Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

La Vieille Dame qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien

Note: 3.42/5
(3.42/5 pour 12 avis)

"Du moment qu'on rit des choses, elles ne sont plus dangereuses." affirmait Raymond Devos. Comme tous les gens qui savent nous faire rire de nous-même, Benoît Zidrou connaît le poids des choses, la gravité de la vie.


Auteurs espagnols Collectif

Qui ose faire connaissance avec la vieille dame d'en face ? Sait-on qu'elle rêve de jouer sur le court central de Roland Garros ? Qui peut dire que cet homme gris et triste, qui a laissé un fossé se creuser entre lui et ses enfants, sera le premier qui prendra dans ses bras ce petit bout d'homme au corps déformé par la maladie ? Pour mettre en scène ses quinze nouvelles, Benoît Zidrou a cherché des auteurs sachant manier la bonne dose de réalisme et l'expressivité requise pour être toujours juste : un talent qu'on retrouvait chez tous les auteurs de l'école de Marcinelle (Franquin, Morris, Will...). Les neuf dessinatrices et dessinateurs rassemblés ici (Colombo, Cordoba, Gili, Homs, Hureau, Lafebre, Sempere, Siri, Van Beughen) ont tous cette qualité propre aux grands auteurs de BD : leurs histoires prennent vie sous nos yeux. On les lit la larme à l'oeil et le sourire aux lèvres.

Scénariste
Dessinateurs
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Septembre 2009
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série La Vieille Dame qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien

03/09/2009 | Ro
Modifier


Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Difficile de s'imaginer qu'un tel bouquin avec ce titre à rallonges et une couverture certainement moins alléchante que n'importe quel titre de Manara puisse me laisser le sourire aux lèvres et une satisfaction toute simple et évidente.... Oui cette lecture rend heureux et fait du bien... Le tout est enrobé par un auteur que je ne connaissais pas, des dessinateurs talentueux tout à fait inconnus à mes yeux et une colorisation toute douce et aussi sucrée qu'une fraise tagada. Les histoires n'ont pas grand chose en commun en apparence (à l'exception de la première et dernière nouvelle qui sont connectées entre elles) si ce n'est qu'elles mettent en scène des personnes banales, de celles que l'on croise tous les jours dans un supermarché, un métro ou dans la rue à moins que ce ne soit nous mêmes ? Que ces nouvelles au nombre de 15 fassent deux pages ou plus, le constat est le même, on est surpris par tant de maitrise et de bons sentiments. Pourquoi tout ne serait que du noir dans des histoires banales ou dramatiques ? On peut y voir de l'espoir ou y trouver un moment de réconfort dans l'attente de jours moins roses... Pourquoi un moment d'intimité et donc de retard au boulot ne constituerait il pas une bonne excuse ? Faire l'amour pour la première fois à une personne est il plus émouvant que le faire en sachant que ce sera la dernière fois ? Voici un panel des questions soulevées dans cet ouvrage qui prendront une réponse tout à fait libre puisqu'elles interpellent en douceur son lecteur... Un petit trésor que je m'apprête à offrir à ma soeur pour son anniversaire que nous fêterons demain, une personne banale au coeur grand comme ça qui a adoré Le Combat ordinaire de Larcenet et dont cette compilation se trouve être à mes yeux un prolongement... A lire absolument.

24/10/2009 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Voici une chouette petite bande dessinée ! Zidrou a composé l’ensemble des scénarios de l’album (oui, il s’agit de courtes nouvelles) et a confié l’illustration de ceux-ci à une multitude d’auteurs que je ne connaissais absolument pas. Ces artistes officient dans des styles différents mais tous font preuve d’une réelle sensibilité. Cette sensibilité, cette douceur (tant au niveau des scénarios que des dessins) est l’atout maître de l’album. Elle est … palpable. Les histoires sont pourtant toutes simples, mais Zidrou a l’art de saisir le moment juste, celui où l’émotion surgit, tout en gardant une immense pudeur. Les récits ne sont pas démonstratifs, et les personnages ne sont pas exubérants, au contraire. Ils « jouent » tout en retenue, et j’adore cela. La narration est fluide, le ton employé est doux et légèrement humoristique, mais jamais je n’ai eu le sentiment de lire de la « guimauve ». C’est tout simplement bien écrit, bien illustré et le petit format de l’objet ne s’avère pas spécialement réducteur. Simple et sensible, mais un réel coup de cœur !

16/09/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Ro

Qui aurait cru que Zidrou, auteur plutôt connu pour ses séries humoristiques telles que L'Elève Ducobu ou Les Crannibales, serait capable de produire des récits d'une telle sensibilité ? J'ai véritablement été bluffé et, avant tout, charmé. Cet album nous propose une dizaine d'histoires courtes, longues de deux à une quinzaine de pages. Zidrou a su se faire accompagner d'excellents dessinateurs. A l'exception de Simon Hureau, aucun d'entre eux ne m'était connu mais je gage qu'on en entendra souvent parler à l'avenir. La plupart d'entre eux sont espagnols et leurs graphismes rivalisent de maîtrise et de beauté. Leurs styles sont presque tous semi-réalistes, vivants, dynamiques et soignés. Et pour les rares chez qui la technique n'est pas à son apogée, ils compensent par une jolie personnalité graphique. Il est rare de trouver une telle constance dans la qualité du dessin dans ce type d'oeuvre collective. C'est un très bel ouvrage. Mais il vaut surtout par la qualité de ses récits. Tous sont imprégnés d'une même joie de vivre. Ils abordent des sujets réalistes, souvent durs voire tristes, mais sans jamais se départir d'une vraie bonne humeur, d'un amour de la vie et d'une tendresse pour tous les personnages. Ils battent en brèche de nombreux préjugés, sur la vieillesse, la solitude, la mort, le désir, ou encore l'amour. Le tout est raconté avec simplicité et poésie, des moments de la vie de tous les jours, mettant en scène parfois de jeunes, parfois des vieux, des hommes, des femmes, et même des animaux. Toutes ces histoires ne m'ont pas touché de la même manière mais nombreuses sont celles qui m'ont vraiment ému ou mis en joie. La plupart de ces récits sont beaux comme des haikus, courts mais emplis d'émotion. On en ressort avec un sentiment de légèreté et de bonheur dans le coeur.

03/09/2009 (modifier)