Cité 14 - Saison 1

Note: 3.25/5
(3.25/5 pour 12 avis)

Angoulême 2012 : Prix de la série Michel, un éléphant taciturne, débarque d'un bateau d'émigrants venant d'on ne sait où...


Angoulême : récapitulatif des séries primées Animalier BDs controversées

Michel, un éléphant taciturne, débarque d'un bateau d'émigrants venant d'on ne sait où... Quel est son obscur passé ? Pourquoi ment-il à l'officier de l'immigration ? D'où viennent ces mystérieuses graines qu'il importe en fraude dans la Cité ? Une fusillade de bienvenue orchestrée par quelques personnages douteux lui permet de faire rapidement la connaissance d'Hector Mac Keagh, un opiniâtre journaliste. Textes de l'Editeur Présentation de Cité 14 Même avec la meilleure volonté du monde, j’aurais du mal à expliquer ce qu’est Cité 14… Alors je vais vous expliquer ce que Cité 14 n’est pas. -Tout d’abord, Cité 14, ce n’est pas cher… 1 euro c’est rien du tout. -Ensuite, Cité 14, ce n’est pas long à revenir… 1 mois ça passe trop vite. -Cité 14, ce n’est pas tout à fait un manga … mais ça en a le format. -Cité 14, ce n’est pas tout à fait du Comics … mais il y aura des super-héros. -Cité 14, ce n’est plus vraiment du franco-belge… même si Romuald et moi, nous habitons en Normandie. -Cité 14, ce n’est pas un feuilleton télé puisque c’est du papier… mais ça fonctionne en saison annuelle de 12 épisodes. Des épisodes qu’on peut lire séparément… mais le mieux c’est quand même de tous nous les acheter. -Cité 14, ce n’est pas une seule histoire, c’est une multitude d’histoires qui courent en même temps dans un univers insolite qu’on découvre petit à petit. -Cité 14, ce n’est pas tout à fait un jetable, même si ça lorgne du côté des petits formats d’antan… Il y a même un coffret de prévu pour ranger tous les épisodes à la fin de la saison. -Cité 14, ce n’est pas non plus un collector… mais n’attendez pas un éventuel recueil pour l’acheter… Il n’y aura pas de recueil (juste un joli coffret, mais ça je l’ai déjà dit). -Cité 14, ce n’est pas un chef d’œuvre mais ce n’est pas dénué d’ambition. Et l’ambition qui anime Cité 14, c’est la même que celle qui anime la rondelle de saucisson, au moment de l’apéro ou l’éclair au chocolat dans la devanture du pâtissier . Pierre Gabus

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Avril 2007
Statut histoire Série terminée (réédition en 4 tomes) 12 tomes parus
Couverture de la série Cité 14 - Saison 1
Les notes (12)
Cliquez pour lire les avis

14/05/2007 | Pierig
Modifier


Pour un gros lecteur et collectionneur de bds comme moi, il est rare de découvrir une série dont il était totalement passé à côté. Outre ce plaisir déjà non négligeable quand cette découverte est brillante c'est encore mieux. Pour être franc, cela fait longtemps qu'une série bd surtout écrite et dessinée par des français ne m'avait pas autant enthousiasmé. J'ai dévoré la première intégrale en une soirée et j'ai couru dès le lendemain matin acheter la deuxième qui fut lue le soir même. Le gloubi boulga concocté par les auteurs m'a rassasié comme rarement. Il n'est pas facile de réussir une alchimie entre différents genres sans que cela paraisse indigeste, parodique ou vain. Le tour de force des auteurs est d'avoir créé un univers cohérent à travers cette cité 14 qui semble être la cité de tous les possibles. Des personnages humains côtoient des personnages anthropomorphes. Des aliens échoués sur cette planète vivent pour la plupart dans un ghetto qui n'est pas sans rappeler celui du film District 9. On croise des chats qui lévitent et hypnotisent, un superhéros superméchant, un gangster cerf unijambiste, un crapaud mafieux et ses sbires têtards, des tueurs grabataires et séniles, un éléphant déformé etc. L'univers décrit est un mélange de polar à la Dick Tracy, un hommage à la Sf de sérieB , de comics de superhéros. On trouve même une tour gigantesque dont l'architecture totalement folle n'est pas sans évoquer les œuvres de Schuiten et Peeters. Devant tant de folies, on pourrait craindre que les auteurs aient oublié de mettre un fil conducteur ou qu'ils ne sachent pas vers ou faire aller leur histoire. Et bien non malgré les différentes orientations prises par l'histoire, tout est maitrisé et on peut considérer que l'histoire est bien conclue avec la fin de la seconde intégrale bien qu'on espère une suite dans ce merveilleux univers. Jusqu'ici il n'y avait que les comics comme Bone ou ceux de Kirkman qui me semblaient avoir réussi à tirer des histoires lisibles d'univers si barrés. En conclusion un véritable coup de coeur. 4.5/5

06/06/2013 (modifier)
Par Jetjet
Note: 1/5
L'avatar du posteur Jetjet

J’aime lire mais j’aime bien boire et manger également. :) Je suis grand fan de plats pas forcément originaux mais qui me réveillent les papilles rien qu’à la perspective de les apprécier…. Lasagne, Gratin Dauphinois, Couscous, Tortillas, chinois … Bref rien que du light et du populaire mais le tout accompagné d’un petit Bordeaux ou vin d’Espagne suffit à me mettre en joie ! Pourquoi parler de plats culinaires ici ? Ben justement Cité 14 c’est un peu l’auberge espagnole de mes thèmes préférés, action/polar/humour noir/paranormal bref mais si j’imagine une immense marmite où chacun de mes plats préférés serait mélangé avec les autres, le résultat serait surement indigeste et peu ragoutant. Et pour Cité 14 j’en arrive exactement à la même conclusion : trop c’est trop ! Pourtant le postulat était foutrement intéressant : produire une série sur base d’épisodes à parution régulière dans un monde Steampunk avec des personnages complètement atypiques est un excellent point de départ. Oui mais voilà l’histoire part dans tous les sens et le bestiaire invoqué n’est franchement pas très charismatique. L’intrigue s’éparpille un peu trop dans tous les sens, de cet éléphant au passé mystérieux au journaliste ambitieux et torturé à ce superhéros bien plus trouble qu’il n’y parait on peut s’en amuser ou s’en ennuyer. La seconde option a eu raison de moi une fois les 300 pages achevées de la belle intégrale récemment publiée. L’histoire n’est pas complexe mais peut être un peu trop ambitieuse. Ce monde où cohabitent animaux, humains et extra-terrestres dans une mégalopole gangrénée par la corruption aurait du me séduire mais manque tout simplement de charme et de rigueur, le scénario restant vraiment trop flou pour être apprécié. A vouloir tirer sur tous les boulets finalement la narration n’en atteint aucun. C’est d’autant plus dommage que les dessins ont un charme rétro à la Tardi plutôt sympas, surtout sur les plans d’ensemble qui fourmillent de détails et de clins d’œil mais entre l’immeuble-fourmilière non achevé et les jardins sauvages peuplés de cannibales, l’écart est osé mais il y a trop d’objectifs fixés pour en atteindre un seul : celui de mon intérêt pour la suite des évenements mais finalement j’ai vite refermé cette « fin de saison » sans me préoccuper de ce qu’il va advenir de ces petits personnages dont je ne me sens pas proche. Dommage, mille fois dommage, bien conscience que ma note est « dure » mais elle reflète davantage ma déception et mon désintérêt personnels que le travail exemplaire des deux auteurs qui tiennent un véritable concept dans la publication de leurs aventures et un univers si riche qu’il en devient rédhibitoire. D’où l’intérêt d’apprécier chaque mets pour ce qu’il est et non pas de tous les mélanger. L’exercice était périlleux mais loupé en ce qui me concerne… A vous de voir si Cité 14 en vaut l’investissement mais la suite de ces aventures se fera définitivement sans moi. Dans un registre un peu équivalent, je préfère de très loin Grandville !

12/11/2012 (MAJ le 12/11/2012) (modifier)
Par Frolier
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

J'ai lu la première saison, réunie en quatre tomes sous coffret depuis peu. Et franchement, ça faisait longtemps que je n'avais pas eu l'impression d'une telle nouveauté en BD. L'univers est d'une richesse incroyable, comme assemblé de bric et de broc, avec un peu de New-York des années 50, un peu de Chicago sous la prohibition, un peu d'Ellis Island durant la première moitié du XXème siècle, un peu de Cités Obscures, un peu de Disney, un peu de steampunk, un peu de supers héros, un peu d'extra-terrestres, un peu de Sa Majesté des Mouches version adultes, un peu de La Ferme des animaux, un peu de Watergate, un peu de Tarantino, un peu de critique sociale, un peu de Marx... Et normalement, alors que tout ça devrait s'effondrer sous son propre poids, ça tient la route avec une fluidité étonnante. Les personnages sont tous attachants, tous originaux, on n'en fait pas des caisses avec la psychologie et pourtant ils ont tous une vraie profondeur, un passé et des blessures qu'on découvre par petites touches et qui les rend plus épais que de simples marionnettes à scénario. Toutes les intrigues sont parfaitement tricotées entre elles, la plupart des séquences sont inattendues, au sens où elles ne se passent presque jamais "comme elles devraient", on est surpris toutes les 4 ou 5 pages, il y a une vraie violence qui arrive toujours sans crier gare, qui va toujours plus loin que prévu, il y a le parfum amer de la tragédie, et il y a en plus un vrai beau travail sur la langue et beaucoup d'humour... Bref, c'est un grand moment de plaisir qui est offert au lecteur, avec en plus l'impression rare de s'immerger dans un monde singulier et complètement barré mais qui pourtant reste curieusement familier et "possible". Ceci sans doute aussi grâce au dessin, très lisible, très dynamique, très bien mis en scène et qui fourmille de détails sans jamais être surchargé. Un dessin dans lequel on a plaisir à se perdre pour ne rien en rater, et qui donnerait presque envie de voir ce monde s'animer sous nos yeux... Ce qui est mis en place ici est du niveau d'un Alan Moore des grands jours, et j'attends avec impatience la clôture de la saison 2 pour acheter le coffret et me perdre à nouveau dans les méandres de cette Cité 14...

11/04/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

Ma véritable note est de 2.5/5. Cité 14 est une série qui fonctionne comme une série télé. Chaque mois vous avez un tome qui sort. Au bout de 12 tomes la saison 1 se termine et la seconde commence etc. Chaque album coûte 1 euro ! Evidemment pour cette somme, vous n'avez pas de papier glacé, de couverture cartonnée, de couleurs chatoyantes ou de grand format, compression des coûts oblige ! Mais vous en avez pour votre argent je peux vous le garantir d'où ma recommandation à l'achat. Le dessin est assez proche du style comics. Relativement simple il n'est pas désagréable à regarder. Le noir et blanc est plutôt bien utilisé. Le scénario est particulier. Chaque album met en scène une petite histoire différente avec des recoupements de personnages. Après douze tomes et une première saison achevée, je trouve le concept du scénario toujours flou. Cela part un peu dans tous les sens sans vraiment m'intéresser ou m'interpeller. Mon 2.5/5 reflète parfaitement mon opinion : un 2 ça serait sous-noter cette série qui sort des sentiers battus avec son concept original mais un 3 serait sur-noter une Bd qui ne m'a tellement parlé... Je suis un peu indifférent à la narration : ça va vite et je ne vois pas où les auteurs veulent en venir. Si une saison deux devait paraître, cela serait sans moi.

09/06/2007 (MAJ le 20/08/2009) (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

La lecture de ces petites histoires n'est pas désagréable. Cependant, c'est un peu vide de sens. Sitôt qu'on referme ce petit livret, il n'en reste pas grand chose. Pourtant, l'univers animalier semble un peu insolite. Action, mystère et lutte des classes... C'est vrai que le concept marketing est séduisant : lancer chaque mois un épisode pour une somme modique. On recrée les épisodes populaires renouant avec une tradition d'autrefois. La question est de savoir si cette série trouvera son public. Pour ma part, je ne suis pas trop fan.

08/08/2009 (modifier)
Par JAMES RED
Note: 4/5

Il y a quelque temps de cela, je hurlais contre le format 48 cc qui me semblait réellement dépassé. Au moins, Cité 14 apporte une réelle originalité dans le support comme dans le format. On a presque l’impression de lire un petit fascicule publicitaire tombé d’un train. Pierre Gabus a imaginé une histoire qui prend modèle sur les séries télévisées américaines contemporaines organisées en saison de douze épisodes par an, comme The Sopranos ou Six Feet Under. Cité 14 rassemble, donc, 12 petits albums de bd vendus au prix imbattable d’un euro l’épisode. C’est à la lecture de la fin de la saison 1 que je livre cette chronique. La série ne prend tout son sens qu’à partir des tomes 4 et 5, où elle commence à vraiment devenir passionnante. Difficile de décrire ce qu’est Cité 14, pour cela lisez l’introduction signée Pierre Gabus qui dit tout ce que Cité 14 n’est pas (c’est assez bien pensé)… En fait, les auteurs lorgnent vers plusieurs univers. Ils mélangent les personnages animaliers et les êtres humains, sans que cela ne choque (après tout la série De Cape et de Crocs avait déjà expérimenté le principe). Premier univers exploré : celui du polar ; on se retrouve dans une sorte de mégapole qui ressemble étrangement à New York, où règnent des malfrats dignes des romans de Mario Puzo. Ensuite deuxième univers celui de la science fiction : on croise quelques extra-terrestres, dont la présence n’est expliquée que progressivement. Enfin autre univers exploré celui des comics américains : on rencontre en effet un super-héros du nom de Tigerman gavé à la protéine, mais mis en cause par le journal de la ville. Ajoutez à cela une histoire d’amour, des personnages tous plus mystérieux les uns que les autres qui se croisent, se rencontrent et s’observent, des destins qui s’enchevêtrent, et vous obtenez Cité 14. Au dessin, Romuald Reutimann arrive parfaitement à rendre l’atmosphère trouble et angoissante de la mégapole grâce à un dessin tout en noir et blanc. Alors, la première saison a été une réussite, espérons que la saison 2 soit d’aussi bonne facture…

29/10/2008 (modifier)
Par SiMoN
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Découverte par hasard en librairie, cette série ne m'inspirait pas au premier regard... Pourtant deux personnes coup sur coup n'en ont dit beaucoup de bien. Je me suis donc laissé tenter, il est vrai que le prix avait un côté rassurant. En effet, 234 pages il me semble, pour 12 euros (12 tomes à 1 euro) c'est plutôt sympa même pour du petit format. Je précise que j'ai découvert cette série quelques jours après la sortie du dernier tome de la saison 1, j'ai donc pu profiter de l'intégralité de l'intrigue le soir même. J'ai dévoré cette série. Le premier épisode laisse plutôt sceptique pourtant l'histoire allant, elle se complexifie et rebondit de façon très inattendue. Les êtres qui composent les personnages sont je crois une première dans la pluralité (animaux, humains, déjà c'est rare... mais y'a pas qu'eux) et cela fonctionne étrangement très bien. Un gros coup de coeur pour les dessins de l'architecture de la Cité 14 qui sont d'une grande richesse et font ainsi bien ressentir cet univers. Il s'agit à mon sens de la découverte de l'année, tant sur la forme (à quand la saison deux) que sur la richesse du scénario, la création d'un univers fantastique et pourtant si réel. N'hésitez pas un seul instant à vous procurer la première saison, seule sortie au moment où j'écris ces lignes.

18/09/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'étais curieux de savoir ce que donnait ce petit évènement éditorial. Un album souple par mois à 1€ l'unité, j'étais à la fois admiratif du travail que cela représente mais aussi un peu méfiant. Aussi est-ce avec curiosité que j'ai profité du fait qu'on me prête le coffret de la saison 1. Mine de rien, 12 albums, aussi petits soient-ils, cela représente une belle somme de lecture. Et ce fut somme toute une lecture agréable. Le concept est frais, assez ouvert et permettant d'intéressantes libertés aux auteurs. Ils s'amusent à créer une cité aux allures de New-York un peu déjantée, avec tout un décor et des personnages souvent loufoques. J'ai bien aimé cette ambiance pourtant assez déstabilisante au départ. De même que j'ai bien aimé les dessins de ces rues et de ces grands gratte-ciels bigarrés. Tout cela est assez plaisant et forme un récit dense et assez original. Maintenant, malgré ces qualités, je trouve qu'il manque une certaine accroche à l'ensemble. Le personnage principal ne m'a pas paru très attachant. Chaque tome semble partir vers une nouvelle direction. Cela permet de produire à chaque fois l'équivalent d'une histoire courte par volume, ou d'une thématique courte plutôt dirons-nous. Mais ça n'aide pas à garantir une vraie linéarité à l'ensemble, ni une intrigue qui accroche du début à la fin. Tant et si bien qu'arrivé à la fin de la saison 1, tout ce que j'ai lu m'a paru un peu embrouillé et bien des mystères restés en place ne me donnent pourtant pas plus envie que cela de lire la saison 2. Une lecture agréable, un concept et un univers original, mais moins accrocheur que je l'aurais espéré pour une telle série "à suivre...".

08/09/2008 (modifier)
Par pol
Note: 2/5
L'avatar du posteur pol

Tout d’abord il faut saluer cette belle initiative. Une parution mensuelle pour fidéliser les lecteurs à la manière d’une série télé. Le pari est osé, pour cela l’éditeur à mis le paquet (!) sur le prix. Et oui des BD à 1 euro ça n’arrive pas tous les jours ! Dans une préface très sympa l’auteur précise qu’il n’a pas d’autre ambition que celle de divertir ses lecteurs. Disons que sur le concept cette série est originale et réussie. Parce que malheureusement je dois reconnaître que les aventures de Michel l’éléphant dans une cité où les habitants sont tous plus louches les uns que les autres ne m’ont guère passionné. Heureusement, c’est très vite lu donc on n’a pas le temps de s’ennuyer. Mais ce n’est pas folichon pour le moment. Peut être qu’il aurait fallu attendre quelques épisodes de plus pour juger la série ? Evidement à ce prix là, l’achat est conseillé, ne serait-ce que pour se faire sa propre idée de la série.

20/07/2007 (MAJ le 16/05/2008) (modifier)
Par Sylvain
Note: 4/5

Effectivement le concept est intéressant...après les séries TV, les romans (doggy Bag - P.DJIAN), voici la série BD et pour ma part, je trouve que c'est très réussi. Les dessins en noir et blanc sont remplis de détails et les personnages comme les décors créent une ambiance particulière qui donne envie de progresser dans l'intrigue. Au fil des numéros, le puzzle se construit, la lecture est rapide et très plaisante. Des personnages animaux à la Blacksad, de l'action, un décor futuriste.... tout y est !! Je vous recommande fortement la lecture et n'hésitez pas à acheter les sept premiers d'un coup, vu le prix ! Vivement le numéro 8 de la saison 1... Je suis captif et content de l'être !!!!

18/11/2007 (modifier)