Solanin

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 5 avis)

Meiko qui exècre son boulot de secrétaire d'une grande entreprise, vit depuis un an avec Taneda, illustrateur occasionnel pour un magazine, et guitariste amateur.


Les meilleurs mangas courts Seinen Shogakukan

Meiko qui exècre son boulot de secrétaire d'une grande entreprise, vit depuis un an avec Taneda, illustrateur occasionnel pour un magazine, et guitariste amateur. Très cynique, la jeune femme n’envisage pas l’avenir de manière positive et entrevoit même la possibilité de "sortir du circuit" en donnant sa démission… Ses amis, Jirô et Katô, ressentent également un malaise quand ils songent à leur avenir… Chroniques des petits moments de la vie, "Solanin" illustre en quelques scènes choisies, le malaise de la jeunesse urbaine de Tokyo et l’avenir flou qui lui est proposé à travers l’histoire d’un couple comme il en existe tant. Inio Asano dépeint avec pertinence la vie de jeunes Japonais, étudiants ou confrontés au monde du travail, et dont les préoccupations quotidiennes sont des plus pessimistes. Les émotions des personnages sont illustrées avec une grande justesse qui ne laisse pas indifférent. Solanin est un manga en deux tomes dans la lignée des autres mangas de l'auteur déjà parus chez Kana : "Un Monde formidable" ou "Le Quartier de la lumière".

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 02 Novembre 2007
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Solanin
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

30/11/2007 | Ro
Modifier


Par Loupgris
Note: 4/5

Je cherchais un manga plutôt adulte et court. Je suis tombée sur cette série en deux tomes à la bibliothèque. L’histoire parle de la vie de jeunes adultes qui ont un groupe de musique et qui font tout pour percer. A côté, ils galèrent dans des petits boulots mal payés. En parallèle, l’un des membres du groupe (le héros) à une histoire d’amour avec une fille normale. L’histoire parle donc de la vie de gens « normaux » et elle le fait bien. On ne s’ennuie pas et on se prend à apprécier cette bande de copains. Dans le premier tome, l’histoire est plutôt banale mais cela se laisse lire. Dans le second tome, on est plus dans l’émotion et elle se transmet au lecteur. Le dessin est bon, réaliste et colle parfaitement au style de l’histoire. En résumé, un beau récit de vie, où l’on ne s’ennuie pas, et qui, sur la fin, nous emmène dans l’émotion.

04/04/2019 (modifier)
Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Le hasard m'a fait acheter cette BD peu de temps après avoir entendu les avis dithyrambiques d'une amie dessus, et alors même que j'avais oublié le nom. Mais la couverture m'intéressait, de même que le synopsis. Et je n'ai pas été déçu, malgré que je ne fus pas préparé à ce qui allait suivre. En effet, ce manga m'a beaucoup surpris, à la fois sur le fond et sur la forme. Ce dessin, aux figures marquées et aisément reconnaissable, chargé en décors et en émotion m'a beaucoup plu. Notamment par ce qu'il dégage, et qui ajoute au ton du récit, aigre-doux, naviguant entre le roman graphique et contemplatif. Bien évidemment, le scénario n'est pas en reste. C'est une plongée dans l'intimité d'un couple et dans les choix de vies de jeunes japonais de notre société contemporaine. C'est d'un réalisme touchant, entre les relations humaines et les questionnements existentiels qui en découlent. Rien n'est simple, et la BD contient beaucoup plus de questions que de réponses. Mais là où elle fait véritablement fort, et est -à mon sens- une franche réussite; c'est dans la mise en scène de ce qu'on appellerait un "malaise jeune". Le portrait d'une jeunesse qui peine à trouver sa place dans la société, et qui ne sait trop que faire : travailler (mais comment ? Chercher un travail qui nous fasse plaisir ? Se contenter de l'alimentaire ?), vivre (de quoi, avec qui, comment ?), les relations (durables, fécondes, utiles ?), l'envie ... Il transparait de ce manga une atmosphère qui m'a fait très fortement identifier aux protagonistes, aussi bien principaux que secondaires. Et la lumière qui se dégage du deuxième tome fait beaucoup de bien. Parce que finalement, il n'est pas certain que l'on s'en sorte dans la vie, qu'on soit heureux ou qu'on aime ce que l'on est, ce que l'on fait. Mais il faut essayer, et accepter que la vie ne soit pas simple, et qu'elle n'aura peut-être jamais de sens évident. Il faudra en trouver un autre chaque moment. C'est ce que j'ai ressenti de cette fin pas classique, et pas très concluante (ce qui est normal vu qu'on n'achève rien). Bref, un manga que j'ai beaucoup aimé sur ce qu'il propose. C'est une tranche de vie, même si je trouve le mot très inapproprié au cas présent. C'est surtout un regard sur la jeunesse et ce qui explique qu'elle soit si paumé. Dans un monde où la plupart des valeurs fondamentales sont brisées, où plus rien n'est acquis, pas même sa place ... C'est important de comprendre ce que peuvent ressentir ceux qui la cherchent. Et aussi de voir que rien n'est définitif. Je me suis bien plus chauffé en écrivant cet avis que je ne le pensais, mais ce manga m'a laissé une très bonne impression, et maintenant que j'ai fini cette petite critique, j'ai déjà envie de le relire. C'est en soi, tout ce que je demande à une BD.

11/10/2017 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cette histoire m'a laissé un goût assez triste et un peu amer. C'est le récit de plusieurs jeunes qui tentent de rebâtir un groupe de rock alors qu'ils font leurs premiers pas dans la vie professionnelle. Celle-ci ne leur laisse que peu de temps en les vampirisant de toutes leurs énergies. En effet, un bas salaire pour des tâches ingrates et ennuyeuses. C'est dans ce contexte qu'évolue une histoire d'amour entre Meiko et Taneda. J'ai également noter le rapport à une triste réalité de cette jeunesse japonaise qui aimerait bien apporter quelque chose de positif à la société. En France, c'est clair que la mentalité n'est pas la même. Ce fut intéressant d'avoir cet éclairage. Faut'il tout plaquer pour réaliser ses rêves ? Telle est la question posée par ce manga. Il faut faire également avec la triste réalité. Le second tome est bien plus émouvant que le premier. Il faut toujours avancer dans la vie avec un but bien précis. Et quelque fois, le miracle se produit à force d'obstination. C'est ce qu'il faudra retenir de ce manga qui nous fait partager une émotion ou une expérience qu'on peut avoir déjà vécu.

27/09/2015 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Ce n'est pas une coïncidence que ce manga m'ait fait penser lors de ma lecture à un autre manga qu'est Le Quartier de la lumière. L'auteur est en effet le même et on y retrouve une constante sur la jeunesse qui se cherche. L'histoire est centrée sur un couple d'une vingtaine d'années qui travaille depuis peu de temps et ne s'épanouit pas dans son boulot. Il faut dire que les dits métiers ne sont pas forcément passionnants et assez précaires, c'est une génération "freeter" ou "baïto", termes désignant des petits boulots d'étudiants exploités et sous-payés. Ou même des choix de vie, la vie de freeter pouvant être délibérée de manière à ne pas vivre dans le carcan de l'entreprise avec son travail au centre de sa vie. Ils ont d'autant plus raison de se poser des questions sur le sens du travail. Pourquoi travailler stupidement alors que l'avenir est morose, que l'économie va mal ? Pourquoi ne pas réaliser ses rêves comme celui de produire un album de musique comme le souhaiterait Taneda le jeune homme de ce couple ? D'ailleurs la jeune femme va démissionner du jour au lendemain et décide de vivre quelques mois sur ses économies. Bref un album juste sur le ton, la narration, les dialogues et la description de la relation de ce couple. De plus l'ensemble est très bien illustré par Asano. Donc après la lecture du premier tome, ce titre ma parait tout à fait recommandable.

25/09/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Inio Asano ne m'avait pas totalement convaincu avec ses précédentes oeuvres Un monde formidable et Le Quartier de la lumière. Ces deux mangas étaient très beaux graphiquement parlant, assez forts et originaux dans leur contenu, mais trop pessimistes et noirs à mon goût. Avec Solanin, l'auteur reste dans le domaine du pur roman graphique, de la chronique sociologique tout autant qu'intime. Il conserve une petite part de pessimisme et de réalisme tranchant, mais le récit est nettement plus ouvert, avec de vraies notes d'espoir, et pas l'aspect glauque que je reprochais à ses précédents albums. Du coup, j'ai nettement plus apprécié cette lecture. Le graphisme est franchement très beau. Les décors, souvent travaillés à partir de photos urbaines, sont hyper détaillés et esthétiques. Les personnages tranchent en comparaison par leur relative simplicité mais sont également réussis, dynamiques et expressifs. L'auteur fait en outre l'utilisation de techniques informatiques très maîtrisées qui donnent au tout un aspect parfaitement rendu et une ambiance visuelle digne de grands films d'animation. Du beau boulot ! Le récit est bien raconté, avec des dialogues plaisants, des personnages attachants et une narration fluide. Il aborde avec justesse des sujets de réflexions intelligents. Ces derniers sont présentés avec la simplicité de faits racontés tels quels, sans jugement, permettant au lecteur de se faire sa propre opinion, voire de tout simplement se laisser porter par l'histoire sans avoir besoin d'y réfléchir plus profondément. Le scénario peine cependant un peu à décoller durant les deux tiers du premier tome. On suit la vie professionnelle et intime d'un petit groupe d'amis, mais on en vient assez facilement à se demander où l'auteur veut en venir. Les choses commencent à prendre de l'ampleur vers le dernier tiers du premier tome et gagnent d'autant plus en force qu'on a pris le temps auparavant de découvrir les personnages et leurs états d'esprits complexes mais réalistes tout autant que sympathiques. Et au fil des pages, l'émotion monte. On en vient à vraiment s'attacher aux personnages, on craint de voir se détruire l'équilibre de leurs vies amoureuses et de leurs ambitions personnelles et professionnelles. En cela, les toutes dernières pages du premier tome m'ont vraiment touché car j'en suis à espérer sincèrement que ce qui y est raconté ne soit pas aussi grave qu'elles le laissent craindre. Un roman graphique en manga raconté avec beaucoup de justesse et de maturité, avec des personnages attachants, et qui bénéficie d'un graphisme de toute beauté. Et même s'il n'est pas passionnant dès le départ, il prend de la force et de l'intérêt au fil des chapitres.

30/11/2007 (modifier)