Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Retranchés

Note: 2.25/5
(2.25/5 pour 4 avis)

Retranchés, c’est deux histoires parallèles, dont l’une est l’expression allégorique de l’autre. Celle de Jérôme, un jeune homme de 30 ans que sa petite amie vient de quitter et celle d’une bande de soldats, façon grognards napoléoniens, perdus dans les boyaux d’une tranchée


Jérôme, trentenaire planté par sa copine, s’enlise dans sa déprime. Son quotidien se résume à absorber programmes télé et alcools à outrance. Sans compter ces soi-disant amis qu’on évite…et ces souvenirs qui font souffrir. Dans un ailleurs, embourbé dans les boyaux d’une tranchée, une bande de grognards napoléoniens attend. Cette armée fantasmagorique patiente, véritable galerie de gueules cassées sans avenir. Tous ces êtres surréalistes attendent un conflit qui tarde à venir, allégorie de la souffrance de Jérôme. Lui, paralysé, se retranche en lui-même et tient la position : que faire d’autre ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Retranchés
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

10/10/2008 | pol
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

L'idée servant de base au récit était excellente mais sa mise en oeuvre m'a moyennement séduit. Le récit se compose de 2 sous récits n'ayant au départ rien en commun. Il y a un roman graphique où l'on suit un personnage se laissant totalement aller suite à une rupture. L'autre histoire est beaucoup plus onirique, on se retrouve avec une petite armée dans des tranchées attendant un ennemi invisible. En fait, les militaires représentent le retranchement du personnage du premier récit. Il s'enferme sur lui même et se révèle être le problème. Le parallèle entre le personnage dépressif et les militaires qui vivent dans un délabrement complet sans qu'aucune action ne soit entreprise est intéressant mais pas toujours clair. Il y a des passages et des personnages étranges. Est ce que l'auteur n'est pas allé trop loin, rendant opaque son récit ? Le dessin est faussement simplifié, les cadrages sont excellents mais le trait fait naïf. La colorisation est très réussie. Il y a clairement du talent au niveau graphisme, pour le scénario, il faudra être plus concis. Je suivrai certainement Cafard dans ses prochaines productions, celle ci laisse augurer de bonnes choses pour l'avenir mais manque de maturité. Note affinée : 2.5/5

25/09/2010 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Miranda

J'ai tourné autour de cette bd comme une bête à un point d'eau, hésitant entre assouvir sa soif ou peut-être risquer sa vie. Attirée par son graphisme mais tellement angoissée d'être déçue par son scénario il m'était impossible de me décider. Enfin je l'ai lue... et je suis conquise. Cafard, - l'auteur - de sa fabuleuse imagination nous offre un parallèle ou plutôt une symbiose parfaite entre Jérôme, trentenaire plaqué par sa belle, et d'étranges soldats napoléoniens assez fantasques. Ceux-ci représentent la bataille que ce jeune homme doit mener contre lui-même pour surmonter cette rupture qui le mine, et l'enfonce tout doucement dans la solitude et la déprime la plus noire. La représentation de cette déprime est très inventive, la transition entre le monde de Jérôme et celui des Soldats est menée de façon originale, prenant un élément du décor commun aux deux univers pour faire le lien. Les personnages volants à têtes d'appareils photos ne sont là que pour perturber notre lecture, nous titiller les neurones et surtout nous ravir les yeux. La narration est elle aussi excellente, les phrases sont plutôt courtes mais toujours savoureuses et percutantes, et nous mènent tout droit dans l'esprit fécond de l'auteur. Bourrée d'onomatopées, elles font chanter les pages de leurs cliquetis enivrants, cette œuvre atypique fait appel à tous nous sens. Si vous avez encore des doutes, lisez plutôt les notes de l'auteur en fin d'album.

25/10/2008 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Il est en effet un peu difficile de comprendre le fond de cette histoire. Nous avons deux trames très différentes, qui n'interagissent que peu, et encore, dans un seul sens. Mais pour la finalité, ce n'est pas évident. D'autant plus que Cafard a mis des éléments perturbateurs dans son récit : le dactylo-inspecteur et les photographes volants. L'univers ainsi évoqué (et non développé) n'est pas exempt d'intérêt, mais dans cet album c'est carrément nébuleux. Son dessin manque encore de consistance, mais on sent se dessiner un style bien particulier, relativement morbide, naturellement enclin à la déformation, à l'exagération des formes. A voir dans les prochains albums...

16/10/2008 (modifier)
Par pol
Note: 1/5
L'avatar du posteur pol

Cette lecture me laisse totalement perplexe. Nous avons un parallèle bien étrange entre Jérôme, un trentenaire qui s'enfonce dans la déprime après s'être fait plaquer, et une armée enlisée dans une tranchée dans l'attente d'un assaut ennemi. Je n'ai pas très bien saisi le rapport entre les deux. La narration alterne les séquences sur l'une et l'autre des histoires. Parfois après 4 ou 5 pages, parfois après quelques cases. C'est assez déroutant. Comme le lien entre ces 2 histoires n'est pas évident pour ne pas dire invisible, j'ai trouvé qu'il était bien difficile d'entrer dans l'univers de cette BD. Résultat je n'ai pas compris où l'auteur voulait nous emmener, je suis totalement passé à côté du message qu'il essaye de transmettre. Pour finir le dessin est original, les visages sont déformés, étirés, volontairement malmenés par le crayon de l'auteur mais je n'ai pas vraiment apprécié. Cependant le cahier graphique de recherches de personnages à la fin est intéressant.

10/10/2008 (modifier)