Pain d'Alouette

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 15 avis)

Après le succès de L’Aigle sans orteils, Christian Lax revient à son amour pour le vélo avec un récit sur les pavés de Paris-Roubaix, dans les entrailles des mines du Nord… Le vélo, métaphore de la souffrance et de la dignité des humbles…


1919 - 1929 : L'Après-Guerre et les Années Folles Adoption Bienvenue dans le Nord ! Cyclisme Il y a 10 ans... Les prix lecteurs BDTheque 2009 Nouveau Futuropolis Sport

Avril 1919, dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Quentin Ternois, ancien coureur cycliste, gazé à Ypres deux années plus tôt, emmène son neveu Élie découvrir LE Paris-Roubaix, « l’Enfer du Nord ». La souffrance et la persévérance de ces trimards du vélo forcent le respect du jeune mineur, qui sait ce qu’« aller au charbon » veut dire. Et pour lui, ce sera une révélation. Au même moment, dans un orphelinat du Sud-Ouest, une très jeune enfant est en butte à la brutalité du directeur. C’est Reine Fario, la fille d’Amédée, « l’Aigle sans orteils », tué sur le front… Quatre ans plus tard, Camille Peyroulet, ingénieur en retraite de l’observatoire du pic du Midi, grand ami d’Amédée, apprend l’existence de Reine, et la mort d’Adeline, sa mère. Désormais, dans le souvenir ému d’Amédée, Camille n’aura de cesse de retrouver Reine, pour l’adopter. Ce ne sera pas une mince affaire...

Scénariste
Lax
Dessinateur
Lax
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Novembre 2009
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Pain d'Alouette
Les notes (15)
Cliquez pour lire les avis

12/11/2009 | iannick
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

On peut considérer ce diptyque comme une sorte de suite de L'Aigle sans orteils, Lax réutilise les mêmes recettes : exploit sportif, aventure humaine, dépassement de soi... mais en accordant presque autant de place au vélo qu'à la dure condition des mineurs dans ce Nord de la France où la mine est le ferment de la vie, et où le Paris-Roubaix s'érige en symbole, cette épreuve cycliste restant comme l'une des plus dures au monde, surtout à cette époque d'après Première guerre mondiale. C'est un test révélateur pour les cyclistes de ce temps (car aujourd'hui tout ceci a bien changé avec la logistique moderne), en un mot : c'est pas pour les amateurs ! Par dessus cette épreuve alternant avec les mineurs , il est question de Reine Fario, la fille d'Amédée ; on suit son évolution jusqu'à son adoption difficile par Camille Peyroulet, l'ancien ingénieur de l'observatoire du Pic du Midi que le lecteur est content de retrouver ici un peu plus âgé. Lax fait donc le parallèle entre ces 3 dynamiques, tout en brassant d'autres thèmes, tels que les conséquences de la Première guerre mondiale sur des individus. C'est justement ce qui m'a un peu moins attiré dans ce scénario : il se diversifie trop et fait le va et vient entre différents personnages et différents lieux ou époques, ce qui crée une sorte de narration saccadée, alors que L'Aigle sans orteils se focalisait sur la détermination d'un homme qui voulait à tout prix accomplir son rêve malgré son handicap. Pour moi, même si je trouve des qualités à ce récit, il m'a moins touché, il reste inférieur au précédent car il explore trop de pistes à la fois, en dépit d'une aventure Paris-Roubaix bien rendue dans son aspect pénible, et malgré un dessin toujours très réussi dans ses ambiances, ses décors et ses personnages bien définis ; le trait un peu broussailleux et les teintes un peu sépia donne un côté rétro à cette Bd qui lui correspond parfaitement.

03/04/2016 (modifier)
Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Sans être une véritable suite à L'Aigle sans orteils, ce Pain d'alouette s'inscrit lui aussi dans le domaine du vélo mais pas uniquement puisque cette histoire suit la vie d'une famille de mineurs dans le nord de la France. Dans ce diptyque Lax fait donc un rapprochement entre ces forçats de la route et ceux de la mine. Si l'histoire de la petite Reine m'a peu passionné j'ai par contre été sensible à son exposition du travail dans la mine. Au niveau du dessin encore une fois peu de chose à dire cet auteur maitrise parfaitement son sujet, il n'est que de voir le visage de ses cyclistes à la limite de l'agonie sur les routes de cet infernal Paris Roubaix. Sans être un grand fan de vélo, on ne peut que vibre devant les exploits accomplis dans une période ou le dopage consistait en un verre de vin et une tranche de pâté.

04/10/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 4/5
L'avatar du posteur Gaston

3.5 Cette série est probablement la meilleure de Lax que j'ai lue jusqu'à présent. J'avais un peu peur de lire cette série parce que je m'étais ennuyé en lisant une autre série de Lax avec du cyclisme: L'Aigle sans orteils. Heureusement, j'ai été plus captivé par le scénario de Pain d'Alouette. La raison principale est qu'il y a plusieurs personnages qui sont importants dans l'intrigue et que je les trouve tous captivants. J'ai aussi été touché par l'histoire de la pauvre Reine et je voulais absolument savoir comment elle allait s'en sortir. J'avoue toutefois que j'ai plus aimé le premier que le deuxième tome car les dernières pages ne sont pas très captivantes, mais le reste était bien quoique je n'étais pas aussi passionné que dans le tome 1 durant ma lecture. Le dessin de Lax est toujours excellent et j'adore comment il utilise les couleurs. C'est un plaisir pour les yeux !

16/08/2013 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Lax revient à ses amours comme dans « L'Aigle sans orteils ». On y parle vélo et grande guerre. C'est l'époque où les cyclistes étaient des héros presque kamikazes quand on voit la difficulté du parcours, les nombreuses chutes et le sang qui coule pour de nombreux coureurs sans pour autant les faire renoncer à aller au bout. Car il s'agit du célèbre Paris-Roubaix que nous fait revivre l'auteur, c'est une course cycliste réputée pour sa difficulté. Son dessin est très beau bien servi par des couleurs choisies. Pour autant on lit cela sans déplaisir mais sans réelle passion non plus. Je ne sais pas s'il faut être très féru de cyclisme pour apprécier, pour ma part cela reste une bonne lecture mais sans coup de cœur.

31/08/2011 (modifier)
Par raistlin
Note: 3/5

Avis dans la lignée des deux précédents mais sans connaître Lax plus que ça. J'ai aimé la qualité du dessin et des couleurs. L'atmosphère est excellente. Le récit est agréable bien qu'un peu difficile à suivre à cause des bonds dans le temps qui impliquent des physionomies qui changent. Mémoire des noms obligatoire ! Par contre, l'omniprésence du vélo pourra en gêner plus d'un... Sans être à réserver aux fans du tour de France, il vaut mieux n'avoir aucune aversion pour le sport cycliste ! C'est ce qui m'empêche de noter un peu mieux cette série de grande qualité par ailleurs (mention particulière également à la présentation cossue des deux tomes) puisque je ne suis ni fan de Lax ni fan des courses cyclistes !

18/06/2011 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

"Pain d'Alouette" est donc la suite presque directe de L'Aigle sans orteils. Lax y continue sa longue métaphore filée entre les mineurs et les coureurs cyclistes, cette image populaire qui date des premières années du Tour (et du 20ème siècle). Une image bien écorchée avec les affaires de dopage et les coureurs nés avec une cuiller en argent dans la bouche de ces dernières années. Pourtant l'amour du vélo reste intact, et son passage chez Futuropolis permet à l'auteur du Choucas de développer une intrigue bien plus détaillée, conjuguant plusieurs destins tous liés mais si différents. Au coeur de son histoire se trouve la petite Reine, que curieusement on ne voit pas trop, mais dont les origines conditionnent le titre de la série (et puis "petite Reine"... vous me suivez sur les pentes de l'esprit de l'auteur ?). Lax mène bien sa barque, ou plutôt sa bicyclette, faisant monter la tension et coïncider les évènements dans une histoire aux relents à la Zola (souvenez-vous de Germinal, influence revendiquée par Lax) vers un récit en plusieurs épisodes qui je l'espère va se révéler à la fois passionnant, intelligent et inoubliable. La deuxième étape, dont le "sommet" est bien sûr la rencontre entre Elie et Reine, confirme les bonnes dispositions de l'auteur. Il s'avale très vite, presque comme un contre-la-montre, et l'on y voit un peu plus la mine où travaillent les Ternois, avec des scènes beaucoup plus poignantes. Ce second tome recèle probablement plus de moments d'action que le premier. Et même si la fin est un peu... précipitée à mon goût, il n'en reste pas moins que ce diptyque est vraiment bon. Côté dessin, c'est mitonné aux petits oignons, réglé au millimètre, et troublant de réalisme, n'eussent été ces quelques visages en second plan pas assez travaillés pour être véritablement satisfaisants. Lax porte toutefois ses efforts sur les scènes d'importance, comme l'éventration de la nappe phréatique dans la mine ou la course cycliste. Du grand art.

11/12/2009 (MAJ le 16/03/2011) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Lax fait partie de ces auteurs dont le talent n'est plus à démontrer. Aussi, il a les faveurs du public à chacune de ses publications. On ne doit surtout pas le critiquer au nom de la pensée unique ! Pour autant, j'ai la nette impression qu'on reste toujours dans le même domaine à savoir les courses du Tour de France dans les années 10 et 20. Il faut aimer le sujet pour s'accrocher. Celui qui n'aime pas le Tour de France pourra alors se raviser. On lui objectera qu'il pourra toujours s'interresser aux conséquences désastreuses de la Première Guerre Mondiale. L'auteur ne semble pas se renouveler mais il améliore à chaque fois ce qui constitue son socle commun. Les dessins sont toujours aussi beaux mais il manque véritablement le changement qui trouverait grâce à mes yeux. C'est tout de même un peu dommage. Bon, je suis obligé d'accorder un 3 étoiles d'un point de vue objectif. Pour l'achat, il ne faudra pas trop m'en demander.

01/07/2010 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

J'avoue que je ne sais pas trop quoi penser à la fin de cette lecture. J'avais beaucoup apprécié L'Aigle sans orteils mais là je ne suis pas totalement convaincu. Ce qui me dérange c'est qu'il y a plusieurs histoires secondaires dans cette histoire et qu'elle ne se recoupent pas vraiment ou alors très artificiellement au bord d'une route en regardant passer des cyclistes. D'un coté le vieil ami d'Amédée (héros disparus de l'aigle) qui recherche sa fille, d'un autre coté une famille de mineurs qui suit régulièrement Paris - Roubaix et pour essayer de lier ça, quelques anecdotes cyclistes. Ces différentes histoires ne sont pas déplaisantes mais aucune d'elles n'est passionnante non plus. Aucun détail ne m'a donné envie de tourner les pages à fond pour savoir ce qui allait se passer, jamais je me suis dit "ou la la attention", ou "waow c'est pas croyable ce qu'il lui arrive" .... bref rien de palpitant donc ni de spectaculaire qui me donne envie de lire la suite un jour.

27/03/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Tome introductif, ce pain d’Alouette offre beaucoup. Trop même, tant cet ensemble m’est apparu décousu. Mais, je le répète, il s’agit d’un premier tome, Lax place ses pions et dispose son univers. L’ensemble promet d’être intéressant mais je conseillerai à l’amateur la lecture préalable de "l’aigle sans orteil", du même auteur avant de se lancer dans cette saga. Tout d’abord, beaucoup de références sont faite à cet album durant le récit. De plus, les univers sont fort semblables et ce pain d’Alouette me semble plus être une suite (très riche) de l’album précité qu’une série totalement indépendante. « L’aigle sans orteil » étant un one-shot, sa lecture ne vous engage pas sur du long terme. Et si cette lecture ne devait pas vous satisfaire, je crains que la série dont il est ici question vous fasse le même effet. Quoiqu’il en soit, ce premier tome explore agréablement le nord de la France. J’ai bien aimé l’évocation du Paris-Roubaix de l’époque, tout comme celle de la vie des mines, et des mineurs de fond. L’ensemble me semble donc prometteur et j’attends avec impatience de voir comment l’ensemble des pièces vont s’imbriquer dans ce puzzle encore très confus à l’heure actuelle. Au niveau du dessin, Lax évolue à un très haut niveau. Son trait en couleurs directes est d’une grande précision, d’une grande richesse et d’une grande lisibilité. Les teintes choisies donnent à l’ensemble un aspect daté qui lui convient très bien. Prometteur !

22/03/2010 (modifier)
Par jeanabou
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

On atteint les sommets de la BD en découvrant ce livre magnifique qui est la suite de L'Aigle sans orteils qui était déjà d'un très bon niveau. Un excellent coup de crayon qui donne aux visages les expressions si vraies : sourires, tristesse, colère, hargne, etc. Des couleurs pleines de douceur et de poésie. Une histoire qui tient la route comme les cyclistes qui y sont décrits. Ce livre nous fait traverser par les routes du Nord et des Pyrénées lors des années 1910-1920, la grande guerre. C'est pour ce genre d'ouvrage que l'on aime la BD, alors encore merci à Lax et on est impatient de la suite...

25/02/2010 (modifier)