46XY

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Raphaël est heureux. Marié avec Charlotte depuis peu, leur amour comble Raphaël comme jamais. Et comme ça arrive dans les meilleures familles, Charlotte tombe enceinte. Que demander de plus ?


Autobiographie Douleurs intimes La Boite à Bulles Maternité / paternité

Raphaël est heureux. Marié avec Charlotte depuis peu, leur amour comble Raphaël comme jamais. Et comme ça arrive dans les meilleures familles, Charlotte tombe enceinte. Que demander de plus ? Presque de quoi faire oublier à Raphaël que coté famille justement, il n’a jamais eu droit à sa part de bonheur (voir (A)mère). Et si l’arrivée d’un enfant était justement le remède à tous ces maux passés ? « Il y a quand même un problème… » A la maternité de Cherbourg, le docteur foudroie les 2 amoureux en une phrase. Si le foetus bouge bien, une partie de ses organes se développe à l’extérieur de son abdomen. Les instants qui suivent témoignent de la violence du choc. Si les explications incomplètes du médecin laissent planer un léger espoir, le couple se retrouve vite devant une situation insupportable : redouter le pire pour leur enfant… Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Octobre 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série 46XY
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

07/10/2008 | Alix
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Cette BD parlera forcément à tous ceux qui sont parents, ont eu des difficultés pour l'être, et ceux qui veulent le devenir. Raphaël Terrier, homme à la vie tourmentée, est un auteur qui a besoin de parler de ses problèmes dans sa production littéraire. Après (A)mère, il nous parle donc des problèmes qu'ils ont rencontrés, son épouse et lui, lors de la première grossesse de celle-ci. Une grossesse qui s'avère difficile, avec un enfant développant ses organes hors de son abdomen. Une sorte de cauchemar visuel que l'on voit développer par échographie interposée, en fait. C'est sûr, l'histoire de Raphaël et Charlotte est touchante, elle parlera à beaucoup de personnes, beaucoup d'ailleurs qui n'osent franchir le pas pour parler d'une "aventure" pareille... Si j'étais dans leur situation, je ne sais pas comment je réagirais, ni comment j'agirais... Terrier trouve d'entrée les mots justes pour parler de ses espoirs, ses craintes, et même pour évoquer en termes simples une situation compliquée. Là réside la grande qualité de ce roman graphique (et l'expression prend ici toute sa valeur). Mais curieusement on a l'impression d'un certain détachement dans les mots, comme s'il avait écrit tout ça bien plus tard que ce que l'on pense. Dommage que plus d'images ne viennent pas en soutien de ses mots, cela aurait pu alourdir leur impact. A lire, mais seulement si vous n'êtes pas dans une situation semblable ou proche.

20/04/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Cette BD est un témoignage sur un moment particulièrement dur et éprouvant pour un couple. Le récit est celui d'une grossesse qui se passe mal, de ce que cela implique et de la décision très douloureuse que les possibles futurs parents doivent prendre. J'ai été d'autant plus touché par ma lecture que ma femme et moi sommes passés par les mêmes affres, l'annonce de la mauvaise nouvelle, les recherches pour savoir ce que cela veut dire précisément, la quête pour savoir quelles sont les chances scientifiques et médicales que l'on a que cela aille vraiment mal ou que le bébé s'en sorte sans dommage, le dilemme quand il faut choisir de laisser sa chance au hasard ou pas. Là où je diffère de l'auteur c'est que ma femme et moi avons fait le choix inverse du leur, persuadés d'être du bon côté des probabilités et aussi parce que les conséquences auraient été moins radicales que dans leur cas en cas de malheur, malheur complètement oublié pour nous de nos jours car nous avions heureusement raison d'être optimistes. Quoiqu'il en soit, comme toujours quand un récit aborde le sujet des enfants et de la paternité, je suis très facilement sensible et les larmes viennent facilement à mes yeux. Il y a des moments forts dans cette BD. Pourtant je dois avouer que ma sensibilité envers cet album s'est un peu étiolée au fil de ma lecture car l'intérêt a baissé à mes yeux. Après la mise en place introductive et les moments de choix difficiles, le reste m'est davantage apparu comme un témoignage de comment se passe un avortement dans les faits et dans l'esprit des parents. Certes, c'est instructif, mais je n'ai guère été passionné ni davantage touché pour autant. L'album ne se présente en outre pas totalement comme une BD, alternant illustrations accompagnées de textes, planches de bandes dessinées et quelques pages de texte uniquement comme un livre classique. Je n'aime pas trop le dessin et j'ai trouvé qu'il n'apportait pas grand chose de plus que le simple texte narratif qui, lui, était celui qui m'a surtout intéressé. En définitif, c'est un témoignage qui a su un peu me toucher, puis aussi un peu m'instruire mais pas vraiment me captiver ni me marquer ni dans sa forme ni dans son contenu.

17/10/2008 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

La boîte à bulles nous propose une « BD qui n’en est pas vraiment une », à savoir une histoire qui alterne pages de BD traditionnelles et pages de texte plus ou moins illustrées. Un chapitre est même réalisé en roman-photo. Graphiquement, l’album interpelle, c’est sûr. L’histoire, elle, m’a énormément perturbé. Le sujet est délicat, et très sensible quand on a mon âge, et qu’on s’apprête à faire le grand saut et choisir de devenir parent. La grossesse est, me dit-on, un moment formidable pour les futurs parents. Mais aussi remplie de soucis j’imagine. Or moi je n’ai pas spécialement envie de lire ce genre d’histoire qui tourne rapidement au « scénario catastrophe ». Alors certes c’est très humain, assez juste, et finalement assez positif sur la fin. Mais je suis quand même ressorti de ma lecture très perturbé… sensation somme toute assez désagréable. Un bon livre, c’est sûr. Une histoire racontée avec beaucoup de talent. Mais âmes sensibles s’abstenir !

07/10/2008 (modifier)