DMZ

Note: 2.93/5
(2.93/5 pour 14 avis)

Pendant la seconde guerre civile aux Etats-Unis, un jeune photographe Matthew Roth se trouve piéger seul dans Manhattan, zone de guerre particulièrement hostile sur la ligne de front. Protégé uniquement par son badge de presse, Matthew va découvrir un Manhattan assez loin de l'idée qu'il s'en faisait.


Anticipation BDs controversées DC Comics Journalistes New York Vertigo

Deuxième guerre civile aux Etats-Unis, Les Etats-Unis sont divisés en Deux camps : les Etats Autoproclamés Libres et les Etats-Unis. L'ile de Manhattan, sur la ligne de front, est ravagée par les combats. Matthew Roth, jeune stagiaire photographe, se trouve piégé seul sur cette ile. Bien malgré lui, il va devoir survivre sur cette ile contrôlée par des milices hostiles à toute intrusion. Grâce à un passe de presse qui lui ouvre bien des portes, le jeune bleu va se lancer dans des reportages sur les habitants de cette zone prise entre deux feux.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mai 2007
Statut histoire Série terminée (13 tomes en édition souple) 12 tomes parus
Couverture de la série DMZ
Les notes (14)
Cliquez pour lire les avis

10/08/2007 | jesme
Modifier


Par Seb94
Note: 3/5 Coups de coeur expiré

Après lecture des trois premiers tomes, moi qui ne suis pas un très grand adepte des comics, je dois avouer que je suis tombé sous le charme de cette série. Les Etats-Unis sont en guerre civile, Manhattan zone démilitarisée est transformée en ligne de front entre les états libres et les autorités américaines. Au milieu de ce chaos, on découvre la DMZ par l'intermédiaire de Matty, jeune reporter stagiaire qui va se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. L'univers de cette histoire est extrêmement riche, la vie parallèle qui s'organise dans la DMZ, les conditions de survie, les alliances improbables et l'anarchie ambiante sont superbement rendus. Le contrôle de l'information par les autorités, le rôle des médias dans le compte rendu de la guerre font grandement échos à la politique américaine de ces dernières années. Cette série est intelligente, pleine de rebondissement et d'action, les personnages sont fouillés et ambigus. Le monde décrit est d'une cohérence impressionnante est fait de cette B.D un superbe récit d'anticipation. Il me semble que le tome 4 est prévu début 2009, autant dire que je l'attends avec impatience ! - Mise à jour après lecture des tomes 4, 5 et 6 - Je trouve que la série s'étiole sur la durée. J'ai commencé à décrocher à partir du tome 5, une série d'histoires courtes qui ne font pas avancer la trame principale. Puis viens le tome 6, qui voit débarquer de nulle part la mère de Matty dans un rôle improbable... Ca ne tient pas la route. De plus, la qualité du dessin se dégrade de plus en plus. J'ai un peu perdu mon enthousiasme du début, je crois que le tome 7 est sorti, mais je n'ai plus vraiment envi de me pencher dessus. J'enlève une étoile à ma note initiale et déconseille l'achat des tomes 5 et 6.

29/12/2008 (MAJ le 07/11/2010) (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Je trouve cela fascinant (et un peu lugubre, certes) d’imaginer ce que notre vie de tous les jours deviendrait si notre société s’effondrait et sombrait dans le chaos et la guerre civile. J’avais à ce titre beaucoup aimé la série Guerres civiles de Morvan. Mais avec DMZ, le genre atteint des sommets ! Je trouve le background incroyablement riche : Manhattan, zone neutre car militairement imprenable, se situe en plein sur la ligne de front, coincée entre deux factions surarmées et prêtes à tout… une ville dévastée, complètement coupée du monde et où se retrouvent piégés des milliers de civils. Le tome 1, qui nous présente la façon dont ces derniers s’organisent et survivent, est plaisant, mais finalement assez léger au niveau scenario. Par contre les tomes 2 et 3 passent la vitesse supérieure, et proposent des intrigues complexes et dénonciatrices de tout ce qui fait vomir en temps de guerre : manipulation des medias et de l’opinion public, coups fourrés pour justifier l’utilisation de la force, torture, politiciens pourris par le fric, fanatiques suicidaires, etc… Le 2eme tome m’a vraiment tenu en haleine, quelle histoire ! Le 3eme s’intéresse aux contrats juteux de reconstruction d’après guerre (ce qui n’est pas sans rappeler le conflit en Irak) et à la place de l’ONU dans ce foutoire. Tout un programme ! Les tomes 4, 6 et 7 sont dans la lignée du 3eme (peut-être un poil en retrait, et encore), mais le tome 5 ressemble plutôt au 1er, et regroupe des histoires courtes sur le thème de la survie dans la DMZ... agréable, mais pas vraiment marquant. Une BD intelligente, cynique, rythmée et bien dessinée… tous les tomes ne sont pas aussi marquants, mais dans l’ensemble, j’adore ! Tome 1 : (histoires courtes) Tome 2 : Tome 3 : Tome 4 : Tome 5 : (histoires courtes) Tome 6 : Tome 7 :

12/10/2008 (MAJ le 27/09/2010) (modifier)

Avis après 6 tomes lus (et n'irai pas plus loin) Quelle déception. A la hauteur de l’intérêt que cette série a suscité… Graphiquement la série s’aligne dans la veine du comics d’action à la colorisation très saturée et contrastée, beaucoup de personnages hauts en couleurs et une précision noire dans tout ce qui touche l’armement et les machines de guerre. Les angles de vue, à la façon story-board donnent un dynamisme certain. En revanche on ne peut pas omettre cet immonde tome 5 qui fait mal aux yeux tant il est mal dessiné et le tome 6 nettement en dessous du niveau des 4 premiers tomes graphiquement. Les deux premiers tomes me paraissent graphiquement plus créatifs, la suite ne venant pas améliorer l’univers mis en place dans ces opus. L’histoire nous permet de suivre les traces d’un jeune journaliste apprenti se retrouvant débarqué dans une zone tampon entre des entités en guerre. Au début tout va bien, on découvre les lieux, les protagonistes et l’auteur n’explique pas encore les origines de la situation. Nous avons donc une vraie situation d’observation, neutre, permettant de nous positionner en observateur qui cherche à comprendre. Le tome 1 m’a considérablement plu et le 2 également avec ce truc de fou (bambous et ex zoo enterré par des fous furieux). En fait tant que l’on cherche à comprendre comment vivent ces populations au cœur d’un conflit qui les dépasse tout va bien. On y croise des loufoques, c’est fun et marrant. Hélas tout ceci se transforme petit à petit en délire politique et critique de l’armée par tous les moyens. La crédibilité en perd un sacré coup plus le récit avance tant tout cela parait artificiel. Des grands coups de deus ex machina à qui mieux-mieux à base de « tu croyais que j’étais mort mais en fait non », la belle blonde qui débarque de nulle part et donne la solution (ridicule au demeurant comme si tout cela ne pouvait qu’être traité par une chaîne depuis le début), les explosions avec des produits plus où moins douteux à côté de nos protagonistes mais jamais rien pour eux. Et puis tout de même d’où sortent tous ces survivants au tome 6 capables de manifester avec toutes les explosions que l’on a vues avant et la vie telle qu’on nous la décrit ? Les explications successives pour comprendre le conflit ne font que rajouter une couche de non crédibilité et les grands jeux de pouvoirs à base de pions et de luttes d’influence dans tous les sens n’apportent strictement rien. Et ce qui était bien au début : la découverte des communautés survivantes, tout ce qui touche à la survie, plantes sur les toits, notion d’identité… disparait au cours du récit pour laisser place à de la simple guerre entre protagonistes changeants manipulés à qui mieux mieux. Et que dire de ces vilains militaires ! Au début on voit un conflit, il n’y a ni gentils ni méchants mais des hommes qui luttent pour survivre, mais plus le récit avance plus on tombe de l’antimilitarisme primaire. Evidemment tuer des innocents c’est moche, évidemment plein de comportements sont à dénoncer, mais on tombe au final dans une satire extrémiste de l’armée. Question crédibilité le passage dans le groupuscule terroriste se pose également là… Après le tome 2, on perd donc le fil par bribes et on tombe dans le néant du tome 5 fait de petits récits sans aucun intérêt bâclés. Certes le tome 6 retrouve une sorte d’unité mais notre scénariste a tellement utilisé de ficelles dans le passé que maintenant assumer tout ça devient très difficile pour notre héros ! L'arrivée de super maman après 6 tomes… whaou, comment dire ? Alors on tombe dans de ficelles encore plus grosses plus du tout compatibles avec les descriptions de la ville des tomes 1 et 2. Ce tome aura définitivement fini d’achever l’intérêt pour cette série. Au final cette série est un monstre, de deux tomes initiaux vraiment bien (surtout le 2) on a tiré un truc ayant perdu toute crédibilité par des interventions scénaristiques grossières et une perte progressive de la neutralité. Au lieu d’être tranches de vies, l’album devient propagande, tiens mais n’est-ce pas justement ce qui arrive à notre reporter au tome 6 avec la découverte de ce leader charismatique ? Vraiment dommage… Inutile d’acheter.

20/08/2010 (modifier)
Par Pacman
Note: 3/5

Je serai un peu moins sévère que les aviseurs précédents, mais dans le fond, du même avis qu'eux. Le concept paraissait alléchant, un no man's land où chacun se débrouille comme il peut pour survivre, mais à mon humble avis, la réalisation laisse quand même à désirer. C'est surtout le manque de crédibilité de l'ensemble qui me gène le plus : un stagiaire qui fait refluer une invasion massive, l'armée qui se soucie de l'opinion publique en temps de guerre, des millions de personnes alimentées par les corbeaux, une armée rebelle dont on ne comprend rien aux motivations, qui tient tête à la plus grande armée du monde sans ressources avérées... j'en passe et des meilleures (notamment l'aspect "mon papa m'a toujours écrasé, et je m'en vais lui prouver dans la DMZ que je suis un grand garçon courageux qui peut réussir tout seul" : très hollywoodien comme approche, ça). Heureusement, c'est plutôt bien dessiné, et j'ai plutôt bien aimé l'ambiance générale, malgré les réserves précédentes. Mais là, le tome 3 m'a un peu déçu, et je crois que je vais faire une pause dans la série.

19/06/2010 (modifier)

Si j'ai été emballé par les deux premiers tomes de la série, la suite baisse de niveau graduellement. Les tomes 5 et 6 atteignent des sommets dans la médiocrité des dessins et le scénario ne suit plus du tout. J'abandonne définitivement cette série, que j'ai été magnanime vis à vis des éditeurs et auteurs de continuer à acheter un temps malgré mon désintérêt croissant. A croire que les critiques dithyrambiques (venant principalement d'américains) viennent simplement du fait qu'ils apprécient que leur côté anti-militaire soit pour une fois retranscrit en partie en BD. L'art et la manière n'ont malheureusement pas été pris en compte dans leurs avis. Vraiment une série décevante sur la longueur, alors qu'il y avait matière à faire quelque chose de vraiment sympathique... On est très très loin de la constance scénaristique d'un Walking Dead, l'autre comics à la mode en France depuis quelques années.

19/06/2010 (modifier)

" Incroyable ", " fascinant ", " révolutionnaire " Qu'est ce qu'il ne faut pas lire au dos d'un Comics encore une fois. En fait la nation américaine est tellement traumatisée par la guerre que DMZ a fait l'effet d'une bombe. Il suffit d'imaginer un scénario où le peuple américain vit une guerre civile pour que le traumatisme fonctionne à plein régime. Seulement là ça tourne à vide. Complètement aveuglés par le concept, les critiques ont marché à fond. En réalité c'est largement dispensable. D'abord ça manque pas mal de crédibilité : Le stagiaire super énervé d'être au milieu de l'enfer ne sonne pas juste ; sa relation avec son père n'apporte rien. Ensuite la DMZ semble infestée par une jeunesse Punk ... pas de gens normaux, pas vraiment d'images de guerre réelle, pas de contradictions ni de réalité crue. Pas de profondeur surtout. C'est pas mal foutu mais on ne sent aucune réelle tension, car ça n'est pas sérieux. Quelques petites leçons de morale par-ci par là par contre, sans qu'on comprenne vraiment l'idée : les militaires qui butent tout le monde puis qui ont peur d'une plainte de harcèlement parce qu'ils bousculent une infirmière... les ghosts qui se tapent un gros délire et avec qui on aurait pu passer 2 tomes au moins... Et très vite au lieu de travailler ce concept d'isolement ou de tirer une intrigue à tiroir avec toutes les forces en présence... et bien on finit par se noyer dans le complot journalistique douteux (encore une leçon de morale qui nous dit cette fois : Fox news c'est mal). Le comble c'est qu'on finit par en sortir de cette DMZ. Et c'est là que tout s'écroule. .. Ce n'est donc plus un huis clos ?!! Et notre stagiaire qui a soudain la maturité de l'espion ... Mais son regard usé et ses pansements ne sont pas assez pour tenir la baraque... Il n'a en fait pas l'étoffe d'un héros. Alors pourquoi le traiter comme tel ?

19/06/2010 (modifier)
Par Raphifty
Note: 2/5

Intrigué par les couvertures ravageuses puis rebuté par un dessin trop brouillon, je me suis lancé dans la lecture de cette série au vu des commentaires précédents… Il faut bien avouer que ce comics a quelque chose d’innovant (certes il n’y a pas de super héros) mais surtout le scénario est relativement original. Les personnages sont sympathiques mais ne dégagent pas une réelle personnalité. Les histoires s’enchainent relativement bien même si une chronologie du temps qui passe aurait pu être utile (tome 1 : on passe de l’été à l’hiver en deux pages sans la moindre explication). Deuxième reproche, peut-on réellement imaginer une « anarchie » si… agréable (pas de viols, de meurtres, de guerres des clans…) c’est bien gentil tout ca ! Mais bon, il faut bien avouer qu’on découvre un univers très sympathique (façon de parler) et on aime parcourir cette ville ravagée par la guerre. Pour ce qui est du dessin, je l’ai finalement apprécié et la fréquente sortie de nouveaux tomes nous ferra oublier quelques dessins inachevés. Une série légère que je trouve plus fun que moralisatrice (les américains c’est pas les plus gentils… ok, la guerre c’est pas bien… ok) une série qu’il faut donc lire pour faire un voyage dans le chaos plutôt que pour sa réflexion hautement psychologique. Pour finir, c’est donc un divertissement sympathique que je recommande a tous les grands reporters ! ;)

12/08/2009 (MAJ le 01/04/2010) (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

DMZ offre la vision d'un futur inquiétant en partant d'une assez bonne idée : la seconde guerre civile frappant les Etats-Unis de l'Amérique du futur. On se rend compte que le véritable danger qui a fini par achever cette brillante civilisation dominatrice venait de l'intérieur et non de l'extérieur. Cette vision cauchemardesque a été souvent réalisée dans l'Histoire entraînant la disparition de certains Etats puissants. DMZ, c'est également une lecture qui procure la peur à chaque instant qu'une balle perdue d'un sniper puisse zigouiller les personnages principaux qu'on va petit à petit apprécier avec une bonne dose de psychologie et d'humanité dans un monde aussi cruel. Il y a quelque chose de vraiment inquiétant et d'oppressant. Et pourtant, cela rappelle bien des conflits réels comme celui qui a frappé l'ex-Yougoslavie. C'est intéressant de voir New-York sous cet aspect ultra-réaliste et pourtant apocalyptique. DMZ est un bon comics à la fois palpitant et intelligent. De l'anticipation à l'état pur... Cependant, la suite qui allonge la sauce n'aura plus le même acabit que le début qui partait sous les chapeaux de roues. Cela devient lassant et cela laisse un amer goût de déception. Que s'est-il passé ? Les auteurs n'ont pas su s'arrêter quand il le fallait.

28/02/2010 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 3/5

Voilà une série que j'aurais aimé adorer, vraiment. Tout était réuni pour me plaire mais... allez savoir pourquoi, je ne suis pas totalement convaincu par cette série. Le postulat est une vrai claque, une idée de génie, un récit d'anticipation vraiment attrayant. Réalisez, les Etats-Unis sont en guerre contre... eux-mêmes. Une deuxième guerre de Sécession en quelque sorte. Nous suivons donc un jeune reporter fraîchement émoulu qui débarque à Manhattan, position stratégique pour les 2 factions puisqu'elle reste une zone libre et démilitarisée. On y trouve nombre de civils qui survivent comme ils peuvent. Et on suit l'aventure de plusieurs personnages vivant dans cette DMZ. Ce côté est franchement réussi, le quotidien, l'adaptation et la survie des protagonistes est parfaitement retranscrite. Malgré une très bonne idée la réalisation se révèle nettement moins convaincante, voire même par moment décevante. Les pseudo-complots-politico-financier-journalistique alourdissent cette histoire. Ce n'est pas inintéressant mais c'est mal amené et déjà vu. C'est étrange que la violence soit quasiment plus présente sur le fond que dans la rue proprement dite. Je me suis parfois ennuyé à la lecture de certains opus... Et quelque part je suis déçu car je croyais détenir une petite perle. En plus, j'accroche pas du tout au dessin (à part les couv qui sont jolies comme tout), je le trouve pas beau, approximatif et pas réaliste. Les têtes déformées et les proportions pas respectées, cela me plait moyen. Le récit manque d'envergure, le constat étant posé, Wood déverse des idées pas toujours rendues de manière subtile ou intelligente. Dommage vraiment car cette série avait tout d'une grande. J'ai lu dans le même temps un roman similaire La Parabole du Semeur et sa suite La Parabole des Talents qui pour le coup se révèle être profondément intelligent, passionnant et bien mené, portant la réflexion sur un grand nombre de notions. J'en fais la comparaison maladroite avec DMZ (maladroite puisque BD et roman ne sont pas vraiment similaires, je me base juste au niveau du script de l'histoire). Par contre j'invite tout à chacun à lire DMZ, elle vaut le détour, rien que pour son originalité.

28/10/2009 (modifier)
Par Loicrodez
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Je ne vais pas refaire le pitch (lire les critiques précédentes). La série mérite vraiment le détour. - Les personnages : On ne peut pas vraiment dire qu'ils ont du relief à proprement dire... background assez bateau, un fils de riche qui se rebelle contre papa, une étudiante qui décide de se donner corps et âme à la société pour lutter contre les atrocités de la guerre... blablabla... Par contre ils ont un sacré charisme, le dessin y est pour beaucoup, mais aussi les dialogues et l'ambiance. Ils sont super vivants et malgré ce manichéisme hyper crédibles. - Le dessin : C'est très beau, très fouillé j'ai envie d'afficher toutes les couv' sur les murs de mon salon... (43 parues ma femme gueule déjà). - Les préfaces : Elles sont rédigées par des personnes extérieures au monde du comics mais en rapport avec le sujet (journalistes, militaires, etc.). Elles sont pertinentes voire même dérangeantes. Ne surtout pas passer à côté. - Le scenario, l'univers, l'ambiance : J'ai vraiment pris mon pied à découvrir ce Manhattan qui s'organise pour (sur)vivre (ensemble). Une analyse fine de communautarisme ainsi que des priorités pour la survie d'un groupe. -Le découpage de l'histoire : Les histoires se "terminent" régulièrement (entre 1 et 5 comics par histoire) ce qui permet de ne pas avoir une intrigue alambiqué et surtout d'avoir des réponses aux interrogations sans attendre le 250ème tome ! J'ai lu en version française les 4 premiers tomes (22 comics). Je viens de recevoir les 43 premiers comics, je vous dis d'ici une semaine ce que vaut la traduction et si la suite est bien !

15/06/2009 (modifier)