Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Filles d'Aphrodite

Note: 2/5
(2/5 pour 4 avis)

Les filles d'Aphrodite est une agence matrimoniale dont plusieurs femmes clientes se font tuer. Le passé de l'une des 2 femmes qui s'en occupent la rattrape et ... C'est une histoire policière intéressante avec de nombreux rebondissements qui ne manque pas d'attirer notre attention.


1930 - 1938 : De la Grande Dépression aux prémisces de la Seconde Guerre Mondiale Bulle Noire Jumeaux, jumelles La BD au féminin

New York au milieu des années 30. Lenni et Mona, deux belles jeunes filles de vingt ans, dirigent une agence matrimoniale baptisée "Les Filles d'Aphrodite". Guidées par leur flair, un peu de voyance, et surtout par le délire ambiant de ces années-là, elles s'amusent à faire se croiser la vie de leurs clients. Mais les affaires louches, les complots et les meurtres ne tardent pas à faire irruption dans ce climat trop idyllique. Orpheline de naissance, Lenni vient d'apprendre l'identité de sa mère et de se découvrir une jumelle assassinée. Va-t-elle enfin connaître son père ? Et qui est le mystérieux homme qui l'aborde au cimetière ? Quelles révélations s'apprête-t-il à lui faire?

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 1999
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Les Filles d'Aphrodite
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

16/05/2002 | Ottonegger
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Le début avait l'air de suivre une enquête classique de disparition et de meurtre liée à cette agence matrimoniale, mais très vite, ça dévie vers une direction qui pour une raison que j'ignore, se complaît dans la confusion. Cette intrigue est de plus en plus compliquée et semble vouloir se lancer comme défi d'étonner le lecteur en multipliant les révélations et les rebondissements. Ceci n'a pour effet que d'embrouiller encore plus un scénario qui n'en a déjà pas besoin. J'avoue que j'ai lu cette histoire sans aucun plaisir et que je n'arrive pas à comprendre l'intérêt d'un tel scénario. Et est-ce que André Taymans comprenait lui-même ce qu'il dessinait ? Si je suis allé au bout, très péniblement il faut bien le dire, c'est uniquement pour le dessin de Taymans que j'ai toujours apprécié depuis Caroline Baldwin ; ici, il restitue parfaitement l'époque des années 30 avec son style néo-Ligne Claire très séduisant. Au final, cette note basse ne vaut que pour le dessin, sinon c'est zéro pour l'intrigue ; la série est à cause de ça à remiser aux oubliettes...

20/12/2014 (modifier)

J'ai acheté l'intégrale, car elle était vendue au rabais. En feuilletant les pages, j'avais été séduit par le graphisme. Ca fait des mois que j'ai laissé tomber cette série, au milieu du tome 2, et que je me dis, je vais m'y remettre, je vais m'y remettre, pour la finir...et je me rends compte que je repousse cette échéance car je n'ai pas envie de me replonger dans cette lecture. Le graphisme est en effet assez intéressant, avec des couleurs vives, presque "pop". Le dessin pourrait nous faire voyager dans les années 30 si le reste était crédible. Le scénario est des plus farfelus, je n'ai pas du tout adhéré... Cette histoire de secte adoratrice des cartes et du hasard... Ouais, bof... Le personnage de "la brune" (je me souviens plus de son prénom), est peu exploité, quant aux amourettes avec l'inspecteur de police, elles sont inintéressantes. La mise en page et le découpage sont catastrophiques, avec passages du coq-à-l'âne, et des sauts temporels sans complexe. J'ai du me forcer pour finir le tome 1, tellement c'est peu logique, crédible, et intéressant. Le tome 2 qui se déroule à Cuba n'a pu relever suffisamment le niveau. Bref, 3 BD qui, désormais m'encombrent, dont un tome 3 jamais ouvert, et quelques euros de perdus... (50)

20/08/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Une intrigue très naïve est ici illustrée par un André Taymans égal à lui-même. Le dessin est le principal atout de la série et cette ligne claire très classique séduira sans aucun doute les amateurs du genre. J’ai plus de réserves à formuler vis-à-vis du scénario. Certes, Corine Jamar fait montre d’imagination et d’originalité dans sa mise en place de l’intrigue (le personnage central travaille dans une agence matrimoniale et est confronté à une mystérieuse secte adoratrice de la chance) mais elle a tendance à inutilement complexifier l’intrigue tout en utilisant de ficelles déjà bien souvent usées pour multiplier les rebondissements. Le résultat perd en crédibilité et se lit bien souvent d’un œil distrait. Le manque de charisme des principaux personnages est également source d’ennui car, au final, on se moque un peu de ce qui pourrait leur arriver. J’ai eu du mal à finir ce triptyque et ne saurais en conséquence vous en recommander la lecture. Décevant.

09/03/2009 (modifier)

J'aime bien les dessins et les couleurs, elles sont vives et initiatrices d'une lecture de la BD. Le scénario est assez tordu et tient bien la route, sa complexité n'est nullement un frein à la découverte de ces 2 albums. On voyage beaucoup dans ce monde des années 30 mais la découverte de l'amour (ben oui c'est une agence matrimoniale) n'a pas de prix. Cette série est à lire, la posséder n'est pas une obligation sauf si on est adepte du genre policier.

16/05/2002 (modifier)