Hocus Pocus

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Qui n'a pas rêvé de connaître des tours de magie. Ils est, hélas, parfois dangereux d'être marié à ses rêves comme il est dangereux d'être magicien, c'est la vie... (Quatrième de couverture)


Format à l’italienne Le Premier Futuropolis (1972-1994) Magiciens et Prestidigitateurs

Qui n'a pas rêvé de connaître des tours de magie. Ils est, hélas, parfois dangereux d'être marié à ses rêves comme il est dangereux d'être magicien, c'est la vie... (Quatrième de couverture) 58ème volume de la collection X

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1988
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Hocus Pocus
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

03/03/2010 | Ems
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Voilà un album assez bien fichu, qui se lit assez vite, mais qui m’a bien plu. Le dessin, utilisant le lavis apparemment, est plutôt bon, original, hésitant entre l’esquisse, le croquis et des passages un peu plus travaillés. L’histoire et une sorte de crime parfait, d’un homme qui veut se débarrasser de sa compagne, avec laquelle il réalise des numéros de music-hall. La technique utilisée pour arriver à ses fins est originale. Comme l'est la chute finale que j’ai trouvée amusante. Une bonne pioche dans cette collection de chez Futuropolis qui permet de découvrir certains auteurs sans se ruiner.

21/06/2018 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Ces auteurs avaient déjà montré de bonnes dispositions dans leur première BD : La folie de Ziegfeld. Dans "Hocus Pocus", ils montent d'un cran. Ils décortiquent à nouveau les comportements humains et leurs interactions. Le personnage principal est un magicien dont l'assistante est sa femme qui le rend cocu tous les jours. Il cherche un tour de magie pour la faire définitivement disparaître. Le roman graphique bascule dans le fantastique et aboutit sur un très bon final. Ce one shot est un des meilleurs volumes de la collection X. Le dessin est plus soigné que dans le précédant opus mais il reste des gros amas de gris en guise de coloration. J'ai bien aimé ce récit sans prétentions mais très juste.

03/03/2010 (modifier)