Le Syndrome de Caïn

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Juin 1944, France. Le retrait des troupes allemandes laisse présager la fin de l’occupation. Pourtant, un détachement de la division SS “ Das Reich” encercle le village d’Oradour, et massacre tous ses habitants.


Auteurs Italiens

Juin 1944, France. Le retrait des troupes allemandes laisse présager la fin de l’occupation. Pourtant, un détachement de la division SS “ Das Reich” encercle le village d’Oradour, et massacre tous ses habitants. Tous sauf Victor Granger, un jeune garçon d’à peine six ans, sauvé par l’intervention miraculeuse d’un mystérieux inconnu insensible aux balles des SS… Cinquante ans ont passé. Victor, devenu théologien, s’intéresse à l’un des mythes fondateurs de la civilisation chrétienne. Et si l’homme dont il a croisé le chemin à Oradour, et qui traverse les âges sans altération, n’était autre que Caïn, frère et meurtrier d’Abel, condamné à l’éternité par Dieu ?…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Janvier 2007
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Le Syndrome de Caïn
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

06/02/2007 | Chalybs
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Pas mieux que Chalybs. C'est vrai que l'entrée en matière du tome 1 est surprenante, et nous amène à penser que l'on va avoir une série historique... Et assez vite, ça bascule dans un style plus "classique", où le scénariste Tackian se pose en spécialiste du techno-thriller historique avec des bouts de mysticisme dedans. Le tome 2 n'élague pas vraiment l'histoire, au contraire il intègre de nouveaux éléments. Je ne sais pas quelle est la durée prévue pour cette série, mais il en faudra 4 ou 5 pour bien tout exploiter. Quant au dessin de Mutti (qui signe sous le pseudo de Red dans le tome 1), il est très lisible, assez maîtrisé, malgré le défaut récurrent des bouches fermées. Les couleurs qui l'habillent sont assez réussies, malgré un premier tiers du tome 1 qui écrase un peu trop le trait, je trouve. Bref, une série à suivre, mais avec circonspection.

23/02/2007 (MAJ le 15/02/2008) (modifier)
Par ManuB
Note: 3/5

Avec cette série, Tackian inaugure la nouvelle collection « Terres Secrètes » de Soleil. Si j’ai bien compris le principe de cette collection, il s’agit de remanier l’histoire en y intégrant l’ésotérisme et le fantastique. Ici, on arrive dans un récit relativement complexe où se mêlent différentes intrigues : - historique avec le massacre d’Oradour sur Glane à la fin de la seconde guerre mondiale ou encore les flashes-backs mettant en scène Leonard de Vinci ou Saint François d’Assise - scientifique avec le projet de fusion à froid pour créer une nouvelle énergie inépuisable - religieuse avec la secte « Divine Light » et la présence d’hommes d’églises dont les buts sont mystérieux - policière avec l’intervention de la CIA - fantastique avec ce fameux Andréa « Caïn » Balgani qui traverse les âges - personnelle avec Victor Granger à la recherche de cette homme qui l’a sauvé du massacre d’Oradour sur Glane Beaucoup d’éléments qui prouvent que le scénariste a fait un très gros travail de documentation car la plupart des éléments prennent leurs marques dans la réalité, à part bien sûr le personnage de Caïn et la quête personnelle de Victor. Il y a donc un gros potentiel dans cette série mais elle n’est pas exempte de défauts qui font que la lecture en devient moins intéressante. En effet, malgré tous les thèmes présents, on a l’impression que Tackian prend son inspiration dans des œuvres existantes, en y prenant des éléments pour finalement les mélanger pour en faire sa cuisine. Ceci donne un ensemble pas toujours très homogène et pas toujours très original. La narration souffre également d’un manque de clarté et en voulant donner un rythme soutenu certains passages se voient un peu tronqués. On peut quand même apprécier ce traitement dynamique, vivant et sans temps mort qui permet de ne pas s’ennuyer à la lecture. Pour les personnages, ils sont assez nombreux et on a un peu de mal à suivre leur rôle principalement pour les hommes d’églises. La plupart sont caricaturaux mais ils ont chacun un vécu qui leur donne un peu de prodonfeur. Pour le dessin, Mutti signe cette série sous le pseudo de Red, mais son style ne change pas. Son trait bien maîtrisé sert bien le récit même si les visages se basent sur le même modèle en modifiant quelques éléments (couleurs de cheveux, moustache, barbes ...). La mise en couleur par contre ne me semble pas être des plus réussies et n’utilisent pas complètement les possibilités de l’outil informatique. Après 2 tomes de cette série, on se rend compte que l’intrigue, qui reprend beaucoup d’éléments d’actualités ou d’histoires, est assez fouillée mais aussi assez fouillis. Il en reste quand même une lecture très agréable.

27/09/2007 (modifier)
Par herve
Note: 2/5
L'avatar du posteur herve

Dans le lot de mes nombreuses lectures en retard, je viens de tomber sur cet album, "le syndrôme de Cain" de Tackian et Red (autre pseudo de Mutti, je crois). Sous l'égide de la nouvelle série de Soleil "Terres Secrètes", cet épisode me déçoit sur plusieurs points. D'une part, on est ballotté aux quatre coins de monde (il faudrait une balise argos pour permettre de situer les personnages sur les différents continents) ; et d'autre part, on reste vraiment sur notre faim sur le fameux Caïn, avatar du célèbre juif errant (relisez plutôt le fameux roman de Jean d'Ormesson sur ce thème, vous perdrez moins votre temps) Et puis, petit coup de gueule en passant, ne pourrait-on pas pour une fois oublier le Vatican, voire l'Eglise dès qu'un complot pointe son nez (je viens de terminer aujourd'hui le tome 2 de Le Légataire et Giroud plonge aussi dans ce travers). A la limite, les premières et dernières pages de cet opus sont les plus en phase avec le titre ; tandis que les aventures policières et scientifiques menées par Zed et Myriam, entre autres, finissent par lasser. Outre quelques ellipses assez malvenues (j'ai eu du mal à saisir que le Professeur Mangiot et Myriam étaient enfermés par les "terroristes", page 42), je n'ai pas vraiment accroché à cette histoire. Cette série est ambitieuse, un peu trop peut-être, et pour l'instant je ne suis pas sûr de dépasser le premier numéro.

12/05/2007 (modifier)
Par Chalybs
Note: 3/5

Un premier album plutôt sympathique pour cette série. Oscillant entre polar et fantastique, l'entrée en matière est choque avec une rafle allemande à la fin de la seconde guerre mondiale dans la ville d'Oradour sur Glane. Ce fait historique est un véritable électrochoc tellement il est traité avec détachement dans cet album… Voici pour info ce que j'ai trouvé rapidement sur le site http://oradoursurglane.free.fr/ Oradour sur Glane a été détruit pendant la seconde guerre mondiale, le 10 juin 1944. Ce village du Limousin a été le théâtre d'une exécution systématique de la part des Waffen S.S., faisant officiellement 642 victimes. Oradour-sur-Glane a été rayé de la carte, un après-midi de juin, quatre jours après le débarquement en Normandie. Conservé en état de ruine, ce village fantôme reste le témoin d'un crime odieux... Situé à une vingtaine de kilomètres au nord ouest de Limoges, le lieu est saisissant. Le village entier a été conservé, les rails du tramway sont encore en place. De nombreuses carcasses de voitures résistent encore à la rouille, tout comme quelques objets domestiques restés dans les maisons. Plusieurs sensations s'affrontent lors de la visite. On parcourt un lieu témoin, une preuve matérielle d'un massacre. Pourtant les ruines d'Oradour dégagent encore, le charme d'un village des années 1940, un village de la campagne limousine. La disposition des bâtiments, les façades encore debout, nous rappellent ce qu'était ce village, et on peut alors s'imaginer l'ambiance qu'il pouvait y avoir. Bref, une entrée en matière violente qui nous laisse présumer une série intéressante et sans fioriture. Pourtant, passé ces quelques pages, nous retombons dans un scénario beaucoup plus classique, loin de toutes ces considérations historiques. Cette entrée en matière, si elle constitue un rappel sans pudeur des violences de la guerre, se transforme presque en mauvais prétexte au lancement de l'intrigue. Cela en deviendrait presque indécent. Une arme à double tranchant. Passé ce début à polémique, le scénario devient plus classique, un attentat contre des locaux scientifiques lance l'enquête sur un étrange personnage qui semble traverser les âges depuis plusieurs siècles sans prendre une ride. Scénario somme toute classique, mais au traitement dynamique, vivant, maîtrisé, sans temps mort. Le dessin pour sa part n'est pas mauvais, mais le traitement informatique demanderait une maîtrise supplémentaire. La mise en couleur aurait plutôt tendance à gommer les profondeurs et à lisser les textures. Le trait quant à lui n'est pas le meilleurs, pas le pire. D'une bonne maîtrise, il atteint son but aisément. A suivre, mais cet album ne me laisse pas une image immémorable. Lire le tome 2 si j'y pense à sa sortie. Pour un album soleil, toujours est-il que cela tranche légèrement de la production habituelle. Espérons que Soleil n'arrêtera pas la série avant la fin (oui, Soleil n'a pas une super côte de mon coté)…

06/02/2007 (modifier)