Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Crève-Cœur

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Angoulême 1986 : Alfred premier album A Crève-Cœur, c’est facile d’être un batteur dans la dèche. Alors le jour où un orchestre comme celui de Charlie Hawk débarque en ville, vaut mieux arriver à l’heure et connaître la mesure.


Angoulême : récapitulatif des séries primées Format à l’italienne Le Premier Futuropolis (1972-1994)

A Crève-Cœur, c’est facile d’être un batteur dans la dèche. Alors le jour où un orchestre comme celui de Charlie Hawk débarque en ville, vaut mieux arriver à l’heure et connaître la mesure. Bien sûr, c’est juste à ce moment là que votre petite amie en profite pour faire ses valises . . . dommage ! Cet album a reçu l’Alfred du meilleur premier album d’Angoulême en 1986.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 1985
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Crève-Cœur
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

11/12/2007 | Pierig
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

Pas mal, mais c'est surprenant de subir une BD à ce point. Le scénario n'est pas complexe, mais l'auteur le dévoile lentement, privilégiant l'ambiance. On comprend le fin fond de l'histoire que sur la dernière page. J'ai eu des difficultés à reconnaitre les personnages par moments, surtout à cause de leur nombre très important pour une BD aussi courte. Pourtant le dessin est sympa. Son côté gras, il le doit à la technique de la carte à gratter bien exploitée par Götting. Quand le blues de la vie prend le dessus sur le blues musical...

16/02/2010 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pierig

La narration de Götting est très particulière. Un peu comme avec La serviette noire, l’auteur invite le lecteur à être le témoin privilégié des événements. Le lecteur n’est donc pas un simple spectateur. Des personnages d’origines diverses se croisent et leur destinée tourbillonne un peu comme dans une valse. Voici présentée une tranche de vie d’un homme un peu paumé qui va avoir une chance de s’en sortir . . . encore faut il la saisir. Une légère mélancolie imprègne cette histoire qui est ni triste, ni joyeuse. Elle est juste le reflet de la vie de tout un chacun . . . Bref, un bel album bénéficiant en prime du coup de crayon unique de Götting.

11/12/2007 (modifier)