Eden Killer

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Quels sont ces intrus qui disparaissent par combustion spontanée ?


Auteurs Italiens La BD au féminin Russie

Un soir, trois camps militaires russes sont pris d'assaut par un groupement terroriste. Les forces de l'ordre interviennent et tous les membres du commando préfèrent mourir plutôt que de se rendre. La répétition des trois assauts, à quelques heures d'intervalle, ne peut être le fait d'une coïncidence. Pourtant, aucune de ces bases ne possède quelque chose de particulier ou encore de précieux. Ni le FSB (ancien K.G.B ), ni le contre-espionnage ne disposent d'aucun indice et ne savent par où commencer l'enquête. Seule l'intuition d'Elena, brillante et opiniâtre journaliste, permet d'établir un lien fragile entre les trois assauts. Avec l'aide de Sergueï, son petit ami mais aussi fils du colonel qui dirige une des bases attaquées, Elena mène l'enquête. Mais Elena est enlevée. Dès lors, pour la retrouver, Sergueï défie un ennemi invisible aux moyens illimités, un gouvernement soucieux d'étouffer l'affaire et des tueurs prêts à le liquider au moindre faux pas.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 26 Septembre 2007
Statut histoire Série en cours 2 tomes parus
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série Eden Killer
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

02/10/2007 | Spooky
Modifier


Par Reznik
Note: 2/5

Il est appréciable que Soleil élargisse son catalogue et prenne en compte l'évolution des attentes des lecteurs, car si le cinéma s'est adapté, la BD reste un peu sur ses acquis (XIII, Largo Winch, IRS et consorts) et peu de nouvelles séries de ce type sont apparues. Quant à l'idée de saupoudrer du fantastique dans un récit réaliste (thriller politique, espionnage...), elle me plaît bien. Les perspectives envisageables n'en sont que plus nombreuses et ça ajoute au mystère qui plane sur l'histoire. Un bon point. Mais pour le traitement c'est mitigé. Le dessin surtout: on sent que c'est un premier album; le style n'est pas commun certes et je le trouve plutôt efficace, voire joli (et je retire le rapprochement que j'avais fait sur Le Tueur, ça n'a pas grand chose à voir en effet), mais que d'erreurs (de faux raccords surtout). Je ne les citerais pas ici pour ne pas fausser le jugement des autres lecteurs mais il y en a pas mal, trop. Je ne serais pas aussi dur avec le scenario vu que nous n'en sommes qu'aux prémices et que le tout est assez bien ficelé mais là encore de petites incohérences font tâche (prénoms "russes" comme Audrey, Augusto...). Je vais garder cet album et attendre la suite (la série est prévue en 4), en espérant que Mormile sera plus rigoureuse et que Di Georgio continue sur sa lancée tout en injectant un peu plus de personnalité au récit.

14/10/2007 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Sorti concomitamment à Hunter, cette série se place dans la même collection, visant à placer des thrillers nerveux dans le monde contemporain, avec un ton et des thèmes résolument actuels. Mais elle se place un soupçon au-dessus de l'autre série, car est nettement plus nerveuse. La différence se situe surtout au niveau de la narration. Plus soutenue, plus claire, elle permet de lire ce premier tome sans grosse difficulté. J'ai ("encore", diront certains) pensé à un épisode de la série X-Files en parcourant l'album. C'est un thriller assez classique, mâtiné d'un peu de fantastique (les combustions spontanées qui surviennent à des moments-clés), qui permet d'attirer l'attention. Di Giorgio livre donc un scénario assez intéressant, à défaut d'être prenant, un scénario qui permet d'avoir envie de lire la suite. Il faut dire que sa dessinatrice, Cristina Mormile, a un joli trait, qui fait penser un peu à celui de Luc Jacamon dans Le Tueur, pour le côté "esquisse". On sent aussi l'influence de Richard Guérineau (Le Chant des Stryges) sur certaines planches. C'est un style assez peu féminin, d'ailleurs, ce qui m'a fait vérifier le nom des auteurs après avoir cru qu'il s'agissait de la coloriste. Un truc qui m'a fait sourire tout de même ; après la disparition d'Elena, son petit ami appelle chez les copines de cette dernière pour essayer de la retrouver. Prénoms des copines : Karine, Manuella, Audrey. Je vous rappelle que nous sommes en Russie...

02/10/2007 (modifier)