Pascal est enfoncé

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Chaque soir avant de s'endormir, le petit Pascal fait une prière en compagnie de sa famille où il confie ses craintes et ses espérances. Lorsqu'il se retrouve seul pourtant, il prie encore une fois, afin de chuchoter ce qu'il n'ose pas dire tout haut : il a peur de la mort.


BD muette Enfance(s)

Chaque soir avant de s'endormir, le petit Pascal fait une prière en compagnie de sa famille où il confie ses craintes et ses espérances. Lorsqu'il se retrouve seul pourtant, il prie encore une fois, afin de chuchoter ce qu'il n'ose pas dire tout haut : il a peur de la mort. Pascal est enfoncé est un récit muet d'inspiration autobiographique sous le trait d'un dessin délicat. Par petits détails et différentes anecdotes, le récit se développe et une évidence gagne l'esprit du petit personnage : ce sont des adultes qui écrivent les bandes dessinées pour enfants et le monde est plus compliqué qu'il n'y paraît. Repères : Après Le verre de lait, Pascal est enfoncé est le deuxième album de Pascal Matthey chez l'employé du Moi, ou comment un gag obscur de Boule et Bill et le décès d'un ami nous dessinent l'enfance en creux.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 16 Novembre 2007
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Pascal est enfoncé
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

27/11/2007 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

En première lecture, je dois admettre que j'ai trouvé que ce petit album ne payait pas de mine. Entièrement muet ou presque, doté d'un dessin noir et blanc tout simple, le récit semble n'être rien d'autre qu'un ensemble de souvenirs un peu décousus de la jeunesse du petit Pascal. Ce dernier a d'ailleurs l'air tout à fait sympathique, jeune lecteur de Boule et Bill, issu d'une famille catholique pratiquante, amateur de playmobils, de skate-board et de foot avec ses amis. Il alterne des moments de joie et d'autres d'angoisses ou de tristesse. Tout cela paraîtrait presque anecdotique. D'autant que la narration muette n'est pas toujours évidente à comprendre et on en vient rapidement à se demander où l'auteur veut en venir et s'il y a vraiment une trame précise à ce récit ou s'il s'agit juste pour l'auteur de nous faire part de souvenirs divers qui lui tiennent à coeur. Oui mais il y a la fin, le seul passage où un véritable texte apparaît. Et en trois mots, ce texte révèle énormément sur les pages précédentes de l'album. Avec cette connaissance, j'ai aussitôt relu l'album pour le découvrir sous un jour neuf, avec une véritable compréhension de certains évènements. Et alors j'ai constaté que quasiment tous ces petits moments, ces jeux avec des playmobils, ces pensées, ces rencontres, sont autant d'indices pour montrer les vrais sujets de cet album : l'angoisse de la mort, l'accident d'un ami, ces moments marquants qui font qu'un enfant en vient à réfléchir sur la vie et à voir les choses sous un angle plus angoissants, moins futile. Cette BD se révèle nettement plus profonde que la lecture initiale me l'avait laissé penser au premier abord, et il est étonnant de voir combien ses petites planches muettes et au contenu léger d'aspect peuvent amener de sujets de réflexions possibles. Une lecture intéressante qui ne se laisse pas apprivoiser tout de suite mais dont les thématiques intelligentes sont amenées de manière originale et assez élégante.

27/11/2007 (MAJ le 28/11/2007) (modifier)