Unité Combattante Trudaine

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Dans un récit noir mêlant polar et espionnage, Sylvain Ricard et Rica prennent le parti de nous raconter le destin d’un groupuscule fictif d’activistes communistes radicaux. Ainsi, s’attachant aux personnages, nous découvrons avec force les coulisses de cette mouvance violente qui a ébranlé la France au début des années 1980.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Paris Terrorisme

« Le devoir de défense et de résistance n’est pas du seul domaine des mots ! » Paris, 1984. Depuis maintenant plusieurs années, les activistes radicaux d’« Action Directe », ou AD, font exploser des bombes et signent leurs attentats contre plusieurs symboles de l’impérialisme qu’ils combattent. Dans leur sillage, ils inspirent d’autres groupuscules communistes... Parmi eux, l’Unité Combattante Trudaine ou UCT – nommée ainsi en référence à la fusillade rue Trudaine ou deux policiers furent abattus et un blessé par Action Directe – commence à inquiéter les services de renseignement français. Le chef des RG décide d’envoyer le jeune William, une recrue prometteuse, infiltrer la cellule UCT. Pour mener à bien sa mission, William doit connaître et maîtriser leur discours, il doit devenir l’un d’eux. Au risque d’oublier qui il est...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Septembre 2015
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Unité Combattante Trudaine
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

14/11/2019 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Que voilà un chouette récit policier ! Il nous raconte le destin d’un groupuscule terroriste inspiré par les mouvements radicaux d’extrême gauche qui ont défrayé les chroniques durant les années ’80 (Action Directe en France, Cellules Communistes Combattantes en Belgique ou encore Brigades Rouges en Italie). Le récit que nous en offre Sylvain Ricard est extrêmement réaliste et pimenté par l’infiltration d’un jeune agent de police au sein de ce groupe. Par cet apport, l’intérêt de l’album est double. Il y a dans un premier temps l’aspect politique (et l’on constate avec dépit que les motivations de ces mouvements de gauche d’il y a 40 ans sont les mêmes qui animent des mouvements comme les gilets jaunes aujourd’hui. La précarité, le chômage, l’Etat voyou : rien n’a changé sous le ciel étoilé). Et dans un deuxième temps, le suspense nous happe car ce jeune policier, à force de s’investir dans le groupe, finit par développer des sentiments contradictoires… et on ne sait plus trop de quel côté il se situe. Franchement, que ce soit pour le côté historique ou pour sa dimension fictionnelle, ce récit m’a beaucoup plu. Côté dessin deux styles sont employés. L’un pour recréer l’époque (dessin de figures marquantes, extraits de journal parlé, etc…) est très réaliste et peu engageant. L’autre, utilisé pour tout ce qui est fiction (ce qui constitue la majeure partie de l’album), m’est au contraire apparu très agréable, lisible et dynamique. La combinaison de ces deux styles couplée à l’emploi du noir et blanc donne à cet album un aspect ‘documentaire-fiction’ qui peut effrayer… mais qui me semble convenir parfaitement à l’esprit du récit. Au final, voilà une très chouette petite trouvaille. Un album qui ne paie pas de mine mais qui se révèle extrêmement bien fait dans ce genre.

14/11/2019 (modifier)