Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

King de la Police Montée (King of the Mounted Police)

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Les aventures intrépides d'un as de la Police Montée canadienne


Canada Format à l’italienne King Features Syndicate Les Pionniers

King est sergent dans la mythique Police Montée canadienne. Grand, athlétique, honnête, intrépide, élégant dans le port de sa tunique rouge et de son large chapeau, il en est un des plus dignes représentants. Il est en poste dans un coin perdu de l’état du Yukon. Courageux, cavalier émérite, King va régulièrement se trouver confronté aux voleurs, hors-la-loi, trafiquants, contrebandiers et rascals de tous poils qui hantent les étendues enneigées du Yukon et les plaines désertes du Saskatchewan. Et King n’abandonne jamais la trace d’une proie. Traques, poursuites sont son lot quasi quotidien. Mais il est parfois difficile de régler seul certaines affaires. Alors notre « tunique rouge » -bien qu’il aime l’action en solitaire- emmènera avec lui dans ses missions Pilot Leroux –un spécialiste des situations hors normes-, son jeune frère Kid –reconnaissable à son bonnet- et, à son corps défendant, la belle Betty Blake avec qui il partage sa vie.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1983
Statut histoire Histoires courtes 2 tomes parus
Couverture de la série King de la Police Montée
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

22/12/2008 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette bande américaine créée en 1935 pour le KFS, sous le titre "King of the Royal Mounted", fut très publiée en France avant et après la guerre dans des hebdos comme L'Aventureux, Hurrah ou Le Journal de Mickey, ainsi que dans de nombreux fascicules chez Sagédition et les Editions du Rempart qui à cette époque francisaient tout ce qui était ricain, et qui l'avaient baptisé du nom de Audax, d'après la traduction italienne. Etrangement, par rapport à cette pléthore de parutions en fascicules, la bande n'eut pendant longtemps qu'1 seul album, celui de Slatkine que j'ai réussi à lire en bibliothèque à Paris. Comme je l'ai dit souvent dans ces colonnes, je ne suis pas spécialement attiré par les bandes pionnières U.S. en raison de leur aspect mal foutu parfois, leur naïveté et leur aspect obsolète qui oblige à se replacer dans le contexte d'époque. De plus, techniquement, les petites cases ont tendance à me gêner, sans compter les bulles parfois envahissantes. King ne fait donc pas exception à la règle, pour moi, c'est aussi ennuyeux que Red Ryder parce que je ne conçois pas le western de cette façon, j'ai été nourri au biberon du western façon journal Tintin et journal Pilote, puis à celui des petits formats, c'est totalement différent. Mais comme toutes ces bandes américaines des années 30, telles Dick Tracy, Red Ryder ou Buck Rogers, je les respecte car elles ont une valeur historique qui a permis l'arrivée d'auteurs ayant des visions nouvelles. Ici, bizarrement, ce ne sont pas les noms des dessinateurs que le public a retenu, mais du scénariste Zane Grey, connu comme romancier populaire, comme scénariste à Hollywood, et qui transporta tous les ingrédients du western classique à l'époque contemporaine dans le Grand Nord canadien, permettant ainsi de beaux effets de neige à ses différents dessinateurs. En tout cas, la bande sera imitée surtout en Italie, dans les petits formats où plusieurs héros seront des Tuniques rouges, également en Angleterre, dont la bande la plus connue "Jim Canada" (de son vrai nom "Dick Daring of the Mounties") sera traduite en France par l'éditeur Impéria en nombreux fascicules. Bien plus tard, on aura Trent. Il faut savoir enfin qu'en France, la bande subit un avatar hélas assez courant dans les années 50, avec la diffusion de planches remontées qui n'ont pas toujours mis le dessin en valeur, mais malgré ça, elle laissa dans l'esprit des lecteurs une impression de bande passionnante par son côté aventureux. Si le coeur vous en dit....

26/01/2014 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

C’est tout vieux, mais qu’est-ce que c’est tout bon !.. King ?… c’est d’abord un roman de Zane Grey. Une adaptation en bande dessinée en est effectuée. Elle est distribuée par le « King Features Syndicate » sous forme d’une bande dominicale qui paraît dans divers quotidiens US, King fait son entrée dans le monde le 17 Février 1935. Après avoir vécu de très nombreuses aventures, il saluera une dernière fois le 14 Février 1954. A ses débuts, Allan Dean est aux commandes graphiques. Le succès est rapide car la Police Montée canadienne a toujours bénéficié d’une certaine aura parmi les américains. Dès le 02 Mars 1936, « King » bénéficie d’un strip quotidien en plus de la page dominicale. Au dessin, Charles Flanders (Agent Secret X-9, Ivanhoé, Robin des Bois, le Saint –ben oui, c’est lui qui a dessiné le personnage de Simon Templar-) assiste Dean et reprend d’ailleurs l’entièreté de la série en 1938. En 1939, accaparé par trop de séries, Flanders cède le relais à une autre « pointure » de l’époque Jim Gary (G-Men). Ce dernier mènera King jusqu’à son ultime épisode. Il est à noter que Fred Harman (Red Ryder) a occasionnellement collaboré à certaines histoires sans en être crédité. En langue française, je possède personnellement PLUSIEURS CENTAINES DE PAGES (si, si !) où paraît King. La production d’avant-guerre fut énorme aux USA et King traversa l’Atlantique pour, après traduction, se retrouver dans les périodiques « Hurrah ! »(dès le 05 Juin 1935), « l’Aventureux », « Tarzan », « l’Audacieux », « Le journal de Mickey », « Donald » (dès 1947), « Bravo ! », « Far West » (dès 1952). Ses BDs éditées en langue française étaient alors sous format à l’italienne, en noir et blanc (couvertures en quadrichromie), chacune d’une vingtaine d’assez grandes pages, imprimées sur de l’épais papier d’assez mauvaise qualité. Il en existe une bonne vingtaine éditées par SAGEDITION, dans la série Grand Nord, de 1949 à Avril 1953. Diverses histoires complètes feront les beaux jours des récits complets « Aventuriers d’aujourd’hui » de 1937 à Mai 1944. Idem pour la collection des « Belles aventures » de fin 1945 à fin 1947. Les éditions de la S.P.E. publièrent des histoires dans « Au galop » dès Décembre 1953. Les Editions de Lyon ne l’oublièrent pas dans leur collection « Les héros de l’aventure » dès 1964. Tout ça pour ?… une très belle et longue série qui fit vraisemblablement la joie des parents et des grands-parents de certains d’entre-vous. Pour l’époque, ce western était considéré comme « exotique », les histoires mettant en scène les « tuniques rouges » étaient pour ainsi dire inexistantes. Qui plus est, outre le côté western, les scénarios mettaient aussi en exergue le côté policier avec les enquêtes menées par King. Très populaire dans le milieu des années trente, King « jouait » aussi un peu de l’écologie car il avait la volonté de surveiller volontairement les étendues dont il avait la garde. Le héros ?… un « vrai de vrai » toujours impeccablement habillé malgré chevauchées et bagarres récurrentes. Le pli du pantalon jamais chiffonné, le chapeau toujours vissé sur un visage volontaire, toujours rasé de près, grand, le port altier, King est une sorte de gravure de mode publicitaire pour la Police Montée. Mais le lectorat n’en avait cure. King l’emmenait dans des histoires –comme il m’a emmené- du « temps de cow-boys » et on ne lui demandait pas de philosopher. « King » fut même mis en scène. Un premier film, en 1936, fut réalisé par Edward Bretherton avec Robert Kent dans le rôle principal. En 1942, douze longs épisodes furent mis en scène par William Witney et John English. Pour les puristes : de 1939 à 1955, Jim Gary fut aidé au dessin par John Wade Hampton, Bill Lignante et Rodlow Willard. Malgré cette énorme production, King n’a fait l’objet que de deux albums, tels qu’on les conçoit de nos jours, ce en 1983 (format à l’italienne, le meilleur) et en 2008. J’ai mis « série en cours » car je ne désespère pas retrouver King édité… une de ces prochaines années ?…

22/12/2008 (modifier)