Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Paris - New York New York - Paris

Note: 2.83/5
(2.83/5 pour 6 avis)

Il ne reste plus que 6 mois à vivre à Gaspard. Il va consacrer cette période à retrouver Anna, un ancien amour. Pour cela il va mettre en scène une énorme machination. Mais celui qui manipule les autres est il vraiment celui que l'on croit ?


Bichromie Points de vue

Gaspard de Saint Amand, patron de la World « G » Company, l’un des hommes les plus influents du business international, fête ses 40 ans à New York. Mais ce jour-là, tout s’effondre. Son médecin lui annonce qu’on vient de lui déceler une tumeur au cerveau. Il lui reste tout au plus six mois à vivre Effondré, Gaspard décide de consacrer cette brève période à un seul objectif : renouer avec Anna, la jeune femme qu’il a autrefois passionnément aimée, et qu’il n’a jamais oubliée. Il ne peut pas, toutefois, recréer de tels liens directement. Anna en effet, qui vit à Paris, se refuse à tout contact avec Gaspard, qu’elle tient pour responsable de la mort de son frère. Mobilisant toutes les ressources de son immense fortune, Gaspard met au point un plan complexe afin de reconquérir malgré tout la jeune femme par procuration : le propre frère de Gaspard, Mathieu, entre en scène. Mais rien n’est aussi simple qu’il y paraît : on découvrira au fil des pages que la manoeuvre dont Gaspard pense être l’auteur n’est pas de son fait, et que le manipulateur est peut-être bien manipulé…

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Avril 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Paris - New York New York - Paris

07/05/2009 | pol
Modifier


Par Pasukare
Note: 2/5
L'avatar du posteur Pasukare

Je ne vais pas faire dans l’originalité je crois en évoquant le parallèle que j’ai fait d’emblée avec « Berceuse assassine », malheureusement, « Paris-New York » ne lui arrive clairement pas à la cheville… Et pourtant après avoir lu la première histoire consacrée à Gaspard, j’étais vraiment enthousiaste et pleine d’espoir. Graphiquement c’est simple mais propre et efficace, le choix de la bichromie avec trois couleurs différentes pour les trois protagonistes principaux est une très bonne idée. Le principe même du récit qui recoupe les points de vue de différents personnages me plait aussi (je pense notamment à « Braquages et Bras Cassés » que j'ai adoré, dans le genre). Ma première déception est venue à la lecture du chapitre consacré à Anna, que j’ai trouvé trop vite expédié et trop artificiellement construit pour coller à celui de Gaspard. Seule la fin apporte un petit plus qui alimente le « mystère ». Mais le tout manque de chaleur humaine. Au final c’est la fin sans surprise, trop convenue et trop « politiquement correcte » qui me chagrine le plus. Pendant toute la lecture du chapitre trois j’ai espéré lire une autre fin que celle que je pensais avoir devinée, être prise au dépourvu par une pirouette finale inattendue… eh bien non. Globalement, on tient là une œuvre créée avec un talent graphique certain et un travail sérieux au scénario pour qu’il tienne la route, mais il manque un grain de folie, un petit supplément d’âme, de l’humour peut-être, pour la faire sortir du lot comme les deux séries citées plus haut. Pas mal, sans plus.

28/11/2010 (modifier)
Par tolllo
Note: 4/5

Trois vues différentes d’une même histoire : du déjà vu, évidemment, parfois, mieux développé, mais tout de même ! Les trois histoires dans un seul one-shot sont vraiment prenantes, épatantes. L’idée de départ est terriblement artificielle. Le personnage principal va bientôt mourir, il veut donc se rabibocher avec son frère et vivre par procuration une histoire d’amour avec son amour de jeunesse. Il fait venir son ancien amour dans un appartement où tout correspond aux goûts, à la sensibilité de la jeune fille, elle tombe donc éperdument amoureuse du propriétaire de ce fameux appartement... dont le rôle est joué par son frère… Le procédé m ‘a laissé dubitatif… Mais après tout… Apres ce passage… étonnant, j’ai été très agréablement surpris. Les trois points de vue sont cohérents et apportent leur pierre personnelle à l’édifice. Les trois histoires s’enrichissent mutuellement et se compliquent par la même occasion. On se rend compte petit à petit, que tout n’est pas si simple et qu’il y a de la manipulation dans l’air. Une vraie bonne intrigue, du bon suspens, de l’action, de l’amour, il y a vraiment de quoi faire ! Le dessin est sympathique, il y a une couleur dominante pour chaque histoire, mais si on me permet de faire le difficile, je dirai que cela n’est pas assez mis en évidence. J’aurais préféré plusieurs nuances : du bleu du rouge et du jaune. Il y en a certes quelque peu, mais ces couleurs primaires auraient pu être encore plus travaillées, avec plus de dégradés. Quoi qu’il en soit le dessin reste très agréable et les personnages facilement reconnaissables. (13/20)

27/06/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Comme dit ci-dessous, le concept de cet album le rapproche d’une « Berceuse assassine ». Ce procédé est de ceux que j’apprécie, j’étais donc, de prime abord, plutôt preneur. Et j’étais d’autant plus preneur que le trait de Raphaël Drommelschlager est agréable à l’œil (du moins au mien). Simple, dépouillé mais précis, il dégage une élégante froideur, sentiment encore accentué par une colorisation minimaliste et conceptuelle. Malheureusement, l’histoire ne m’a pas convaincu. Les personnages sont peu voire pas attachants. Les événements sont prévisibles. Et les ellipses sont nombreuses. Et puis, franchement, un médecin vous annonce que vous n’avez plus que 6 mois à vivre, vous n’iriez pas en trouver un autre pour avoir un deuxième avis, vous ? C’est là une des nombreuses facilités scénaristiques qui alimentent ce récit. Enfin, la narration n’est pas très captivante, pas très vivante, à un point tel que j’étais convaincu d’avoir affaire avec une traduction de qualité moyenne … mais il n’en est rien ! Une déception, donc, mais un petit « pas mal » car l’album, par son concept et sa qualité graphique, se distingue de la masse des œuvres quelconques. L’histoire, par contre …

19/05/2010 (modifier)
Par Polette
Note: 2/5
L'avatar du posteur Polette

L'idée de départ n'était pas si mal, même si c'est du réchauffé. C'est vrai qu'entre l'histoire vue par 3 personnages différents et la colorisation singulière, on se rend vite compte que l'auteur a bien aimé Berceuse assassine. Mais le scénario est plus que léger. Déjà je dois avouer que je déteste les films ou livres où un médecin dit très sérieusement à un patient "il ne vous reste plus que 6 mois à vivre". Mais c'est du grand n'importe quoi, encore pire que Dr house (désolée, je m'égare...) ! Les personnages sonnent faux : le tout-puissant patron de multinationale qui croit pouvoir tout acheter, le méchant de l'histoire qui est vraiment très très méchant, le frère revanchard.... Le dessin n'est pas si mal, avec des décors trop épurés à mon goût. Mais j'aime bien le trait de l'auteur. La colorisation est plaisante, découpant bien les trois chapitres de la BD. Le coup de grâce vient avec la fin, tellement prévisible que tout le monde peut la deviner aisément. Pas très original donc.....

16/12/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Il y a incontestablement quelque chose qui me rappelle les 3 tomes de Berceuse assassine où il y avait une variation de la même histoire par trois personnes différentes. Nous avons rigoureusement le même principe. Trois personnages et même la ville de New-York est similaire. Difficile dans ces conditions de ne pas opérer un rapprochement. Par ailleurs, il y a tout une histoire à la Largo Winch avec un véritable empire commercial (ici dans le luxe) qui attire bien des convoitises. On a réellement le sentiment que les influences sont diverses mais un peu communes. C’est clair que dans ces conditions, le lecteur est en droit d’attendre un peu d’originalité. Le récit se suit très bien et c’est même très ingénieux dans sa construction. Cependant, tout semble sacrifier pour cette même construction rendant un peu artificiel les sentiments des personnages bien campés dans leur rôle respectif. Je pense également que le choix de la couverture n’est pas du tout judicieux. Bref, tout cela est dommage car nous avons une bonne histoire agréable à lire. Pas de prise de tête !

12/08/2009 (modifier)
Par pol
Note: 3/5
L'avatar du posteur pol

3 chapitres, 3 dominantes de couleurs : bleu, rouge puis vert. Cette colorisation originale est vraiment une réussite. En plus on a droit à un grand format, de belles cases, et un dessin agréable. Visuellement cet album m'a tout de suite attiré. L'histoire est celle de la reconquête d'un amour perdu au travers une mise en scène imaginée par Gaspard le personnage principal. Au fil des chapitres, cette supercherie se révèle être une terrible manipulation. Cette histoire est vue selon différents points de vue, le personnage central changeant d'un chapitre à l'autre. On en apprend un peu plus à chacun d'entre eux, et le manipulateur n'est évidement pas celui que l'on croit. La progression de l'histoire est bien équilibrée d'un chapitre à l'autre. Mais finalement les révélations sur cette supercherie ne sont pas tellement surprenantes. Voire pas du tout. Ca se lit agréablement et cette BD aurait été géniale si comme je l'espérais l'issue était renversante. Ce n'est pas le cas, et finalement c'est juste pas mal, pas plus.

07/05/2009 (modifier)