Rouge passion

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

3 Mises en situation érotiques de personnages de manga célèbres...


Hentai Wani Magazine

La première histoire, "rouge passion", conte les mésaventures de Keita Sakuragi, un prof principal débutant dans un collège de jeunes filles. En rentrant chez lui en véhicule après une dure journée de boulot, il évite de justesse d’écraser un chat mais emboutit malencontreusement une statuette en céramique devant la demeure d’une charmante demoiselle. Totalement envoûté par le charme irrésistible de celle-ci, il décide de lui rembourser les dégâts occasionnés. Mais il est loin de se douter du montant : trois millions de yens… Keita va être obligé de prendre un deuxième boulot dans un bar pour gagner de quoi payer, ce qui va l’amener à rencontrer plusieurs jeune femmes qui ont visiblement décidé de concrétiser leurs fantasmes avec lui… Le deuxième récit, "le fruit défendu", met en scène Yû, un étudiant qui doit rentrer quelques temps dans la région de son enfance pour participer à une réunion d’anciens élèves. C’est également là-bas que vit son premier amour, Misa, avec qui il n’a jamais pu aller jusqu’au bout. Ce sentiment d’inachevé perturbe notre ami depuis trois ans maintenant, c’est pourquoi il décide de la rencontrer pour tirer au clair cette histoire. Lorsqu’il croise enfin la troublante jeune femme, ses émotions refoulées ressurgissent, et Misa ne semble pas de marbre non plus. Vont-ils enfin pouvoir concrétiser leur fantasme, malgré le fait que Misa se soit fiancée dernièrement, et que la petite amie de Yû n’est jamais très loin ? La troisième et dernière histoire, baptisée "le petit ami de Nogi" se concentre comme son nom l’indique sur la relation amoureuse entre l’héroïne Nogi et son compagnon Tomo, qui la traite comme une moins que rien. Pourtant la demoiselle possède un charme certain, et ce n’est pas les occasions qui manquent d’aller voir ailleurs… Va-t-elle tenir le coup et supporter les humeurs de Tomo ou se trouver un nouveau copain comme lui suggèrent ses collègues de travail ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Novembre 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Rouge passion
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

13/02/2007 | fonch001
Modifier


Par fonch001
Note: 2/5

Il existe au Japon un genre particulier très prisé des otaku qui consiste en des plagiats érotiques d'oeuvres célèbres. Ou, plus précisément, il s'agit de copier le style graphique d'une oeuvre célèbre et plus particulièrement de son character design pour replacer les personnages dans des histoires totalement différentes mais bien plus orientées fan service voire pornographie. C'est totalement le cas de cette oeuvre puisque l'on reconnaîtra sans peine Belldandy, l'héroïne de "Ah ! my Goddess" et le style de cette oeuvre cultissime. Existe-t-il seulement un public pour ce genre d'oeuvre en France ? Iku comics semble le penser... Cette oeuvre n'atteint pas le degré "pornographie" mais mérite amplement sa restriction aux + de 16 ans. Le graphisme de cette oeuvre est assez réussi, mais puisqu'il se veut être une copie d'un grand manga, on n'en attendait pas moins ! La première histoire est assez amusante grâce aux personnages assez comiques, bien qu'un brin stupides... Malheureusement le scénario cousu de fil blanc ne tient pas assez en haleine. Cette Histoire est la meilleure des 3 et aurait peut-être mérité un 3/5. C'est aussi celle où la "repompe" de "Ah ! my Goddess" est la plus criante. La seconde histoire est une variante du complexe d'Oedipe et le malaise du "héros" se ressent fortement. Malheureusement certains personnages potiches sont dans cette histoire sous-exploités et donnent un sentiment brouillon pour une histoire qui aurait pu être plus intéressante. La dernière histoire, la moins exaltante, m'a complètement laissé de glace. Il s'agit de l'histoire d'un couple orienté sur la domination du mâle... tout un programme... En bref, certaines idées au départ étaient intéressantes mais pas toutes, le talent graphique était là mais pas l'originalité (et pour cause). Une oeuvre qui ne saurait combler que les Otaku. Elle en amusera peut-être quelques autres mais laissera la majorité de marbre.

13/02/2007 (modifier)