Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Popol et Virginie

Note: 2.8/5
(2.8/5 pour 5 avis)

Les débuts de Hergé dans un western animalier...


Albums jeunesse : 6 à 10 ans Animalier Ecole Estienne Paris Indiens d'amérique du nord Ligne Claire

Popol est chapelier de profession. Avec une certaine inquiétude, il voit son petit commerce péricliter... Il décide de tenter sa chance et de partir en Amérique. Avec la douce Virginie, ils arrivent dans le Nouveau Monde et se rendent dans l'Ouest encore sauvage. Heureux choix ?... Un indien, Lapinos, lui achète un chapeau et décide dans lancer la mode dans sa tribu. Malheureusement pour nos amis, le sorcier -qui est aussi fabricant de coiffes en plumes- ne voit pas cette arrivée d'un très bon oeil ! Il décide d'organiser la riposte...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1952
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Popol et Virginie
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

07/10/2006 | L'Ymagier
Modifier


Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Oeuvre méconnue de Hergé à qui on attribue invariablement Tintin comme unique fait d'arme, que valent les aventures de Popol et Virginie plus de 80 ans après leur première publication ? Unique album animalier de Hergé, ce dernier met en scène une aventure anthropomorphe d'un couple d'oursons en quête de prospérité dans un Far West sauvage peuplé de Lapinos (oursons indiens !!!) et de vils desperados. Le style propre à Hergé est reconnaissable de suite grâce à sa ligne claire emblématique. Non dépourvue de défauts inhérents à une oeuvre de jeunesse avec une naïveté exemplaire mais surtout un machisme sans égal (Virginie n'est qu'une faire valoir dénuée de presque toute parole ou initiative et cantonnée aux rôles ménagers), Popol et Virginie ne manque pas d'un certain charme tout relatif. En faisant abstraction de certaines maladresses, voici un court récit d'aventures qui souligne en filigrane les nerfs de la guerre (la métaphore d'un certain parti des années 30 est bien présente) et son aspect financier sous couvert d'une guerre commerciale entre le chapelier Popol et les fameux Lapinos. La seconde partie est moins intéressante avec l'introduction du bandit Bully Bull en seul et unique antagoniste malfaisant et les situations Ex Machina dont Hergé a toujours été friand (le hasard a toujours bien fait les choses). Peu à l'aise avec la gestion de ses personnages animaliers dont les membres sont identiques à ceux d'un humain, Hergé ne fera jamais aucune suite à cette série dont on sent qu'il aura fait le tour en un seul album. D'une lecture amusante toutes proportions gardées, Popol et Virginie vaut le coup d'oeil pour tous les curieux du travail de Hergé mais ne restera pas en mémoire bien longtemps. Une véritable curiosité, rien de plus en somme.

02/10/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Popol et Virginie, voilà une série que j'ai lue il y a bien longtemps, lorsque très jeune j'écumais les rayons de ma bibliothèque municipale. Je lisais alors beaucoup Tintin, et donc j'avais été attiré par cet album d'Hergé. Mais voilà, la nostalgie ne suffit pas à donner du crédit à cette histoire, qui souffre de manichéisme, et surtout d'une immense naïveté (mais c'était le cas de la production d'Hergé à l'époque). Cela ne passe pas du tout la barrière de l'âge, ni celle du temps d'ailleurs. Je ne sais pas si elle est encore disponible, mais elle ne doit plus intéresser que les vieux nostalgiques et les collectionneurs d'Hergé. Les jeunes lecteurs d'aujourd'hui auraient du mal à accrocher à ce type de production.

20/08/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Cette unique aventure initialement intitulée Popol et Virginie au Far West, fut publiée en 1934 dans Le Petit Vingtième qui avait déjà vu naître Tintin 5 ans plus tôt. Elle fut rebaptisée en 1948 Popol et Virginie chez les Lapinos dans le journal Tintin, en version couleur, avant d'être finalement éditée en album par Casterman en 1968; on m'a offert cet album à cette occasion, maintenant, il est quasiment introuvable, je suis donc conscient de posséder une rareté. Mais cette bande fait surtout figure de curiosité à cause de son auteur; il s'agit d'un travail de commande, une oeuvre de jeunesse d'Hergé qui ne donnera pas suite et préférera se consacrer à Tintin. De facture naïve et très enfantine, elle conte l'histoire de 2 oursons malins et espiègles qui bravent les dangers du Far West pour vendre des chapeaux aux Indiens Lapinos, puis affronter le bandit Bully Bull. Le dessin est simple mais agréable, il s'est bien amélioré depuis les premières bandes d'Hergé, telle Totor, C.P. des hannetons; à la même époque, il envoyait Tintin en Inde dans les Cigares du Pharaon.

21/06/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Emprunté uniquement par curiosité et je me demande si j'ai bien fait. C'est de la vieille bande dessinée qui a mal vieilli. Elle est uniquement connue à cause de son célèbre auteur. Le dessin est pas mal, mais le scénario est sans intérêt. L'histoire est aussi improvisée que les premiers Tintin : ça commence avec Popol et Virginie contre des indiens et vers les trois-quart de l'album, ils affrontent un bandit. L'humour ressemble à un mauvais cartoon et les gags sont souvent prévisibles du genre Popol pense avoir sauvé Virginie, mais en fait il sauvé une indienne qui a les mêmes vêtements. Hergé recycle même une idée qu'on a déjà vue dans Tintin au Congo (Popol met un aimant pour que les flèches des indiens n'atteignent pas Virginie). Pour finir, les personnages sont encore moins charismatiques que Tintin. Rien de mémorable. C'est trop naïf pour moi.

07/06/2011 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Les débuts prometteurs d'Hergé... Popol et Virginie font leur première apparition, en noir et blanc, dans "Le Petit Vingtième" (supplément du quotidien belge "Le XXème siècle") n° 6 du 8 Février 1934. En 1948, une version remaniée en couleurs paraîtra dans l'hebdo Tintin n° 18, 3ème année, du 29 Avril 1948. Avec ce "Popol et Virginie", en réalité deux oursons, Hergé quitte son style qui fera le succès de Tintin et m'a fait entrer dans une histoire sympathique destinée à un jeune public. Le trait d'Hergé y est caractéristique : simplifié, pour une lecture aisée. Pourquoi un seul album, alors que l'histoire est plaisante et aurait pu être une série à succès ?... J'ai fait quelques recherches. Il s'agissait d'un "travail alimentaire". Episode anecdotique dans l'oeuvre d'Hergé, j'ai pourtant apprécié ces aventures simples, reflets de la "grande crise" des années 30 : tout comme pour nos deux petits héros, nombre de gens ont a l'époque tout quitté pour un monde qu'ils croyaient être meilleur. Mais l'était-il ?... "Série" oubliée pendant des années, Popol et Virginie fait maintenant l'objet de recherches parmi les collectionneurs, plus je pense pour "avoir un album rare d'Hergé" que toute autre chose. "Popol et Virginie revival" ?... Tant mieux pour eux, mais tant pis pour votre portefeuille si vous parvenez encore à en trouver une édition originale ! Un album "à part" dans l'oeuvre d' Hergé. Album que j'aime beaucoup de par son contenu, moins de ce qu'il vaut actuellement sur le marché du livre.

07/10/2006 (modifier)