Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Hannibal Meriadec et les Larmes d'Odin

Note: 2.71/5
(2.71/5 pour 7 avis)

Spin off de la série Le Sang du Dragon.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Pirates Soleil Celtic Spin-off

Hannibal Meriadec le capitaine du Mac Lir, pirate et sorcier, convoite 7 diamants d’une taille improbable. La légende raconte qu’Odin, le père des dieux, lorsqu’il perdit sa fille, pleura 7 larmes. Ces 7 larmes échappées des yeux du titan tombèrent sur la terre et devinrent 7 diamants d’une pureté jamais égalée. Un ancêtre d’Hannibal témoigne dans un manuscrit de l’existence de ces pierres précieuses. Mais ces dernières sont également recherchées par un ordre ancien, secret : l’ordre des cendres. Un ordre prêt à tout pour mettre la main sur ce trésor. Et si l’équipage de Meriadec se voit déjà riche, Hannibal destine ce bien à un tout autre objectif. Car l’amour de sa vie voyage avec lui... Sélina... Le souvenir de sa beauté le hante, alors qu’aujourd’hui, sa silhouette masquée arpente le Mac Lir.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Août 2009
Statut histoire Série terminée 4 tomes parus
Couverture de la série Hannibal Meriadec et les Larmes d'Odin
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

20/08/2009 | Miranda
Modifier


Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Hannibal Meriadec, c'est LE pirate capitaine de la série Le Sang du Dragon. Dans ce spin off, on garde le même scénariste et la même coloriste mais on change de dessinateur, cependant, le style de Stéphane Crety reste assez fidèle à celui de Guy Michel dans la série mère, que ce soit au niveau de la construction des planches ou du dessin lui-même, je n'ai pas été dépaysée. On reconnaît sans peine les personnages qui appartiennent aux deux séries à savoir : Meriadec, Mr Thorn, Mr Puck ou encore Maclaw. L'histoire quant à elle démarre plutôt bien, toujours dans la veine piraterie fantastique, et toujours jonglant entre présent et passé ce qui met le lecteur au courant du contexte de belle manière. Je pense que pour vraiment tout saisir de ce premier tome, il faut avoir lu la série Le Sang du Dragon, notamment en ce qui concerne la fiancée du pirate, dont la nature doit sembler bien mystérieuse au lecteur qui n'aurait pas connaissance de ladite série. Moi en tous les cas, cela m'a permis de tisser quelques fils supplémentaire dans l'histoire d'Hannibal Meriadec ou encore de comprendre des mystères ou des évocations de l'autre série. Ce premier tome me plait bien, je retrouve avec plaisir des personnages que je connais déjà et auxquels je me suis attachée dans la série mère, et j'attends impatiemment la suite de leurs aventures mêlant flibusterie et magie. Franchement pas mal, en espérant que la suite viendra et continuera dans la même voie. 3/5 pour commencer, avec l'espoir de faire grimper la note plus tard. Après lecture des 4 premiers tomes de la série, je reste sur cette impression de franchement pas mal du tout. Je dirais même que ce spin-off me convainc plus que la série mère qui part dans des délires assez ahurissants... Graphiquement, il y a (notamment) deux fresques magnifiques dans ce tome, ouaouh... respect. A suivre donc !

02/11/2009 (MAJ le 27/04/2014) (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Avec Istin au scénario je ne m'attendais pas à quelque chose de très innovant. Hannibal Meriadec et les larmes d'Odin est une histoire de pirates comme tant d'autres agrémentée de fantastique qui n'a pas encore totalement posé ses bases mais que l'on sent arriver au triple galop. Ce premier tome est assez riche en évènements, il n'y a aucune scène qui ralentisse l'avancée du récit, sans tomber non plus dans la bd d'action pure. Je la classe pour l'instant dans le genre aventure qui est prédominant, en attendant la suite. Si son point fort n'est pas son scénario, son dessin par contre l'est, sans la patte de Stéphane Créty je ne sais pas si j'aurais accroché à l'histoire. Les visages sont excellents, différents et expressifs, ce qui est primordial pour s'attacher aux personnages. Les décors et les bateaux sont tout autant réussis, Venise par exemple est très belle et les perspectives parfaites. Ce dessinateur est aussi à l'aise dans un registre de SF comme Acriboréa que dans un récit du 17ème -18ème siècle. C'est finalement une lecture assez agréable dans l'ensemble, j'espère que la suite saura lui donner un peu plus de poids et d'originalité. Tome 2 Avant de m'attaquer à ce tome j'ai lu Le Sang du Dragon histoire de lire le récit chronologiquement, mais cette dernière m'a tellement dégoutée qu'il m'a été impossible de replonger dans cette suite, suite dont le premier tome est de toute façon assez banal. Je baisse donc ma note juste à 2/5, même si je ne vais pas plus loin dans ma lecture, les personnages m'étant totalement insupportables.

20/08/2009 (MAJ le 22/09/2011) (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Une bonne petite série de pirates navigant sur des eaux « fantastiques ». Je n’ai pas lu la série mère, ce qui ne m’a pas empêché d’apprécier cette histoire. J'ai particulièrement apprécié le fait d'être entraîné vers des horizons rarement fréquentés par les pirates (Venise, c'est pas courant :) ). Le personnage de la fiancée est, lui aussi, intrigant et je serais curieux de connaître le fin mot de ce mystère. Maintenant, on ne peut pas dire que ma lecture m’a vraiment marqué. Mais pour passer un agréable moment de divertissement pur, sans prise de tête et dans un univers sans surprises (ni mauvaises, ni bonnes), cette série convient très bien. En clair, j’y ai trouvé ce que j’espérais. Le dessin est bon quoiqu’il manque de personnalité. Le trait est caricatural sans excès, précis au besoin, dynamique comme il faut mais n’a pas d’identité propre. Mention spéciale toutefois aux décors, bien dans l'esprit de ce genre de série. Une série honnête, sans doute plus à louer qu’à acheter. Pas mal, en somme …

05/11/2010 (modifier)
Par Seb94
Note: 2/5

Une nouvelle histoire de pirates, saupoudrée d’une légère pointe de fantasy, qui tendra peut-être à se développer davantage au fil des prochains tomes. Niveau scénario, rien de bien révolutionnaire, mais l’intrigue est assez bien menée et ne souffre d’aucun temps mort. Ce premier tome met en place l’univers et les différents protagonistes, cependant il est encore trop tôt pour se faire une idée précise de la qualité réelle de cette aventure. En l’état, c’est une lecture rapide qui ne m'a pas emballé plus que ça, les personnages sont plus ou moins intéressants, mais certains sont beaucoup trop caricaturaux à mon goût, la mystérieuse Sélina reste pour l’instant très énigmatique. Malheureusement on n'échappe pas a de nombreux clichés et les tentatives d'humour tombent souvent à plat. Le dessin par contre est vraiment bon, le point fort de l’album. Précis et détaillé, que ce soit au niveau des visages ou des superbes décors. Les couleurs sont au diapason, l’ensemble est visuellement très beau, le découpage des planches dynamique, on prend un réel plaisir à feuilleter ces pages. Au final, je ne suis pas sûr de vouloir lire la suite, cette histoire de pirate ne m’ayant jamais vraiment embarqué à son bord. Note 2,5 /5.

06/11/2009 (MAJ le 21/05/2010) (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Istin est un fort bon narrateur. Rompu à l’art de raconter des histoires, il met à profit son savoir-faire dans cette nouvelle série de flibusterie teintée de fantastique. Le résultat ? Honnête mais sans plus. La narration très dynamique compense un récit qui manque d’originalité. Certes, le manuscrit mystérieux convoité par Meriadec donne un peu de sel à l’intrigue qui, toutefois, navigue entre deux eaux. L’aspect sérieux et aventureux d’un côté est contrebalancé par des scènes plus grotesques (à l’image des farces théâtrales). On note aussi un clin d’œil à Peter Pan. N’est-ce pas Monsieur Mouche ? Puck ? Pour illustrer ce récit, Stéphane Créty adopte un trait plus réaliste comparativement à Sälem la noire. C’est techniquement bon mais ce n’est pas un style que j’affectionne particulièrement.

14/09/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette série qui s'entame a bien des qualités mais également trop de défauts pour que je tire vraiment plaisir de sa lecture. Au rayon des qualités, il y a surtout le dessin. Il ne m'a pas vraiment charmé car il manque de personnalité mais le dessinateur d'Acriboréa s'est visiblement donné à fond dans cette nouvelle bande dessinée. Chaque case est soigneusement travaillée, les détails sont nombreux, les personnages sont vivants et tous bien différenciés, les couleurs sont de belle qualité. C'est de la belle ouvrage. Je n'ai qu'un léger reproche à faire, c'est que les planches sont à ce point détaillées et denses qu'elles y perdent un peu en clarté par moment. Ah, et il y a également la scène de la collision marine qui n'est pas très aisée à comprendre en première lecture. Autre qualité, à l'instar du dessin des planches, le scénario est également dense. Il se passe énormément de choses en un tome et on sent une intrigue complexe et vraiment mystérieuse. A tel point que je suis encore un peu perplexe pour le moment et me demande où le scénario va nous mener. Au niveau des reproches maintenant, c'est assez subjectif. Tout d'abord, malgré une recherche manifeste d'offrir des personnages assez originaux, il ressort malgré tout ça et là des clichés manifestes, des impressions de déjà-vu dans d'autres récits de pirates ou des thrillers fantastiques. Certains comportements sont caricaturaux, entrainant des péripéties sans saveur, comme tout ce qui tourne autour du comte cocu et revanchard, le méchant et sadique De La cuervas ou encore ce Monsieur Puck qu'on dirait échappé du bateau du Capitaine Crochet. Mais surtout il y a une dose de facilités scénaristiques et d'incohérences qui m'ont gâché mon plaisir de lecture. Ce pigeon voyageur stratosphérique capable de faire Venise-Saint Malo d'une traite, passant au dessus des sommets alpins et dont le pigeonnier est un bateau en mouvement (on se croirait dans l'intro du film Asterix aux jeux olympiques), ou ces deux navires qui se foncent dessus sans se voir comme par hasard ("c'est de l'art", mon bon monsieur), ou encore cette libération tellement facile d'un homme la tête sur le billot... Admettons que l'accent de la BD porte avant tout sur l'aventure et le fantastique et ne s'encombre pas de trop de réalisme, mais j'ai du mal à être transporté quand mon sens logique me dit sans arrêt que tel ou tel passage n'est pas crédible et que ça arrangerait visiblement bien les auteurs si les lecteurs ne s'en offusquaient pas. En définitive, je lirais peut-être la suite par curiosité mais je ne suis pas pressé.

04/09/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Cette nouvelle série s'avère plutôt agréable à la lecture. Agréable grâce au trait de Stéphane Créty, très maîtrisé, lisible, et bénéficiant de couleurs bien choisies. Il a en outre le bon goût de très bien dessiner les vieux gréements, et ça, dans une histoire de pirates, c'est un excellent atout. Sa maîtrise du cadrage et du découpage font également merveille. Sur le plan du scénario Istin sort pour une fois du registre fantasy, et finalement ce n'est pas plus mal, car les évènements s'enchaînent de belle façon, l'histoire est assez plaisante à suivre, malgré des flashes-backs un peu envahissants. Bref, une série prometteuse, mais j'attends de lire la suite pour en juger plus précisément.

20/08/2009 (modifier)