Mirages

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Une sorte d'anthologie d'histoires pas trop connues de Druillet.


Dans les temps anciens... Agorn, prince ridiculisé par sa famille, voit son aimée -une servante- violée et tuée par son frère ; le tout sous les regards hilares de ses parents et des gens du château... La nuit, il est "visité" en rêve par l'envoyé des Gardiens des Portes du Vide Ultime... Pour eux, il doit être un bras vengeur... Devenu fou par la perte de son amie, Agorn s'arme. Et sa vengeance sera vraiment terrible...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1976
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mirages
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

15/12/2006 | L'Ymagier
Modifier


Par gloubi
Note: 2/5

Je ne suis pas absolument fan de Druillet, j'ai juste un a priori positif, et là pour le coup cela m'a pas mal refroidi... Cet album est une compilation de petites histoires, donc aucune continuité entre elles ; de plus même les thèmes abordés sont un peu confus, et l'ambiance est très datée années punk 80. Enfin, commencer par "le garage à velo", c'est quand même vachement dur (séance très trash de viol et de massacre), et puis globalement la violence sans fondement est plutôt omniprésente, à tel point que la courte intervention de Gotlib à la fin est agréablement rafraîchissante.

19/12/2006 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Un album curieux, mélange de trois histoires parues de 1967 à 1975. Ces histoires font place à l'imaginaire le plus débridé jusqu'à une oeuvre contemporaine ("Le garage à vélos"). Belle "anthologie", surtout dans sa version originelle -un album broché noir et blanc à la fantastique couverture- où la vision de Druillet et son style graphique imprègnent déjà les pages. Toujours le combat du Bien et du Mal, sans que jamais Druillet ne nous dévoile qui est le Bien ?... qui est le Mal ?... J'avoue avoir bien aimé -et posséder en EO- ce grand format au contenu fort, aux styles graphiques différents qui passent du trait simple au baroque le plus fou. Un bien bel opus où la "patte" de Druillet est directement reconnaissable. Ma cote réelle : 3,5/5 L'album : L'E.O., album broché de 1976, sera rééditée en 1980 et 1985 sous de nouvelles couvertures. Mais rien ne vaut vraiment l'original. Une très belle pièce de mes collections.

15/12/2006 (modifier)