Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Akron le Guerrier

Note: 2.86/5
(2.86/5 pour 7 avis)

Le sacrifie de dix mille hommes sauvera-t-il le royaume d'Adzen ?


Lanfeust Mag

Le royaume d’Adzen est au sommet de sa splendeur sous le règne d’un souverain sans pitié et manipulateur. Mais la situation est précaire. Pour faire face à la crise qui s’annonce et repousser l'inéluctable, le roi est contraint de s’adresser à une figure surnaturelle insolite : Clara, qui avise la famille royale dans les moments troubles. Un talisman est peut-être la solution à la famine imminente, mais il requiert un lourd tribut de 10,000 âmes ! Le roi ordonne au général Mark de planifier une mission suicide pour 10,000 soldats de son armée : une attaque contre les régions fertiles du Torgrom. Akron est un jeune et prometteur sous-officier, l’ordonnance personnel du général, qui va jouer un rôle décisif dans le terrible combat qui s’annonce et accomplir son incroyable destin d’homme…

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Juin 2009
Statut histoire Série abandonnée (Prévue en 3 tomes) 1 tome paru
Couverture de la série Akron le Guerrier
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

25/06/2009 | Miranda
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

J'ai eu cet album à 5 euros à Angoulême, et heureusement parce que je me suis un peu ennuyé à cette lecture, n'ayant pas trouvé ce que j'attendais d'une telle Bd ; et arrivé sur BDT, j'apprend qu'elle est abandonnée après ce premier tome, c'est dommage car une suite aurait sans aucun doute renforcé l'argument de cette histoire et m'aurait peut-être incité à la juger moins sévèrement. Mais c'est du Soleil, donc ça ne m'étonne pas non plus, c'est incroyable le nombre de séries avortées qu'ils ont pu bousiller avec cette sale manie... Argument qui en vérité ne m'a pas convaincu. Pourquoi ? tout simplement parce que c'est nébuleux ! Certes les bases d'un royaume imaginaire, Adzen, sont posées correctement, le background encore insuffisant est tout de même intéressant d'après ce qu'on en voit, les codes de la fantasy sont visibles et bien en place, à part que 2 personnages importants (qui auraient pu grimper en puissance dans la suite) sont tués dès ce tome 1, c'est assez inhabituel, et que le destin d'Akron même s'il n'est pas compromis, ne sera jamais connu. D'autre part les personnages sont encore assez peu développés, donc on n'a pas le temps de s'attacher à l'un ou l'autre. C'est nébuleux dans le sens où les auteurs ne sont pas clairs, c'est à dire qu'ils lancent des directions qui restent floues : le discours du roi, son recours à cette gamine sorcière, ses relations avec ces 3 mercenaires, le combat d'Akron avec cette espèce de démon-renard blanc... tout ceci est mal expliqué, tout comme cette bataille d'ailleurs, on ne sait pas bien pourquoi elle est déclenchée et pourquoi elle nécessite tous ces morts, sans compter qu'il y a des scènes dont je ne vois pas l'utilité, comme cette algarade avec ce poissonnier suivie d'une autre avec un marchand de bestioles, ça prend 2 pages et ça ne sert à rien ; 2 pages qui auraient pu servir à autre chose de plus construit. On ne sait donc pas très bien quelle est la direction à suivre pour cette Bd, alors qu'il y avait de bons éléments de départ, ce qui fait que au final, je ne regrette pas trop cette série arrêtée, même si je sens que ça aurait pu être pas mal, d'où ma note relativement généreuse. Le regret peut-être, c'est aussi pour le dessin que j'aime particulièrement, chatoyant, fluide et très agréable à l'oeil ; j'avais bien aimé ce dessin sur la série Questor, et là dès le début d'album, il y a un soin dans les décors, et cette grande case montre une civilisation inspirée dirait-on de l'art byzantin, de même que la séquence de bataille est bien posée, et ne fait pas fouillis. Sans doute que le dessinateur s'est lancé dans Questor suite à l'arrêt de cette série qui aurait mérité de continuer.

31/01/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Le Grand A

A la toute fin du Vème siècle a.v. J-C. 10000 mercenaires grecs sont engagés par le prince perse Cyrus le jeune pour renverser son frère le roi Artaxerxès II. Après plusieurs victoires, les hoplites subissent la débâcle et s’enfoncent au cœur de cet empire infini. Suite à un guet-apens les officiers se font massacrer et les 10000 se retrouvent sans chef pour les ramener au bercail. Le philosophe Xénophon qui n’est en ce temps qu’un jeune hoplite, est choisi pour conduire la retraite. Cette fuite menée avec bravoure se termine par un succès où presque la moitié des soldats auront survécu au froid, la faim et la soif, avec une armée ennemie à leurs trousses. Xénophon relatera cet exploit dans son célèbre Anabase. Une histoire qui inspirera bien des romanciers historiques et fantastiques comme l’irlandais Paul Kearney dans son premier tome de la trilogie Les Macht intitulé 10 000 – Au cœur de l’Empire. En 2009 les italiens Samuel Daveti et Giorgio Trinchero puisent également dans les grandes gestes historiques et la culture littéraire populaire pour écrire l’histoire d’Akron, dernier survivant des 10000 de l’empire fictif Adzen. La différence étant que l’épopée d’heroic fantasy qu’on nous promettait ne verra jamais le jour, la série ayant été lâchement abandonné dès le tome un, ne reste plus qu’un tome d’ouverture prometteur au ton sombre et tragique. Le décor planté par Nicola Saviori se révèle sympathique, la capitale s’inspirant d’une architecture méditerranéenne orientale, on imagine fort bien la civilisation Adzen comme un pendant de l’empire romain d’Orient assimilant la culture et les traditions autochtones tant que ces derniers demeurent fidèles à l’empereur. Le dessin presque cartoonesque n’est pas ce que je préfère, mais le trait de Saviori très inspiré par l’animation style Disney se révèle bien maîtrisé sur les premiers plans et les ombres. À noter également l’attention portée aux scènes d’actions qui sont détaillées tout en restant dynamiques. Un mauvais point cependant en raison du recours à certains archétypes visuels comme les visages où les méchants ont forcément des têtes de méchants. La colorisation de Luca Saponti est parfaitement raccord avec ce style animation, c’est pétillant, engageant et chaleureux. Un graphisme drôle et qui interpelle tant il contraste avec l’ambiance et les enjeux de ce récit. Car en substrat les auteurs tiennent un discours à charge où ils dénoncent à travers la figure du roi les pourritures ploutocrates va-t-en-guerre toujours prêtent à manipuler les foules, titiller leurs pulsions destructrices où, sous couvert d’apporter la liberté l’obecjtif réel et d’accumuler des richesses matérielles et maintenir sa position de dominant. On associe l’étranger (le royaume de Torgrom = Irak) comme un ennemi qui en veut à notre mode de vie et on ressort les discours des néo-cons style Colin Powell sur les armes de destructions massives (mais « invisibles » ^^ ). Plus le mensonge est gros, plus il y a de chances que le discours passe auprès de l’opinion public c’est bien connu. Les auteurs n’y vont pas avec le dos de la cuillère sur la culpabilité de l’empire Adzen (=USA. Pas pour rien si les personnages s’appellent Ted, Norman, Mark, etc), car en mettant ce dernier sous la coupe de la déesse maléfique Clara, ils puisent dans l’imaginaire dark fantasy de Michael Moorcock et l’empire Melnibonéen placé sous la férule du duc des enfers Arioch. « DU SANG ET DES ÂMES POUR CLARA (ARIOCH) ! ». On ne peut que se lamenter de l’abandon de la série car on devine qu’Akron l’ultime survivant était promis à un destin de libérateur à la Maximus Decimus Meridius dans Gladiator. De plus, les auteurs ne se montrent pas avares en éléments fantastiques teintés de chamanisme avec des petites bestioles chimériques rigolotes ou carrément un monstre manticore inspiré des Izunas japonais, quand ils ne vont pas puiser leur inspiration du côté du conte de fées (la petite maison de la sorcière au fond des bois). L’album n’est pas parfait, on n’évite pas certains passages loufoques comme la mort guignolesque d’un personnage de premier plan dans un moment qui ne devrait pas prêter à rire (entre parenthèse : tout le monde sait que la section de commandement ne se place jamais aux avant-postes devant la ligne archer, mais derrière en hauteur), et le récit n’est peut-être pas suffisamment posé pour permettre au lecteur d’avoir de l’empathie pour les personnages. Cependant, on sent qu’il y avait du potentiel et que trois albums ce n’était pas non plus la mort. Alors hein, pas bien Soleil.

19/01/2017 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Voici un album de fantasy qui se trouve dans la bonne moyenne du genre, voire dans la moyenne supérieure si on ne considère que les albums Soleil. Le dessin est plutôt avenant, bien travaillé, léché. Les cadrages sont variés et réussis. Les couleurs chaudes et adaptées au dessin. Bref, la composition des planches ne souffre que peu la critique. Côté récit, on se retrouve dans une ambiance fantasy familière avec ses codes, ses règles. Pourtant, on ne peut taxer cette histoire d’accumuler les poncifs du genre. Le récit est bien charpenté et ce premier opus est assez dense finalement pour un tome d’introduction. Une première lecture peut laisser sur un sentiment d’incompréhension de certaines séquences. Toutefois, une deuxième lecture révèle l’importance de certains dialogues à priori anodins mais qui éclairent davantage le déroulement du récit. Preuve s’il en est que le scénario est réfléchi et bien pensé. En espérant que la suite sera à la hauteur . . . MAJ février 2013 : La suite n'étant plus d'actualité, l'intérêt pour cette série diminue grandement.

12/08/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Un peu déçu par cette nouvelle série. En fait je m'attendais à quelque chose de plus développé, de moins confus... Il faut croire que j'en attendais trop. Très vite je me suis senti perdu/noyé dans le récit, qui brasse un certain nombre de thèmes inhérents à la fantasy, sans vraiment les exploiter. Je ne suis jamais rentré dans l'histoire. Pourtant le dessin est loin d'être désagréable, il est clair, soigné, avec de belles couleurs. Mais il n'a rien d'original non plus, hélas. Bref, je me suis un peu ennuyé à cette lecture...

08/08/2009 (modifier)
Par Seb94
Note: 2/5

A vrai dire, je ne sais pas trop quoi penser de cette nouvelle série. A la fois agréable à lire et parfois un peu ennuyeuse. Les personnages et notamment le héros principal ne m’ont pas intéressé plus que cela. Il faut dire qu’à la fin de ce premier tome, on en sait finalement très peu sur Akron, il est donc assez difficile de s’attacher à lui. Concernant l’enfant sorcière, j’avoue être plus que circonspect sur ses pouvoirs et la façon dont-ils s’expriment… Certains passages s’avèrent surprenant, notamment concernant la mort de certains gentils dont on pensait pourtant qu’ils traverseraient le récit avec seulement quelques égratignures. Par contre, d’autres passages me semblent un peu trop convenu, voir caricaturaux. Je trouve également que les dialogues manquent parfois un peu de clarté. Le dessin est très agréable, tout en rondeur et couleur chatoyante. Dans un premier temps il colle parfaitement à l’ambiance bonne enfant des premières pages, mais par la suite je le trouve un peu trop décalé par rapport au déroulement de l’histoire. J’attendrais donc la lecture du deuxième tome pour conseiller éventuellement l’achat, suivant l’orientation de l’intrigue et en espérant que les caractères des protagonistes, Akron en tête, soient plus développés. Note : 2,5.

26/07/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Pas mal du tout. C'est de l'heroic-fantasy typique et ceux qui n'aiment pas ne changeront pas d'avis, mais ceux à qui le genre ne déplait pas trouveront là un récit un peu plus original que d'habitude. D'emblée nous sommes placés sur les lieux : une cité grandiose, des militaires, un roi puissant mais obligé de manipuler de sombres sortilèges pour maintenir la prospérité de son royaume. A cela s'ajouteront rapidement une fillette qui tient à la fois du démon et de la sorcière dont le roi utilise les dangereux pouvoirs, puis un groupe de mercenaires mystérieux et redoutables travaillant dans l'ombre pour le roi mais aussi pour leurs propres desseins énigmatiques. Et pour héros, un capitaine de la garde, jeune et fringuant, mais qui n'en mène pas large quand il se retrouve au coeur d'un fantastique complot mêlant sorcellerie et politique à grande échelle. La narration est très fluide, très agréable. Les personnages sont bons, assez attachants. Les auteurs s'autorisent même de petites touches d'humour qui contrastent de manière rafraichissante avec l'aspect sinistre de l'intrigue. Le dessin est de très bonne qualité dans le trait des personnages et les décors proches. Les décors un peu lointains, notamment les vues aériennes de la cité, sont plus basiques et m'ont un peu déçu. J'ai quelques reproches à faire également au niveau de la colorisation. Oh, pas concernant les couleurs en elles-mêmes qui sont bonnes. Elles sont harmonieuses et ne sont pas froides comme on le craint trop souvent venant d'une colorisation informatique. Cependant, le travail réalisé sur l'encrage ne me plait pas. Dès qu'une partie de l'image est sensée être éloignée de quelques pas du premier plan, l'encrage est aussitôt grisé pour montrer la distance. Hélas, cela entraîne à mes yeux un manque de contraste sur de nombreuses cases et surtout une impression notable d'avoir 2 dessins superposés, celui du premier plan et tout le reste en arrière-plan, comme si l'un était indépendant de l'autre. Je n'aime pas trop ça. Quoiqu'il en soit, j'ai apprécié ma lecture et j'ai bien envie de savoir la suite.

25/06/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 4/5
L'avatar du posteur Miranda

Très bon premier tome, riche en évènements, d'un graphisme agréable et surtout - chose rare - certains personnages meurent avant la fin, cela donne une touche de réalisme pour une histoire toute fantastique. Dans un monde où la magie prend une place importante, où la vie d'un homme ne vaut pas plus que celle d'un rat., complots, trahisons et vengeances sont de mise, rien ne peut arrêter l'une ou l'autre de se mettre en œuvre, même pas la mort de dix milles hommes. Les personnages sont soit attachants soit détestables, dans tous les cas ils ne laissent pas indifférents. De plus, Trinchero et Daveti nous offrent bon nombre de dialogues mais sans jamais alourdir la lisibilité. L'histoire est fluide, sans accros, sans faits inexplicables, sans temps morts. Une lecture très agréable. Le dessin de Saviori est assez rond avec des couleurs plutôt joyeuses et qui contrastent avec ce récit assez dramatique. Dans l'expression des personnages passe souvent une rasade d'humour, toujours bienvenue et qui donne aux personnages un petit côté attendrissant. Mais la colère ou la méchanceté ont elles aussi un rendu impeccable. Note : 3,5 et quatre étoiles d'encouragements afin que la suite soit encore meilleure.

25/06/2009 (modifier)