Les Yeux à vif

Note: 3.29/5
(3.29/5 pour 7 avis)

Récits immobiles et inachevés, souvent mélancoliques.


Comix

Un couple de voyeurs observe ses nouveaux voisins. Un jeune homme demande à sa petite amie de lui dire des cachonneries au téléphone. Une jeune femme est persuadée qu'un homme la suit partout... Douze histoires où les personnages ont ceci d'extraordinaire qu'ils réagissent aux évênements... ordinairement. C'est-à-dire de manière sensible et instinctive. Très vite, une seule certitude se dégage : les gens ordinaires sont imprévisibles. Que ceux qui trouvent que les comics de Tomine ressemblent à ceux de Clowes, se rassurent, ils sont loin d'avoir tort, pour la petite histoire Tomine et Clowes sont voisins et amis.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1998
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Les Yeux à vif
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

31/05/2002 | ArzaK
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

J'avoue être passé totalement à côté. Ces douze histoires très courtes m'ont laissé un goût amer d'inachevé. J'ai alors été forcément très déçu. Je n'ai pas compris le pourquoi de ces tranches de vie de personnes aussi différentes. Il n'y a aucun lien entre ces histoires. Cela n'a évoqué aucun sens pour moi. Ajout à l'avis initial J'ai procédé à une relecture 8 ans après avec un regard plus mâture et une expérience plus grande en matière de bd. Mon objectif était de savoir si j'étais passé à côté de quelque chose pour une oeuvre plutôt admirée dans l'ensemble. Je suis arrivé à saisir le sens de cet univers constitué de non-dits et de douleurs intimes. Il y a une certaine intensité psychologique dans ces personnages torturés. Pour autant, je n'apprécie toujours pas. Je relève néanmoins la note d'une étoile supplémentaire car certains des récits sortent un peu du lot.

01/09/2007 (MAJ le 01/11/2015) (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Ma note se rapproche plutôt du 3,5/5. Parce que malgré mon plaisir de lecture plutôt évident, je n'ai pas été transporté par ce recueil d'histoires courtes. Adrian Tomine est un auteur dont j'apprécie le trait, le côté un peu vain des histoires. "Les Yeux à vif" en est un bon exemple ; pour croquer simplement des tranches de vie, Tomine est un champion. Que ce soit sur deux ou vingt planches, il n'a pas d'équivalent, à mon sens, dans la sphère du comics. Et puis son trait est vraiment sympathique, même si un peu stéréotypé par moments. Un chouette petit album, mais sans plus.

17/11/2006 (modifier)
Par Manu Temj
Note: 4/5

Adrian Tomine, jeune prodige de la bande dessinée intimiste américaine voit chaque jour grossir les rangs de ses fans. Les Yeux à Vif est à mon sens le meilleur de ses volumes traduit en français ! J’avais bien aimé 'Blonde Platine' tout en déplorant un trop plein de lassitude dans la psychologie des personnages, de fait un peu trop monolithiques (même si dépeints avec grand talent). '32 histoires', recueil de planches de jeunesse valait surtout pour la genèse de l’auteur et la progression de son univers. Les récits repris dans Les Yeux à Vif sont riches, beaux, séduisants, sensibles et justes, plongeons en profondeur dans la psychologie adolescente : fragile et révoltée, méprisante et implorante. Evidemment, point de rebondissements, de courses poursuites, de mystère ésotérique, ni de complot politico-financier dans cet album. Ce n'est pas le propos. A travers ses personnages, Tomine nous parle un peu de lui, mais aussi beaucoup de nous, ou de ce que nous avons été. Tant pis si l’édition de Delcourt est paraît-il un peu light, le papier trop fin et les noirs pas assez noirs. Achetez ce bouquin si vous le trouvez !

30/08/2005 (modifier)
Par okilebo
Note: 3/5

Il est clair que les albums de Adrian Tomine sont souvent intimistes. Les tranches de vie sont, la plus part du temps, le thème principale de cet auteur aime développer et, ma foie, on ne s'en plaindra pas. A travers 12 histoires, il nous présente des personnages souvent paumés, à qui la vie n'a pas forcément fait de cadeaux et qui vivent souvent dans une pesante solitude. Tous les récits présentés, ici, sont plus ou moins de qualité égale mais personnellement, j'ai eu un petit faible pour "Pause déjeuner". Cette histoire m'a beaucoup touché. Graphiquement, le trait de Tomine est sans faille. Son dessin est très agréable et les expressions des personnages sont très bien rendues. Les Yeux à Vif est un album à lire !

15/07/2005 (modifier)
Par adrien
Note: 4/5

Adrian Tomine, avec ses compères nord-américains Clowes, Ware, Cooper... est un des auteurs les plus marquants de la décennie. A travers des histoires courtes à teneur autobiographique (auto-fiction) Tomine explore et décortique l'inconfort des relations sociales, la solitude, la conformisation, le mal être dans une société ultra calibrée... bref, il observe le monde d'un peu plus haut pour y voir d'un peu plus prés. L'atout majeur de ses histoires: Aucune "vérité" n'est posée, seulement des réalités. Ce qui touche le plus est la construction narrative, un peu dans le même esprit que Baudoin, sans début ni sans fin, sans fil logique, parfois incohérent, à l'image de la vie.

17/04/2005 (modifier)

Comme le dit Arzak, ce livre raconte quelques tranches de vie. Au sens propre du terme. C'est-à-dire que les épisodes qui forment ce livre ne sont pas des histoires, dans le sens où elles n'ont pas de fin, et - à la limite - pas de début. Cela est vraiment déroutant, et m'a tout d'abord fait mauvaise impression. Mais une fois fini, je dois avouer que cet album n'est pas si mal que ça. Indéniablement original, les émotions qu'il fait passer sont nuancées et bien rendues, même si les " nouvelles " sont souvent assez glauques. Livre atypique, original et intéressant, sa lecture vous laissera sans doute un peu perplexe. Je vous conseille tout de même d'y jeter un œil. Lisez " Job d'été ", " Dylan & Donovan " ou encore " Pris en otage " par exemple, ils sont assez représentatifs, et s'ils vous plaisent, laissez-vous tenter...

01/10/2002 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

Que ceux qui attendent d'une bande dessinée qu'elle les fasse rêver et trépigner d'impatience tout au long de scénario à suspense, passent leur chemin. Ce n'est pas dans cette voie que Tomine fait du comics. Ses héros sont mélancoliques, désabusés, en dehors de toutes initiatives qui pourrait les sortir de leur immobilité. Chaque histoire est un constat, froid, en dehors de tout élan lyrique mais rendu passionnant grâce à l'extraordinaire sens de l'observation de l'auteur. Si je devais comparer ces histoires à quelque chose d'autre, je dirai que l'on est pas très loin des films d'Antonioni. Evidement, il faut avoir envie de ce type de narration plutôt anti-narrative pour apprécier cet album qui met l'accent sur les temps morts plutôt que sur les temps forts. Vous ne pourrez pas dire que l'on ne vous aura pas prévenu...

31/05/2002 (modifier)