussie qui fut éclipsée par le succès d'une bande vedette. Créée un an avant Astérix pour le journal Tintin, "Oumpah-Pah" succédait à d'autres créations éphémères du tandem Goscinny/Uderzo, et dont la plus connue demeure Jehan Pistolet ; ce n'était pas leur première création, le tandem était donc vraiment au point et trouvait sa voie avec cette bande qui fut l'une des meilleures séries humoristiques de Tintin. Elle pouvait prétendre à soutenir la comparaison avec Astérix, même si le potentiel est moins grand, car les 2 auteurs y plantent les jalons qui feront leur succès, avec leurs caractéristiques : humour débridé et sens du dialogue de Goscinny, gags visuels et vivacité du trait d'Uderzo (qui ensuite affinera son style avec le petit Gaulois). Goscinny essaie, tente plusieurs choses, teste des gags, rode un humour et un esprit qu'il développera ensuite sur Astérix, cette bande reste un formidable laboratoire d'expériences pour les 2 amis ; Uderzo de son côté, donne de ces Indiens qui rampent, grimpent aux arbres, épient, font des signaux de fumée, se heurtent aux soldats ou aux guerriers des tribus rivales, une impression de dynamisme et de rythme échevelé. Une chose m'a toujours étonné : que les lecteurs de Tintin de l'époque ait peu apprécié cette série ; un vrai paradoxe car les 5 récits produits sont excellents. Cette amitié entre un guerrier rusé et un soldat du roi de France, surnommé Double Scalp en référence à sa perruque, dans cette Amérique du XVIIIème siècle où les Français et les Anglais se disputaient le Nouveau Monde, était fort bien vue, on n'était pas dans un western traditionnel, mais dans un récit historique raconté de façon humoristique, c'était encore assez rare en 1958. Au final, c'est une série rafraîchissante qui ne mérite pas cette sorte d'ostracisme dont elle a fait l'objet, parce qu'elle est l'oeuvre de jeunesse des auteurs d' Astérix, elle mérite une attention particulière, elle mérite même l'achat.

16/07/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Difficile de faire abstraction du nom des auteurs au moment de rédiger cet avis. Pourtant, pour bien faire, c’est avec un regard vierge qu’il faudrait juger cette vieille série. Donc, nous sommes face à un récit typique du style franco-belge à gros nez des années ’60 ou ’70, comme ça, à vue … de nez justement. Le récit est fluide mais les aventures vécues par les deux personnages principaux sont des plus convenues, quoique sympathiques. Les albums nous sont proposés avec une pagination réduite (32 pages), ce qui garantit une lecture rapide qui se termine avant que la lassitude ne montre le bout du… nez (on n’en sort pas). L’humour est principalement visuel et le trait de ce « jeune dessinateur » est joliment expressif, surtout lorsqu’il s’agit de restituer le mouvement. Les personnages sont bien typés. Je regrette juste que deux d’entre eux ont des physionomies fort semblables. Le récit est cependant suffisamment simpliste pour qu’une quelconque confusion momentanée n’entraine aucun malaise. J’aurais apprécié un peu plus d’humour dans les dialogues ou en arrière-plan mais je pense que la série, même si elle a un arrière-goût de moisi (entendez par là qu’elle est « datée »), peut séduire de jeunes lecteurs. Par contre, il n’y a qu’un niveau de lecture et cette forme d’humour n’est pas spécialement adaptée à un regard d’adulte. Maintenant, si à la lecture du nom des auteurs, vous vous attendez à trouver l’équivalent d’Astérix, vous risquez d’être déçus. Un bon emprunt de bibliothèque. De là à les acheter…

21/10/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

Une série prometteuse qui n'a pas eu le succes qu'elle aurait du avoir. La première version qui date 1951 est très loufoque et rappelle un peu le magazine Mad. La deuxième, qui connu une plus grande vie, se rapproche d'Astérix que créons les deux auteurs un peu plus tard. Le dessin d'Uderzo est un mélange de comique et de réaliste et les couleurs vont se marie bien avec. C'est même mieux dessiné que les premiers Astérix. Tant qu'au scénario, c'est un prequel de ce que l'on verra dans les autres oeuvres de Goscinny: Jeu de mots et situation loufoque. Les trois premières histoires ont un scénario un peu léger qui aurait pu etre ennuyeux sans l'humour de Goscinny. Heureusement, les deux autres histoires sont très bien, particulièrement le quatrième qui est un bon récit policier.

29/10/2007 (modifier)
Par jersey50
Note: 4/5

Pendant longtemps, cette série ne me disait rien du tout. Je ne sais pas pourquoi lol. Mais il y a quelques mois mon père m'a ramené les trois tomes et donc je me suis mise à les lire et j'ai tout de suite aimé ! Pas étonnant quand on voit qui sont les deux auteurs ! Comme pour Astérix, des dialogues excellents, notamment avec la façon de parler du frère "que je ne comprends pas quand il me parle" avec ses "Fi !" et tout le bazar , avec des personnages attachants, j'aime bien les dessins et il y a de bons scénarios, des rebondissements... Dommage qu'il n'y ait eu que trois tomes !

09/08/2007 (modifier)
Par Estel
Note: 4/5

C'est en voyant cette BD dans les avis que je m'en suis souvenue et si je l'ai lue dans les Spirou quand j'étais ado, j'en garde des traces assez fraîches parce que je m'étais régalée (et que de temps en temps quand je suis chez mes parents je farfouille dans les vieux Spirou). Les histoires sont hilarantes, de la même veine qu'Astérix comme tout le monde le dit mais quand même avec sa propre vie puisque les lieux et l'époque n'ont rien à voir. Dans les personnages, on retrouve les mêmes caractéristiques qui font gags mais ils ont une autre interaction que dans Astérix ; J'ai vu qu'il y avait peu de tomes, je vais tâcher de me les trouver (ou l'intégrale) et je pense que même ceux qui ne sont pas fans d'Astérix devraient l'essayer !

10/03/2007 (modifier)
Par Chéreau
Note: 4/5

Une oeuvre de jeunesse méconnue du duo Goscinny-Uderzo, qui allait accoucher peu après du phénomène Astérix. En choisissant de placer leur histoire au moment de la colonisation française de l'Amérique, au milieu du XVIIIe siècle, Goscinny et Uderzo renouvellent singulièrement le genre du Western. Car l'occidental qui débarque ici dans l'ouest sauvage est un jeune noble français à perruque -ce qui lui vaudra son surnom de Double-Scalp !-. Le regard naïf de Double-Scalp sur le monde indien puis celui, plus lucide mais non moins neuf de son désormais ami Oumpah-Pah sur la France de Louis XV sont prétextes aux quiproquos les plus réjouissants. La galerie de personnages savoureux qui a fait le succès d'Astérix est déjà là : sorcier maladroit, responsable des signaux de fumée totalement dyslexique, pirate cruel et fier de l'être, espion veule... Le talent graphique d'Uderzo les rend souvent irrésistibles. Chaque case contient un gag et les histoires des cinq albums de la série témoignent du souci de Goscinny de construire ses scénarios avec la rigueur horlogère des meilleures comédies de théâtre ou de cinéma. Je recommande d'ailleurs l'intégrale en un volume, compte tenu du faible nombre d'épisodes et du fait que les histoires s'enchaînent pour n'en former finalement qu'une seule.

09/03/2007 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Ce vaillant et brave guerrier de la tribu des Shavashavah fait une entrée tonitruante dans l'hebdo Tintin n°14, 13ème année, du 2 Avril 1958. Il en partira, sur un dernier grand rire dans le n° 19, 17ème année, du 8 Mai 1962. Sincèrement, ça me fait toujours bien marrer !... Une très bonne série humoriste qui "déménage" à quasi chaque page et dont le postulat de départ est d'une excellente veine : un indien et un officier, fort encombré par sa perruque, vont mener une sorte de croisade bourrée d'humour contre les soldats prussiens et anglais, des tribus belliqueuses ; le tout sur fond de colonisation de l'Amérique. C'est fort. Très fort. Pas de chichis : on plonge directement dans le gag visuel et des dialogues savoureux. Pas de répit pour le lecteur (dont moi), littéralement bombardé de bons mots, de situations "hénaumes" (aaahh... "frère cheval"..) qui ne vous laissent que rarement le temps de respirer. Une magnifique série qui -hélas- durera bien peu. Accaparés par le succès foudroyant d'Astérix, ses deux "papas" délaisseront Oumpah-Pah, Hubert "Double scalp" et autres personnages plus fous les uns que les autres. Dommage, vraiment, car cette série est une véritable création faite d'inventivité, d'innovations, d'un texte "sur mesure" et de la fantastique "patte" d'Uderzo. Cela va faire 45 ans qu'Oumpah-Pah s'est retiré, édité dans seulement trois opus. Mais énormément de gens s'en souviennent toujours. Les vrais "héros" ne meurent jamais.

22/11/2006 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 3/5

Goscinny et Uderzo ont créé Oumpah-pah au moment d’une escapade au journal Tintin à la fin des années 50. Pendant longtemps éditées au Lombard, les aventures d’Oumpah-pah ont été rééditées par les éditions Albert-René. L’histoire évoque la colonisation de l’Amérique du Nord, les relations entre les Indiens et les Français, sur un mode humoristique. Oumpah-pah partage la vedette avec un Hubert de la Patte-Feuilletté plutôt gaffeur. Mais le succès d’Astérix a empêché les auteurs de poursuivre les aventures du jeune indien. A découvrir, car ce qui a fait le succès d’Astérix était déjà présent dans les aventures d’Oumpah-pah.

21/08/2006 (modifier)