Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Ben Hur

Note: 3.75/5
(3.75/5 pour 4 avis)

An 27, Jérusalem sous le joug de l'Empire romain. Alors que couve une rébellion, Juda Ben Hur, prince de Judée, retrouve après cinq ans d'absence son ami d'enfance, Messala, devenu tribun romain. Juda pense trinquer à leurs retrouvailles comme deux frères qu'ils étaient, qu'ils sont restés... et qui le resteront ? Les événements et la folie destructrice des hommes en décideront tout autrement.


Au temps de Rome et de l'Empire Romain Proche et Moyen-Orient

Sous le règne de l’empereur Tibère, un jeune homme romain, Messala, rentre au pays qui l’a vu grandir, la Judée. Il revient de plusieurs années de formation à Rome, où on lui a inculqué les préceptes militaires et la grandeur de l’Empire. Le voilà aujourd’hui nommé Tribun, à la tête de la garnison de Jérusalem ! Il est accueilli par son ami d’enfance, Juda Ben Hur, en compagnie duquel il jouait jadis, dans la chaleur de deux familles aimantes. Ils partagent ensemble une coupe de bon vin gaulois et se serrent dans les bras l’un l’autre. Toutefois, la conversation s’envenime : Messala revendique à présent une idée de l’ordre, qu’il compte bien appliquer rigoureusement à la province. Les protestations de Juda pour modérer ses ambitions expansionnistes sont vaines. Lui, revendique un droit à sa culture hébraïque, héritée des lois édictées par Moïse. Les deux amis se séparent on ne peut plus fâchés, se jurant à la mort une opposition farouche. De retour auprès des siens, Ben Hur relate avec amertume son entrevue. Sa sœur cadette, Tirzah, jusqu’alors très amoureuse de Messala, fond en larmes. Le lendemain, un cortège se fait entendre dans la rue. La légion de Messala défile, pour honorer le nouveau procurateur, sous les huées de la population. Tirzah se penche alors au dessus d’un muret de la villa, pour se faire remarquer de celui qu’elle espère encore séduire… et elle fait s’effondrer accidentellement plusieurs tuiles dans la rue… sur la tête du procurateur, qui fait une mauvaise chute ! Le cortège s’immobilise. Aussitôt, on crie à l’attentat ! La porte de la villa Ben Hur est enfoncée...

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Novembre 2008
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Ben Hur

17/07/2010 | Erik
Modifier


Par kanibal
Note: 4/5
L'avatar du posteur kanibal

J'étais plutôt sceptique au départ mais au fil des pages j'ai pu me rendre compte que l'adaptation de Mitton est plus que réussie, les personnages ont du charisme : Messala par sa soif de pouvoir, Juda Hur par sa foi. Par contre pour le Cheik Ilderim certains détails ont attiré mon attention : le cheik est un Syrien mais il ressemble plus a un marchand d'Arabie et l'entendre dire "Allah Akbar" m'a paru incongru, une telle phrase de l'an 30 après la naissance de J.C. Les dessins de Mitton sont toujours aussi bons, ses lépreux sont même plus effrayants et repoussants que ceux du film de 1959, j'ai apprécié son parti pris oùu l'on ne voit jamais le visage de J.C., toujours de dos pour les gros plans ou plan large pour les vues de face. Bien que les dialogues soient longs on ne s'ennuie pas, la lecture est fluide. Une bonne série de J.Y Mitton

23/07/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Pour quelqu'un comme moi qui est cinéphile et fan des vieux films du Hollywood de l'âge d'or, il est difficile de ne pas lire cette saga sans penser continuellement au film réalisé en 1959, un chef-d'oeuvre du cinéma épique comme Hollywood ne sait plus et ne peut plus en faire. J'ai vu ce film au moins une bonne douzaine de fois, et je connais donc cette histoire par coeur, je ne peux m'empêcher de faire sans cesse un comparatif, c'est assez frustrant pour la lecture, mais j'y ai pris cependant du plaisir. Je me suis d'ailleurs demandé pourquoi Mitton avait choisi ce sujet, car il doit y avoir autant de gens dans mon cas que de gens qui n'ont pas vu le film certes, mais aussi, dans cette histoire biblique, il ne peut pas glisser ses scènes de sexe qu'il aime tant. Pour se démarquer du film, même si c'est très difficile, Mitton tente de restituer la vision évangélique romantique qui est celle du roman de Lew Wallace, un peu occultée par le film, car c'est aussi avant tout un roman, un peu empesé maintenant, mais plutôt louable. Il y a un détail flagrant qui diffère du film, c'est la brutalité des Romains et le côté extrêmement dur et perfide de Messala (dans le film, il est plus soft, on était en 1959). Mitton insiste bien là-dessus pour rendre les Romains le plus vil possible. Dès le départ, Messala montre son arrogance, son cynisme et son orgueil de Romain habitué à dominer les peuples conquis, il est fier de ça ; ce mépris est beaucoup plus accentué dans la scène des retrouvailles par rapport au film. Ce côté là est donc un choix intéressant de la part de Mitton. Sinon, beaucoup d'autres séquences sont repiquées du film, même dans le visuel et les plans, ça suit de très près les scènes du film avec quelques détails rajoutés, et quand on les a gravées dans la mémoire, ça gâche un peu le plaisir de la découverte. Heureusement que le dessin est impeccable comme toujours chez Mitton qui soigne ses décors, ses détails, ses fonds de cases, sinon, ça aurait été insupportable, et j'aurais sûrement décroché par lassitude. Quelques pages muettes reposent un peu parfois le lecteur d'un dialogue assez fourni. Pour ceux qui ne connaissent pas le film, je recommande cette grande fresque biblique.

15/10/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai jamais vu le film Ben Hur qui ne m'intéresse pas et j'ai lu cette série uniquement pour Mitton dont j'aime le dessin. D'ailleurs, même si je l'aime toujours, je dois dire que je suis un peu déçu car il me semble que son dessin était plus beau dans ses albums des années 90. Le scénario est prenant même si l'idée que deux amis d'enfance deviennent ennemis une fois adulte n'est pas nouvelle, j'ai trouvé qu'ici c'était bien traité et ma partie préférée est sans aucun doute lorsque Messela et Juda discutent. Le coté historique est aussi intéressant et il manque juste un petit quelque chose pour que trouve cette série mémorable.

07/10/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Je suis plutôt un fan de l'oeuvre de Mitton. Aussi, cette reprise d'un grand classique cinématographique m'a plutôt ravi. L'auteur revient aux origines du roman pour retracer fidèlement la destinée de Ben Hur avec un côté plus messianique. Cela se fera en 4 tomes alors qu'il en avait prévu 3 initialement. Le premier tome nous fait entrer dans le conflit qui oppose le tribun romain Messala avec son ancien ami Ben Hur qui se termine par une disgrâce aux accents de tragédie grecque. Le second tome traite de la fameuse bataille navale : une armada de 140 navires face à la redoutable flotte macédonienne pour réouvrir une route commerciale vers l'Empire. Ce sont aussi les années de galère du prince juif. Le troisième tome fait la part belle à la célèbre course de char qui en a fait un monument du cinéma avec Charlton Heston dans le rôle principal. C'est aussi l'heure de la vengeance qui a sonné. Il croise notamment le personnage du Christ qui lui prône le pardon. Intéressant parrallèle... Mitton a fait preuve de beaucoup d'audace en adaptant une histoire archi-connue et en dévoilant des aspects méconnus. Pour autant, j'aurais préféré une oeuvre tout à fait originale. Cela dit, on voit que la maîtrise du scénario est quasi parfaite. Vae Victis a véritablement servi de tremplin. Nous avons un véritable connaisseur de cette période trouble et passionnante. Une belle saga à suivre !

17/07/2010 (modifier)