Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Uchronie[s] - New York

Note: 3.29/5
(3.29/5 pour 17 avis)

Saison 1 Trois séries de trois tomes trouvant leur dénouement dans un 10e album. La nouvelle grande saga de Corbeyran. Après New Byzance et New Harlem, l'univers d' "Uchronies" fait escale à New York, de nos jours.


Corbeyran Les prix lecteurs BDTheque 2008 Les Uchronies New York Série Uchronie[s]

On retrouve Zack Kosinski, alors âgé d'une vingtaine d'années. Zack n'en a cependant réellement vécu que la moitié, puisqu'il vient de passer une décennie plongé dans un étrange sommeil provoqué par son père, Charles Kosinski, scientifique de grand renom mystérieusement disparu depuis lors. Soigné dans une clinique privée où il se remet doucement de cette immobilité prolongée, Zack est constamment en proie au doute et au questionnement. Son passé le hante, son présent l'angoisse, quant à son futur, il l'a entièrement remis entre les mains d'une jeune infirmière, Tia Brown, qui s'efforce de lui faire reprendre pied dans le monde réel. Le problème, c'est que Zack doute également de sa propre réalité. Les visions qui s'imposent à lui lui révèlent même qu'il serait doué de "prescience". Son esprit serait en effet capable de se projeter mentalement vers d'autres réalités. Ces réalités qu'il perçoit sont en apparence absolument similaires à la sienne. En apparence seulement, car lorsqu'il analyse de près ses visions, Zack se rend compte de subtiles différences... ... La conclusion qui s'impose à lui n'est pas pour le rassurer : a-t-il vécu plusieurs vies, sur plusieurs plans différents ? Il n'aura malheureusement pas le temps de trouver des réponses à ces questions. Surveillés par des agents de la CIA - qui convoitent les mystérieuses recherches scientifiques de son père - Zack et Tia seront obligés de prendre la fuite pour préserver leur intégrité...

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Mai 2008
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Uchronie[s] - New York
Les notes (17)
Cliquez pour lire les avis

25/05/2008 | pol
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 J'ai trouvé cette troisième série moyenne. Tout d'abord, je n'aime pas du tout le dessin. Les têtes des personnages sont souvent moches et spécialement celle de Tia. Le dessin change dans le troisième tome et cela m'a déstabilisé. J'avais l'impression de lire une autre série sur cet univers. Ensuite, le scénario ne m'a pas autant captivé que dans les deux autres séries. Il faut dire que cela se passe dans un monde semblable au notre donc ça m'a semblé plus banal, une énième histoire de machination avec un héros un peu largué et manipuler par les autres. Les meilleurs scène sont sans aucun doute celle qui font un lien avec les deux autres séries et cela m'a donné le gout d'enchainer ma lecture avec l'épilogue.

02/05/2012 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

J'ai commencé ma lecture des "Uchronie[s]" par New-York, je ne sais pas trop s'il y avait un ordre prévu ou à respecter, peut-être tout simplement celui des dates de parution, mais il se trouve que c'est le premier dont j'ai pu disposer. Avant toute chose, je trouve que le dessin est vraiment moche, notamment au niveau de la mise en couleurs que je trouve très sommaire, pas du tout réaliste (le dégradé à la hache sur 3 bandes, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé) mais également au niveau du trait qui est plus qu'approximatif en ce qui concerne certains visages. Le style ne tient pas la comparaison avec le premier tome de Uchronie[s] - New Byzance que j'ai entamé juste après, y'a pas photo. Le scénario quant à lui est intéressant, surtout après la lecture du deuxième tome et les premières explications concernant la disparition de Charles Kosinski ainsi que les premières incursions dans des univers parallèles. Juste une légère objection : selon moi, un gamin plongé dans le coma quand il a une dizaine d'années et qui en ressort 10 ans plus tard ne devrait pas, je pense, être capable de raisonner comme un adulte qui aurait réellement vécu ces 10 années et encore moins de se comporter avec une femme comme s'il avait de l'expérience en la matière… mais peut-être qu'un explication "logique" sera fournie par la suite (dans ce cas, j'aurais apprécié au minimum l'étonnement du personnel médical...) et que ce coma n'en était pas vraiment un… je laisse le bénéfice du doute pour l'instant. Cette première "Uchronie" a en tous les cas éveillé ma curiosité et m'a donné envie de lire les deux autres séries associées. Complément après lecture des trois tomes : je me trouve finalement assez dure concernant ma précédente critique du dessin, en deuxième lecture je n'ai pas été autant agressée visuellement qu'au départ... étrange. Je trouve tout de même que Tia est assez mal dessinée dans cette série. Du point de vue de l'intrigue, elle reste assez intéressante même si un peu facile et finalement sans explication fracassante à nous servir à la fin. Peut-être que la lecture de la fin des deux autres séries et de l'épilogue éclairera ma lanterne !

09/11/2009 (MAJ le 09/08/2011) (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Bon, ben voilà ! Pour moi, même si la série ne part pas totalement en couille, elle offre tout de même beaucoup de raccourcis faciles qui m’empêchent d’apprécier un concept qui, à l’origine, m’intriguait de favorable manière. Après un très bon Uchronie[s] - New Byzance, un juste passable Uchronie[s] - New Harlem, ce New York a fini d’achever mes espoirs. Le dessin y est quelconque mais pas mauvais dans son genre. Le scénario, par contre ne m’a pas satisfait du tout. Trop de raccourcis faciles, trop peu d’explications et certaines anomalies, une déception. Je ne peux m’empêcher de penser que Corbeyran a pris au fil des tomes de plus en plus de liberté vis-à-vis de son (excellente) idée de départ dans le seul but de se sortir d’une situation trop délicate à gérer. Personnellement, j’abandonne la série ici (et par série, j’entends l’ensemble des Uchronies proposées par la collection tant il me paraît absurde d’en lire une sans connaître les autres).

18/02/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J’ai beaucoup aimé cette troisième variation d’Uchronie[s] après New-Byzance et New-Harlem qui décrit l’évolution de cette mégalopole dans 3 univers parallèles. On renoue avec l’excellent niveau du premier opus. Petit à petit, les pièces du puzzle se rassemblent. On commence à avoir une vision assez intéressante de la vie de Zach, le fameux prescient qui peut lire le futur proche. Le dessin est particulièrement soigné avec un style réaliste ce qui semble très appréciable. Cependant, la vraisemblance de l’histoire en prend un sacré coup. Comment croire une seule seconde qu’un gamin qui sort d’un coma prolongé d’une dizaine d’années puisse s’exprimer très correctement avec un langage d’adulte sans atteinte psychologique notable? Bon, il y a la belle et gentille infirmière métisse qui est présente pour l’aider. Tout de même, les scènes paraissent peu crédibles … Uchronie est un projet ambitieux où on nous promet la lumière sur ces réalités parallèles dans le 10ème tome. On ne perçoit pas encore tous les enjeux scientifiques et politiques mais c’est prometteur. On comprend également avec le dernier tome de ce cycle que c’est bien de New-York qu’est parti l’ensemble des intrigues qui vont se succéder dans New Byzance et New Harlem. C’est le lien qui nous manquait pour notre compréhension globale. Comme dit, c’est du dernier tome que tout va dépendre. Note Dessin : 3.75/5 – Note Scénario : 3.75/5 – Note Globale : 3.75/5

03/06/2008 (MAJ le 17/12/2010) (modifier)
Par Seb94
Note: 2/5

Troisième série parallèle de l’audacieux projet « Uchronie(s) », dont j’ai lu pour l’heure chacun des premiers tomes. New Byzance m’avait enchanté par son scénario prometteur et la qualité de son dessin, au contraire de New Harlem qui m’avait un peu refroidi du fait de son graphisme très moyen et de ses facilités scénaristiques. C’est donc avec curiosité que je me suis plongé dans ce troisième opus, que je situerais qualitativement ente les deux séries parallèles précédemment citées. L’intrigue est intéressante et plutôt bien construite, même si certains passages sont un peu expédiés, notamment la vitesse surprenante avec laquelle Zack retrouve ses moyens physiques après dix ans de coma… Petit à petit, les liens se forment entre les différentes réalités, même si pour l’heure, on ne sait pas encore vraiment ou l’auteur veut nous emmener. Cette troisième réalité relance donc mon intérêt pour cette série et les nombreuses questions restant en suspend titille ma curiosité. Concernant le dessin, celui-ci est loin d’être mauvais, mais il m’apparait tout de même un peu froid et les visages ne m‘emballent pas des masses. Bien que largement meilleur que celui de New Harlem, il n’arrive pas à la hauteur de la qualité esthétique de New Byzance. Tout reste encore à découvrir concernant cet ambitieux projet. Le meilleur comme le pire peut encore arriver d’ici l’ultime tome, qui doit normalement rendre cohérent ces trois mondes parallèles. Pour ma part, je suis plutôt bien rentré dans ces différentes histoires et ma curiosité m’incitera à poursuivre ma lecture, en espérant que le meilleur reste à venir… -Mise à jours après lectures des 3 tomes de New Byzance + les deux premiers tomes de New Harlem et New York- J'ai perdu mon enthousiasme, la série m'ennuie de plus en plus, pour tout dire je suis en train de décrocher. Pas mal d'invraisemblances dans le scénario et beaucoup de redites d'une série à l'autre. Je ne suis plus très motivé pour poursuivre ma lecture. En conséquence, je baisse ma note d'un étoile et déconseille l'achat.

29/05/2009 (MAJ le 19/11/2010) (modifier)
Par kalish
Note: 2/5

La dernière uchronie n’en est pas une, puisqu’il s’agit de notre réalité, celle d’où démarre l’histoire de Charles Kosinski et de Tia Brown qui voyagent entre ces mondes parallèles. Alors forcément, comprendre un peu plus le pourquoi du comment, c’est toujours intéressant. Pourquoi diable Tia est-elle partie cherché Kosinski à New Byzance ? Tia qui par ailleurs a un comportement très différent par rapport aux deux premières séries, ce qui est plutôt surprenant. Mais au bout de la troisième série, relire les même explications à propos de la fusion noire, des rêves de Zack et des réalités alternatives, ça commence à être un poil lourdingue. Et puis ici, point de changement de notre histoire qui pourrait donner une nouvelle toile de fond et capter notre intérêt. Donc ça se lit pour compléter les deux autres mais en aucun cas, cela se montre plus passionnant. Au niveau du dessin par contre, on a ici le meilleur des trois ( pour peu que l’on aime le trait un peu gras de Défali ). Même si c’est loin d’être parfait et que l’on aimerait qu’il soit un peu moins prolifique ( Le Syndrome de Hyde, Assassin's Creed, Pulsions ) pour être un peu plus appliqué.

03/11/2010 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Après lecture du premier tome... (Pas encore le second sous le coude) Pour moi, la meilleure des 3 séries de ce triptyque, surtout au niveau graphique. Ok, on est dans le "réel" (Et encore, va savoir dans cette série...), et loin des univers ou Islam ou Black Power mènent la danse. Mais au moins, dans ce cycle, fi des raccourcis de scénarios abracadabrantesques ou des mauvais dessins de Tibery... Bon, notons quand même que pour une personne de 20 ans ayant passé 10 ans alité dans un hôpital, le Zack a un corps d'athlète et une faculté de raisonnement qui laissent perplexe. Fini le sport ! Moi je reste sous la couette ! Passé cette remarque, la suite se pose et se construit petit à petit, façon thriller, et la sauce prend de façon convaincante. Tout s'imbrique petit à petit, tant sur ce plan que sur les implications sous-jacentes aux autres cycles. Côté dessin, on souffle ! Fini les raccourcis ratés et approximatifs de Tibery, là, on retrouve enfin un coup de pate qui tient la route et qui emmène superbement l'histoire. Les cadrages, les découpages : tout porte la narration de façon concluante. Je préfère même ce dessin au cycle de New Byzance à la colorisation un brin trop chatoyante à mon goût. A lire sans concessions, en espérant que la suite soit du même tenant et s'intègre aussi bien à ce cycle étonnant d'Uchronie[s]!

10/12/2009 (modifier)
Par pewi
Note: 3/5

J'ai trouvé le dessin bien fait mais plutôt quelconque. Il ne dessert pas l'histoire. Je n'ai pas du tout apprécié ce scénario de par la lourdeur de l'exploitation de l'intrigue à partir de la fin du premier tome. Ce que j'ai le plus aimé dans les deux premiers tomes de cette série c'est qu'elle permet au lecteur d'avancer de manière importante dans la compréhension du lien qui unit les trois.

16/08/2009 (modifier)
Par GiZeus
Note: 4/5

Après lecture du tome 2 Après la série des New-York et un deuxième tome de New-Byzance un peu décevants, on se retrouve ici avec une explication somme toute assez logique des événements de tous les tomes précédents. Ne se contentant pas de faire avancer l'intrigue propre à New-York, on y trouve l'explication des quelques incohérences des albums précédents qui au final n'en sont pas vraiment. Et c'est là que l'histoire des autres branches de la série prend totalement son essor. On commence à concevoir l'envergure de la série entière. Ainsi comme New-Byzance est le début des questionnements, New-York en est leur réponse. Edit après relecture Côté dessins, ceux-ci sont peut-être même plus jolis que ceux de New Byzance. On commence à se dire que Corbeyran sait où il va et que la série s'annonce prometteuse. /!\ SPOILER Un petit bémol cependant concernant ce deuxième tome : l'explication du "néant". Corbeyran n'a pas tort dans le sens où il affirme que "le vide n'est pas vide", c'est un fait reconnu par les physiciens, mais dans le sens où ce seraient des particules gazeuses qui surgiraient du néant et s'annihileraient. C'est en fait de la matière et de l'antimatière qui s'annihilent réciproquement puis se reconstituent. Enfin voilà pour le petit cours de science. Nous pouvons cependant absoudre Corbeyran dans la mesure où son oeuvre relève de la fiction ; mais quitte à vouloir partir sur des bases scientifiques véridiques, autant le faire pour de bon.

02/07/2009 (modifier)
Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Comme les avis précédents, New York, la troisième série des Uchronies de Corbeyran est parfaitement située entre le haut du panier que constitue New Byzance et la lanterne rouge de New Harlem. Cette fois ci et encore et pour la dernière fois (parce qu'on pourrait lui inventer des univers parallèles à n'en plus finir :) ), Zack se réveille d'un coma d'une dizaine d'années dans le corps d'un jeune homme de 20 ans aux origines troubles et pour cause : est-ce cette fois la bonne dimension de sa vie multipliée ? A ce stade, on retourne aux travers des codes imposés par Corbeyran à sa série fétiche, c'est à dire à nouveau des souvenirs communs aux trois séries, une bonne séquence de galipettes comme dans les deux autres (et même si c'est parfaitement inutile, je ne m'en plains guère ! :) ) et des personnages aux faciès et aux noms connus mais dont la vie est différente, une fois encore... Tout ce beau monde évolue dans un New York cette fois fort similaire (pour l'instant) au monde que les séries américaines nous renvoient de cette ville (enfin j'imagine mes économies me permettent d'acquérir des bds, pas encore de faire le voyage outre-Atlantique :) ) et les mystères se recoupent à nouveau... Parce que c'est la troisième série et tout recommence, parce qu'il est énervant de lire des passages parfois nerveux parfois paresseux MAIS parce que cette série est indissociable des deux autres, il m'est difficile en l'état de donner un avis autre qu'amusé et cynique sur cette série qui en manque, justement, d'humour. Mais les dessins sont enfin plus jolis que New Harlem et ça se laisse lire avec désinvolture et intérêt sur le principe bien connu du Cliffhanger alors laissons notre esprit vagabonder sur les vies de Zack en espérant que la suite sera d'un meilleur tonneau et que le tant attendu dixième album accorde et réaccorde tous les suffrages afin d'élever enfin l'ensemble de cette série à la place que Corbeyran entend lui donner.

30/05/2009 (modifier)