Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Sandy Eastern

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Un jeune hongrois fuit les troubles de son pays pour l'Amérique.


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune

Dix-neuvième siècle. Sandy Eastern erre dans les paysages glacés des Etats-Unis. Il se souvient... Comment il a tenté de fuir avec ses parents de la Hongrie pour le nouveau continent, mais seul lui a pu réussir... Puis c'est la rencontre sur le bateau qui l'emmène avec une famille irlandaise dont la fille, Maisie, ne tardera pas à devenir sa femme. C'est avec elle qu'il construit sa vie sur des terres encore sauvages...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1992
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Sandy Eastern
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

27/03/2007 | Jugurtha
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Pas forcément très originale, cette histoire – bâtie sur de longs flash-back – se laisse pourtant lire agréablement. C’est un western assez contemplatif, proche de La Saga du Grizzli ou du film « Jeremiah Johnson » dans la manière de prendre son temps et de mettre en avant la nature (et les rapports qu’entretiennent avec elles Indiens et trappeurs ou pionniers). A noter que Franz a réutilisé l’idée d’Indiens collant aux basques d’un blanc dans son très bon Wyoming doll. Le dessin de Jarbinet, un peu brouillon parfois, est quand même bon – et ressemble d’ailleurs à celui de certains albums de Franz lui-même. Album sympathique donc, mais qui hélas n’a jamais eu de suite. Même s’il peut à la limite se lire comme un one-shot, il manque quand même une réelle conclusion. Achat envisageable, car l’album se trouve facilement et peu cher en occasion.

04/07/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

N’achetez pas cet album ! En effet, je trouve réellement trop frustrant de devoir abandonner cet attachant émigrant au milieu de son aventure en terres hostiles. Franz est un artiste dont j’appréciais la vision résolument humaniste des sagas épiques, et Sandy Eastern ne semblait pas devoir faire exception à la règle. Ce jeune homme rescapé d’une fuite mouvementée de sa Hongrie maternelle, son arrivée et son acclimatation dans un univers inconnu et hostile, son caractère résolu, son obstination et son courage, tout chez lui était fait pour me séduire … Et puis, basta, la série est abandonnée suite à la faillite de son éditeur. Contrairement à d’autres (Brougue ou Last par exemple), elle n’aura pas la chance d’être reprise, dans sa forme ou son concept, par un autre éditeur. Trop frustrant … D’autant plus que le trait de Jarbinet était de qualité, quoique pas encore totalement abouti. Je sentais que l’artiste allait encore faire mieux par la suite, guidé par Franz (un artiste dont il semblait déjà s’inspirer dans ce premier épisode). Très bon, prometteur, mais sans lendemains.

14/07/2009 (modifier)
Par Jugurtha
Note: 3/5

L'histoire du jeune Sandy Eastern, s'établissant aux Etats-Unis avec la famille qu'il a construite après avoir fuit la Hongrie, est vécue à travers ses souvenirs, le point de départ étant son monologue alors qu'il erre dans les décors glacés de son pays d'adoption. Ecrit par Franz, ce scénario est très bien construit, il est un retour en arrière très structuré qui égrène beaucoup des troubles du dix-neuvième siècle rencontrés par les émigrants voulant s'installer au nouveau monde. L'étude de caractères donne beaucoup d'épaisseur aux péripéties de ce récit qui dès le début, on le comprend en voyant les premières images d'un Sandy hirsute parlant seul, sera sombre. Au schéma classique des indiens inhospitaliers, Franz répond en axant la vengeance que poursuit le jeune homme sur la tribu shoshone, mais il devra découvrir que les ennemis sont parfois beaucoup plus proches qu'on ne pourrait le soupçonner. Et au scénariste d'éviter trop de pessimisme en donnant à la fin de l'album une quête pleine d'espérance à son héros... Le dessin de Jarbinet (qui l'a signé Jarby) est un peu hésitant mais il se révèle très ambitieux, très recherché et documenté, et l'on oublie ses éventuelles maladresses pour se laisser prendre par cette série, ou plutôt cet album, l'éditeur ayant visiblement entraîné dans son naufrage le malheureux Sandy Eastern. Il semblerait pourtant qu'un second album jamais publié existe, alors souhaitons de pouvoir le lire un jour, ce serait un bel hommage à rendre à cette création oubliée qui est d'une qualité exemplaire.

27/03/2007 (modifier)