Nodame Cantabile

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Vous pensiez que la musique classique était un sujet rasoir ? Lisez "Nodame Cantabile"...


Josei ou Redikomi Kodansha La BD au féminin : le manga Musique

On dit que la musique adoucit les mœurs. Shin’ichi Chiaki, coincé au Japon à cause de ses phobies de l’avion... mais aussi du bateau, ne ressent pourtant pas les choses de cette façon. Il faut dire qu’après avoir passé son enfance en Europe et suivi l’enseignement du grand chef d’orchestre Sebastiano Viera, ce que l’université de Momogaoka lui propose lui paraît bien fade. Pianiste et violoniste surdoué, l’admiration qu’il suscite auprès des autres élèves n’a d’égal que l’ennui profond qu’il ressent en leur compagnie. Tout change lorsque le jeune homme croise le chemin de Megumi Noda, ou Nodame, une étudiante qui possède un don rare : elle est capable de jouer un morceau de musique « à l’oreille », après l’avoir entendu une seule fois. Une facilité qui cache une faiblesse : Nodame a toutes les difficultés du monde à lire une partition, et à jouer cette dernière de façon conventionnelle, en respectant au plus près l’œuvre originale. Le talent de la jeune fille, son aisance naturelle et sa capacité à improviser bluffent toutefois Shin’ichi, qui se rapproche d’elle, et compose tant bien que mal avec son caractère définitivement fantasque. (résumé éditeur)

Scénario
Dessin
Traduction
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Janvier 2009
Statut histoire Série terminée 25 tomes parus

Couverture de la série Nodame Cantabile © Pika 2009
Les notes
Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

27/04/2010 | Altaïr
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Le fils d'un célèbre pianiste rêve à son tour de devenir un grand chef-d'orchestre. Cependant, il semble être un peu coincé au Japon. C'est là qu'il va faire la connaissance de Nodame, une jeune fille un peu excentrique qui va lui faire tourner la tête. Tous les ingrédients semble être réunis pour une grande romance sur fond de musique classique. Le cadre musical de ce manga est très intéressant car on entre dans les coulisses de ces prestigieuses écoles qui forment les musiciens de ce monde. Je regrette juste que cela s'étire en un grand nombre de tomes. Au bout de quelques tomes, on va tourner en rond. La fraîcheur du début va s'estomper. Malgré tout, la bonne humeur restera. Le trait graphique est d'ailleurs très simple et dépouillé ce qui permet également une bonne lisibilité. C'est un manga de plus sur la musique mais qui apporte quelque chose en plus. En avant la musique !

05/12/2015 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Je viens de finir de lire les 9 premiers tomes de cette série. Je les ai trouvés originaux, intéressants, parfois amusants, mais j'avoue que j'attendais un peu mieux de ce manga. Nous nous plaçons dans l'univers des étudiants en musique. La trame de l'intrigue joue sur les relations entre les deux personnages principaux, au début une simple relation de voisinage ambigüe dont on devine aisément qu'elle va se transformer tout doucement en amour sincère. Shin’ichi Chiaki est un beau jeune homme, surdoué dans tous les domaines musicaux, très travailleur et très consciencieux, séducteur involontaire de toutes les femmes qui l'entourent mais assez taciturne et traumatisé au fond de lui-même. Face à sa rigueur presque austère, Megumi Noda est plus que fantasque. Instable et bordélique, elle oscille entre crises de déprime et d'infantilisme aigu. Mais comme Chiaki, elle est folle de musique et, même si elle a toutes les peines du monde à déchiffrer une partition, elle est capable d'interpréter presque toutes les musiques qu'elle a entendues un jour et elle affectionne tout particulièrement l'improvisation et la création personnelle. Et surtout Nodame la fofolle est complètement éprise à sa manière de Chiaki. Nous allons donc suivre ces deux-là mais également tous les étudiants et les musiciens qui vont les approcher et travailler avec eux, durant quelques-unes de leurs années d'étude puis le début de leur carrière. Et nous observerons ainsi leur évolution musicale aussi bien que sentimentale. Les personnages sont originaux et plutôt attachants. Malgré tout, moi qui pensais adorer le caractère excentrique de Nodame, je ne m'y suis pas vraiment retrouvé avec elle. J'ai trouvé un peu artificiel son comportement parfois enfantin parfois dépressif. N'arrivant pas à la cerner et ne la trouvant pas naturelle, je ne suis pas tombé sous son charme comme je l'aurais souhaité. Du coup, je me suis surtout intéressé à Chiaki, l'intrigue tournant d'ailleurs essentiellement autour de lui au final. Et avec lui, le scénario devient un peu la success story d'une étoile montante de la musique. C'est intéressant, bien mené, parfois assez prenant, mais pas totalement captivant. Je m'attendais aussi à davantage d'humour. Certes Nodame est amusante avec ses actes et ses expressions bizarres ("Mukkiiiii !", "Gabooo !", ...), certes les déboires d'un Chiaki qui ne demande pas de tant plaire aux filles amènent parfois le sourire, mais je me suis un peu ennuyé sur la partie humoristique de ce manga. Ce fut donc une lecture plaisante pour moi et qui m'a donné envie de réécouter de la musique classique pour en apprécier plus distinctement les finesses. Je me suis suffisamment attaché aux personnages pour souhaiter suivre un peu encore leurs aventures, d'autant plus qu'à partir du tome 10, j'ai bien envie de les voir évoluer dans Paris. Mais je n'ai pas été totalement accroché et je n'ai pas plus hâte que ça de lire les tomes suivants.

13/07/2010 (modifier)
Par Altaïr
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

A première vue, tout oppose Shin'ichi Chiaki à sa voisine de palier Megumi Noda, dite Nodame, tous deux étudiants en musique : Lui est beau, sérieux, ambitieux, ordonné (limite maniaque), riche fils de bonne famille propre sur lui, un bourreau de travail très conscient de son génie (réel) pour la musique, et qui se rêve en chef d'orchestre à la renommée internationale. Elle est franchement excentrique et délirante, sans-gêne, bordélique au plus haut degré, vit dans un dépotoir nauséabond, ne pense qu'à manger, et ambitionne de devenir institutrice... Mais Nodame étudie le piano, et bien qu'elle manque de rigueur et qu'elle n'en fasse qu'à sa tête, elle est (sur)douée et a un style unique et inspiré qui plait à Chiaki. La rencontre entre les deux personnages va être explosive, on s'en doute. Leurs démêlés sont source inépuisable de gags hilarants, mais aussi de moments touchants, car on s'apercevra bientôt que l'un et l'autre ne pourront exploiter leur potentiel à fond qu'ensemble, Nodame apportant inspiration, humanité et fantaisie à Chiaki, qui lui apportera en retour rigueur, motivation et ambition... Ils sont opposés, mais finalement surtout complémentaires, et l'un sans l'autre ne serait qu'un artiste incomplet. En France, on connait déjà Tomoko Ninomiya pour son très remarqué Tensai Family Company, qui basait déjà son histoire sur les extrêmes opposés qui s'attirent. Avec "Nodame Cantabile", série culte au Japon (plus de 20 millions de tomes écoulés parait-il) et déclinée en drama, en film et en anime à succès, elle nous fait partager son amour de la musique classique avec humour et finesse, et suffisamment de réalisme pour rendre le parcours de ses deux héros crédible. Le résultat est passionnant et fortement addictif. Son seul défaut est de ne pas avoir de bande sonore dans une bande dessinée, mais il suffit d'en mettre en musique de fond pour régler le problème... Un mot sur le dessin : ce n'est clairement pas ce qu'on retiendra de ce manga. Ni bon ni mauvais, on n'a jamais particulièrement envie de détailler une case, mais cela ne nuit en rien à la lecture : il est très clair et sert une narration limpide. A noter que les passages musicaux sont extrêmement bien traités, particulièrement expressifs... ce qui est une gageure pour une BD ! Il y a longtemps que je n'avais pas lu un shojo (bon, techniquement c'est un josei) qui m'emballe à ce point. Les personnages sont ultra-attachants malgré leurs nombreux défauts, et chaque page lue amène la suivante. De plus, le propos est assez mur et ne comporte point de mièvrerie ni de stéréotypes machiste : Chiaki fait la cuisine et le ménage (j'avoue que c'est un détail qui me plait beaucoup 8) ), et Nodame, qui en pince pour le beau ténébreux, finit par réaliser que si elle veut toucher son cœur de pierre il faut qu'elle se mette à son niveau d'excellence... Bref, si vous aimez la musique classique vous serez conquis. Et si vous ne l'aimez pas ... vous serez convertis ! P.S : pour ceux que le (sur)jeu euh ... "particulier" des acteurs de dramas (feuilletons cheaps) japonais ne rebute pas, et qui ne sont pas gênés de voir des européens joués par des japonais en perruque blonde, je conseille très vivement l'adaptation de ce manga sous ce format, qui a l'avantage de mettre en valeur la musique, malheureusement absente de cet excellentissime manga !

27/04/2010 (modifier)