Viande Froide et Cie

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Si on parle souvent de "cadavres dans les placards", Blanquet est la seul à oser donner toutes les réponses à cet épineux problème psychanalytique.


BD muette Patte de Mouche

Si on parle souvent de "cadavres dans les placards", Blanquet est la seul à oser donner toutes les réponses à cet épineux problème psychanalytique. 30 ème volume de la collection Patte de Mouche Publié à 1500 exemplaires en 1997

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1997
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Viande Froide et Cie
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

08/07/2009 | Ems
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Ce n’est pas le meilleur Blanquet (auteur dont je suis très admiratif du travail), mais ça se laisse lire quand même agréablement (très vite car c’est totalement muet). Encore qu’agréable n’est sans doute pas le terme le plus approprié, puisque Blanquet joue ici avec certains de ses thèmes – très noirs ! – de prédilection. Pourtant, dans cette plaquette, on ne retrouve pas cette obsession des corps difformes, il n’y a qu’une seule allusion sexuelle. Mais par contre, c’est très noir comme d’habitude avec Blanquet, et cela tourne quand même autour des déviances, ici des pulsions meurtrières. L’achat est plutôt à réserver aux fans de l’auteur, dont je suis assurément !

04/04/2017 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Etrange BD muette, où les morts s'accumulent et les suspects se font arrêter. On a un concentré de policier/thriller dans ces 20 planches. Sans avoir les tenants on accumule les aboutissants sans vraiment comprendre grand chose. Le dessin est agréable et personnel avec ces personnages aux grosses têtes, bien que cela ne soit pas des plus original. La police a fort à faire d'un petit périmètre où des morts apparaissent dans des armoires... Je n'ai pas trouvé le petit plus qui aurait pu rendre cette lecture remarquable. Il y a un côté déjanté dans ce scénario avec ces personnages qui se marrent des déboires des autres ou qui imaginent des choses invraisemblables sur les personnes rencontrées. Il manque un fil directeur clair à ce récit pour lui donner un minimum de volume. Du coup, ça s'oublie aussi vite que ça se lit.

08/07/2009 (modifier)