Chienne de vie

Note: 4/5
(4/5 pour 4 avis)

Premier album de Prado publié en France. Le cadre est celui du quotidien, un quotidien exagéré à souhait, kafkaïen, absurde, et génial.


Absurde Auteurs espagnols

Le cadre est celui du quotidien, un quotidien exagéré à souhait, kafkaïen, absurde, et génial. Le cadre est celui du quotidien, un quotidien exagéré à souhait, kafkaïen, absurde, et génial. Le cadre est celui du quotidien, un quotidien exagéré à souhait, kafkaïen, absurde, et génial.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1988
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Chienne de vie
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

24/11/2007 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je venais de lire Quotidien délirant du même Prado qui, malgré un ensemble inégal, m’avait donné l’envie d’en lire plus du même auteur. Bien m’en a pris ! En effet, on retrouve dans "Chienne de vie" les mêmes ingrédients que dans Quotidien délirant, c'est-à-dire une vision critique, humoristique et absurde de la société moderne et de ses travers. Mais ici le niveau est plus homogène, comme le dessin d’ailleurs. J’ai aimé la quasi-totalité des histoires. Et je les ai trouvées plus incisives, plus mordantes, l’absurde est poussé plus loin. De l’humour, certes, mais d’une noirceur qui appelle la réflexion. C’est de la bande dessinée qui transcende les genres : dans quelle catégorie la classer ? Peut-être dans celle qu’on a envie de relire… Note réelle de 3,5/5 et conseil de lecture très positif donc.

15/12/2012 (modifier)
Par jurin
Note: 4/5

Ensemble de petits récits au ton acerbe, une BD qui a gardé sa fraîcheur et sa crédibilité au fil du temps (1988 ). Sept petites histoires qui dénoncent les dysfonctionnements de notre société, la connerie des bien-pensants, la lâcheté et déjà la téléréalité. Les histoires ne sont pas d’égale valeur, mais certaines sont géniales. Le dessin de Prado est assez caractéristique, une ligne claire et des personnages dont le faciès est très expressif. Ajoutons à cela une très bonne colorisation. 3.5 que j’arrondis à quatre pour une BD avant-gardiste.

06/04/2012 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

Après avoir modérément apprécié La Demeure des Gomez, il y a a déjà quelques temps, je suis tombé par hasard sur le premier album publié de cet auteur. Et là, c'est la bonne surprise ! L'humour y est mordant (Autant que les sales clebs du premier récit), la caricature efficace et la vision kafkaïenne de la société très bien traitée. Ça grince à souhait, l'humour noir vous claque volontiers le beignet, et cet album qui commence maintenant à dater impressionne par l'intemporalité de ce qu'il dénonce. Le trait de Prado est aussi racé qu'efficace et renforce parfaitement la caricature cynique qu'il dresse de ses contemporains. Bref, voici 7 courts récits qui se laissent dévorer et dont je conseille vivement la lecture pour tous les amateurs d'humour noir teinté d'absurdité.

30/03/2012 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'aime bien cet auteur espagnol. Révélation de la BD espagnole en 1988 avec son premier album, Chienne de vie (Humanoïdes Associés), il récoltera au fil des années toutes sortes de récompenses. Il nous livre ici des petites histoires qui ont toutes un sens très profond. C'est exagéré et caricatural à souhait pour démontrer l'absurdité de certaines situations que la société nous impose. Dans ce contexte, la stupidité de l'homme est mise à nue. Il y a en effet sept histoires où des personnages sont confrontés aux aléas de la bêtise, voir de la cruauté humaine. Ces embûches sont peut-être drôles pour le lecteur mais terrifiantes pour les différents protagonistes avec une mention spéciale pour le premier récit où une simple ballade dans un parc peut terminer en carnage général... De même, porter secours à un accidenté peut se retourner contre vous si vous avez à faire face à des policiers déchaînés et stupides. Les administrations chez Prado ont un air de Kafka. Les gens sont méchants, égoïstes et hypocrites. Chacune de ces chroniques est une petite fable méchamment drôle. De la pure poésie noire bien maîtrisée par son auteur !

24/11/2007 (MAJ le 02/12/2007) (modifier)