Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Guerrero - La flèche et le feu

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

L'histoire du premier héros "écologique"...


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Civilisations précolombiennes Mexique et mexicains

1511... Sept ans avant le départ de Cortez pour sa sanglante conquête du Mexique... Un navire espagnol fait naufrage près des côtes du Yucatan. Les rescapés, faits prisonniers, sont emmenés chez les Mayas. Février 1519... Alors que Cortez se met en route pour le Yucatan, il reste deux survivants du naufrage d'antan : Jeronimo de Aguilar et Gonzalo Guerrero. Ce dernier, qui sera connu comme "l'indien blanc", a été adopté par les Mayas. Il mène leur existence et leur a enseigné comment combattre et repousser les envahiseurs, notamment l'expédition du capitaine Cordoba. C'est au départ de cette vérité historique que les deux auteurs ont imaginé cette rencontre haute en couleurs entre Guerrero et Cortez.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1991
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Guerrero - La flèche et le feu

25/09/2006 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Certains pourront s'étonner que je note si bas une Bd historique, mais mon genre préféré a aussi ses ratés. En fait, je ne peux pas dire que cette Bd est nulle, mais je la trouve peu convaincante et plutôt inutile ; je m'explique. Vernal se sert de la vérité historique pour bâtir une hypothétique rencontre entre Guerrero et Cortez ; Torton avait déjà illustré l'histoire de Guerrero dans un récit complet du n° 815 du journal Tintin, en 1964, livré ici en fin d'album. Les observateurs en profiteront pour voir la différence de graphisme entre ce vieux récit et celui qui est proposé dans cet album de la collection prestigieuse du Lombard, Torton ayant perfectionné son trait à l'encrage plus assuré et plus épais, aidé par une colorisation adéquate. Ce vieux récit de 1964 montre l'histoire réelle de Guerrero avec son naufrage, son adoption par les indigènes, son intégration auprès des caciques mayas, son mariage avec une princesse maya et son ascension dans la hiérarchie de ce peuple qu'il s'est efforcé de protéger de la cupidité de ses anciens compatriotes. Dans cet album, le récit reprend l'histoire de Cortez dans Mexico, mais tout a déjà été bien mieux conté par Torton et Vernal, et surtout plus fidèlement dans la splendide fresque les conquérants du mexique. On n'est donc guère plus avancé, et je ne suis pas du tout convaincu par ce récit que je soupçonne d'être avant tout commercial, même si le dessin de Torton est toujours aussi séduisant pour moi, avec sa documentation précise sur les costumes notamment. Le récit est surtout trompeur parce qu'il organise la rencontre entre Guerrero et Cortez alors qu'ils n'ont jamais été face à face ; Cortez n'a rencontré que son compagnon Aguilar, puis a quitté le Yucatan pour se rabattre sur les terres aztèques, c'est à dire en direction de Tenochtitlan-Mexico. Connaissant le sérieux des auteurs pour les sujets historiques, je ne comprends pas leur égarement. Torton et Vernal auraient mieux fait de centrer leur récit sur le parcours réel de Guerrero (améliorant et étoffant ainsi le récit initial de 1964), personnage très peu connu, toujours au détriment de Cortez ou de Colomb. Pour moi, c'est donc une déception.

02/02/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

En règle générale, je reproche aux récits historiques leur caractère scolaire trop prononcé, leurs nombreux raccourcis, leur manque de nuances. Cet album évite ce piège (du moins dans sa première partie) du fait qu’il se centre sur un seul événement : l’affrontement de Montezuma et de Cortès, influencé par la participation de Guerrero. De plus, grâce à une synthèse introductive bien écrite, le profane que je suis (je n’ai rien d’un historien) comprend les tenants et aboutissants du conflit. J’ai, par contre, nettement moins apprécié la seconde partie de ce récit, qui retrace, vite fait bien fait, le parcours de Guerrero sur le continent américain. J’y retrouve, en effet, tous les défauts que je mentionnais ci-dessus. Dans l’ensemble, l’album souffre également d’une narration peu passionnante et très « datée ». D’un point de vue graphique, je trouve l’album plutôt réussi. Le trait est simple mais très lisible, les décors me semblent fidèles à la réalité de l’époque, et les planches représentant les différents protagonistes me semblent réalisées avec toute la rigueur que l’on est en droit d’attendre de ce genre d’opus. Un bon album, donc, dans une catégorie que je n’affectionne guère. 3/5 est donc une cote objective, là où ma subjectivité m’aurait plutôt poussé à ne mettre qu’un 2/5. La réalité se situe peut-être finalement entre les deux

10/08/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Dans cette fresque guerrière de haute tenue, les auteurs nous livrent ici un intéressant moment de la conquête de ce qui est maintenant le Mexique. L'ambition de Cortez n'a d'égale que sa fougue. Lui et ses hommes ne rêvent que d'une chose : s'emparer des trésors dont regorge le pays... plus pour eux que pour le roi d'Espagne qui a commandité l'expédition. Sur leur sanglante route vers Mexico, ils rencontreront l'empereur Montezuma. A la tête de plusieurs milliers de combattants qui n'ont pas peur de mourir pour lui, il sera maintes fois trahi par les Espagnols. Guerrero -qui a réellement existé- fera son possible pour aider ses "frères indiens". Une grande fresque en un volume. La reconstitution d'époque est bien réalisée. Pour les amateurs, on note le souci du détail historique, des armes, des us et costumes. Le graphisme de Torton nous plonge dans une atmosphère faite de fureur et de sang. Des tons vifs accentuent les nombreux faits d'armes qui émaillent les pages de l'opus. Le dessin est baroque, nerveux, dans une mise en page parfois -petit bémol- trop "éclatée". Néanmoins, Torton nous livre ici un très bon album, basé sur des faits authentiques soulignés par un scénario solide de Vernal. Puisse "Guerrero" réhabiliter ce véritable héros, écologiste bien avant que ce mot n'existe, mais malheureusement oublié de beaucoup. A découvrir pour cette page d'Histoire...

25/09/2006 (modifier)