Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Le Château de l'Aurore (Yoake Shiro)

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Le puissant seigneur Muneharu Matsunok veut construire le château le plus magnifique qu'on ai jamais fait.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Albums jeunesse : 10 à 13 ans Kodansha Shonen Tezuka

Grand amateur de l'Histoire de son pays, Osamu Tezuka s'est souvent amusé à construire ses récits à partir d'épisodes marquants du passé, comme l'illustre ce "Château de l'aurore" étincelant de fantaisie. Les intrigues politiques et le contexte historique font tout le sel de cette chronique palpitante située à l'époque de Hideyoshi Toyotomi (1536-1598), l'un des trois unificateurs du Japon féodal. Le puissant seigneur Muneharu Matsunoki se lance à la demande du shogun dans la construction d'un château de style «anglais». Malgré l'opposition des habitants, les travaux de l'extravagante bâtisse commencent. Mais le chantier devient le théâtre de mystérieux sabotages et des ombres inquiétantes rôdent bientôt dans le périmètre. Les liens familiaux et les rivalités de clans s'en mêlant, les passions s'exacerbent et la situation devient vite explosive. Déjà, c’est la guerre qui menace... Cette oeuvre témoigne de ce que les spécialistes japonais désignent comme « l'Âge d'or » d'Osamu Tezuka, période qui le voit s'affranchir de l'influence de Walt Disney et inventer les codes de la bande dessinée japonaise moderne. "Le Château de l'aurore" n'est que l'un des nombreux joyaux méconnus dont regorge l'oeuvre pléthorique de ce génie du 9e Art.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Mars 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Le Château de l'Aurore
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

08/12/2008 | Gaston
Modifier


Par cac
Note: 3/5

Le château de l'aurore est un one-shot de Tezuka que je situerai dans la lignée de Sarutobi. C'est-à-dire que c'est un album mettant en scène un jeune héros qui est ici fils du seigneur local. Ce dernier doit bâtir un château flamboyant pour montrer la puissance du shogun. Le ton est assez enfantin et assez peu centré sur le contexte historique au final, du moins on ne se rend pas compte de tout ce contexte avant de lire la très intéressante postface. Dans ce manga l'auteur présente la lutte du fils face à son père car il n'approuve pas la construction du château ainsi que différentes relations avec 2 jeunes femmes. Ils vont finir par se retrouver sur un final dramatique. Bref l'histoire se laisse lire mais plaira peut-être plus à des adolescents qu'à des adultes car c'est assez gentillet. On est loin de la noirceur des personnages qu'on peut trouver dans MW ou Ayako pour ne citer que ces 2 exemples.

11/09/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Décidément, Tezuka aimait faire des mangas historiques ! Ce n'est pas son meilleur. Il faut dire que ce manga a été fait dans les années 50 et à cette époque Tezuka n'avait pas encore atteint la maturité autant sur le plan graphique que scénaristique. Toutefois, l'histoire se laisse lire. Il y a plusieurs bonnes idées dont la fin que j'aime beaucoup, mais d'autres pourraient la trouver brutale et bâclée. Les personnages n'ont pas une grande psychologie, mais leur motivation est bien montrée. Il y a certains passages un peu niais, mais ça ne gâche pas la lecture.

08/12/2008 (modifier)