Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Germain et nous

Note: 3.2/5
(3.2/5 pour 15 avis)

Les histoires hilarantes d'une bande d'ados glandouilleurs...


Adolescence Albums jeunesse : 10 à 13 ans Frédéric Jannin Journal Spirou Séries à offrir aux jeunes ados

Germain et ses potes, c'est une bande d'ados glandeurs finis. Chacun a son caractère. Il y a le fan absolu de musique inaudible, qui passe sa vie entre sa chaine, son walkman et le discaire. Il y a la fille sympa dont les parents sont hyper ouverts, bouffent végétarien et font du yoga. Il y a germain, et son petit groupe de musiciens, avec son père imbuvable, fan de foot! Il y a la fille un peu boulote qui s'évertur à faire des régimes... Il y a les problèmes de coeur, de boutons, bref, toute la vie d'un ado quoi...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1979
Statut histoire Strips - gags (gags en une page) 14 tomes parus
Couverture de la série Germain et nous

29/05/2002 | Steril
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

« Tais-toi quand tu réponds à ton père ! » Rien que pour cette phrase, lue à une époque où je traversais vaille que vaille ma crise existentielle d’adolescent rebelle, rien que pour cette phrase, donc, j’aurais pu considérer toute la série comme culte. Mais Germain et Nous ne se résume pas à une phrase. Les personnages mis en image par Jannin sont tellement représentatifs de ma génération que lire un gag s’apparente plus souvent qu’à son tour à se remémorer une anecdote vécue. Des journées glandage entre amis à ne savoir que faire au drame parental de la programmation d’un magnétoscope, en passant par ces multiples obsessions masculines (foot, musique, drague, rapports parents/enfants) ou féminines (régimes, musique, recherche du grand amour, rapports parents/enfants), tout est d’une justesse hilarante. Le trait spontané de Jannin convient parfaitement à la série. Il est typique du franco-belge à gros nez mais possède une touche naturelle confondante de simplicité. Bien sûr, on peut regretter la pauvreté des décors, mais la force de ces gags était telle qu’ils se suffisaient à eux-mêmes (Ah, ce père qui jure et peste parce qu’à 9h du mat’, son fils n’est toujours pas levé, ne réalisant pas que ce dernier n’est tout simplement pas encore rentré !) La série eut déjà été culte si l’on s’était arrêté là. Mais Jannin était (et est toujours, d’ailleurs) un vrai allumé. Alors, lorsqu’il invente un groupe de rock dont ses personnages seront fans (les fameux Bowling Balls), il ne peut arrêter son délire, … et crée un véritable groupe de rock, dont je possède un 45T (« but you don’t know what it’s like to be alone in the house »). Pour toutes ces raisons, mais prioritairement parce que cette série aura marqué à l’indélébile mon adolescence, j’attribue le terme de culte à Germain et nous ! (et tant pis si les derniers tomes de la série n’offraient plus la même qualité humoristique qu’à ses débuts).

16/06/2009 (modifier)