Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La dernière lune

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

En 1947, un savant fou au service de l'armée nazie s'apprête à détruire le monde.


Coupés du monde... L'Océan pacifique Rodolphe Serge Le Tendre

1947. Suite à un accident d'avion, un jeune industriel français et son pilote échouent sur une île perdue au milieu du Pacifique Mais leur engin a échoué sur l'île voisine et, malgré les avertissements des autochtones, nos valeureux héros décident de vérifier s'il ne subsiste aucun survivants. L'île se révélera alors bien mystérieuse ...

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 1993
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La dernière lune
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

03/03/2009 | Mac Arthur
Modifier


Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Le scénario est tellement cliché que je me demande si ce n'était pas fait exprès. Après tout, j'ai déjà lu et vu des œuvres qui reprenaient plusieurs codes d'un genre pour faire un homme et si c'est le cas ici je trouve que c'est raté. Le scénario ne m'a pas du tout passionné et encore moins les personnages qui sont complétement stéréotypés. De plus, comme le dit Mac Arthur, le dessin est brouillon. On dirait que le dessinateur possède assez de talent pour avoir un dessin au mieux pas mal, mais qu'il gâche tout en dessinant à la va-vite.

17/05/2013 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Avoir Rodolphe et Le Tendre comme coscénaristes aurait dû s'avérer être un gage de qualité. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'avais à l'époque acquis cet objet. Malheureusement, il m'a fallu déchanter. « La dernière lune » est une sorte de pastiche des films de James Bond. Un héros jeune, beau, flegmatique et intrépide affronte un savant fou désireux de détruire le monde : c’est tellement caricatural que ce ne pouvait qu’être délibéré de la part d’auteurs aussi avertis. Ceux-ci ont beau ne pas trop se prendre au sérieux, le résultat est quand même plutôt quelconque. Certes, il y a une volonté d’assumer cet esprit « série Z », mais il n’y a pas de vrai décalage ou de totale dérision dans le traitement du sujet. Nous avons donc bel et bien droit à… une série Z sans grand intérêt mais pas épouvantable non plus. Le genre de truc qu’on lit sans y penser, histoire de patienter dans la salle d’attente d’un cabinet dentaire. Au niveau dessin, connaissez-vous Parras ? Pour ceux à qui ce nom dit vaguement quelque chose, sachez qu’il a également dessiné la série Le Lièvre de Mars. Si cela ne vous dit toujours rien, sans vouloir être méchant envers l’artiste, je pense que vous n’avez rien raté. Parras a vraiment un trait brouillon qui me donne l’impression d’être fait à la va-vite (alors que je suis convaincu du contraire). La colorisation étant également assez moche à mes yeux, vous comprendrez que l’ensemble ne m’a pas non plus séduit par son aspect visuel. Un petit 2/5, en résumé.

03/03/2009 (modifier)