Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Blondin et Cirage

Note: 2.8/5
(2.8/5 pour 5 avis)

Deux jeunes amis, un Blanc et un Noir, entraînés dans de palpitantes aventures...


Albums jeunesse : 10 à 13 ans Jijé Les Pionniers de la BD

Blondin est un jeune garçon aux chevreux très clairs. Cirage, son ami, est Noir. Blondin semble être "celui qui sait", mais c'est surtout Cirage qui tire les ficelles. Ensemble, ces deux copains vont être entraînés dans de drôles d'aventures qui vont leur faire vivre mille et une péripéties. Mais le sens de la réflexion de l'un et la débrouillardise de l'autre -mises en commun- les feront se dépêtrer, avec humour, de tous ces sacs d'embrouilles.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Janvier 1952
Statut histoire Une histoire par tome 9 tomes parus
Couverture de la série Blondin et Cirage
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

12/09/2006 | L'Ymagier
Modifier


Par Josq
Note: 3/5
L'avatar du posteur Josq

Quand on est habitué au Jijé réaliste (Jerry Spring, Don Bosco, Tanguy et Laverdure, Blanc Casque), Blondin et Cirage détonne, même si, finalement, quand on se rappelle que Jijé, c'est aussi Spirou et Fantasio, on s'y retrouve vite. Toujours est-il qu'il nous a tout de même assez peu habitué au ton comique et plutôt délirant des récits de Blondin et Cirage. Dans le plus pur style "Tintin", Jijé s'amuse à faire vivre à ses deux personnages des aventures hautes en couleurs à travers le globe (Mexique, Afrique noire, Tibet...). On y retrouve un graphisme très typé années 40, dont on pourra trouver qu'il a un peu vieilli, mais qui fonctionne bien néanmoins. Ce qui est intéressant, c'est surtout l'originalité des scénarios. Si l'humour n'est pas toujours incroyable, les intrigues imaginées par Jijé sont toutefois souvent inattendues et très rythmées, multipliant les rebondissements originaux. Il faut lire notamment Les Soucoupes volantes, où l'auteur se moque allègrement, mais sans méchanceté, du Marsupilami (Franquin lui dessine d'ailleurs un génial caméo de 3 cases de Spirou, Champignac et du vrai Marsupilami) pour embrayer ensuite sur une histoire d'homme des neiges et de civilisation cachée au fin fond de l'Himalaya pour s'en persuader. Pour autant, ma préférence va sans doute au Nègre Blanc, où les relations entre les deux personnages principaux sont les mieux définies, et où le scénario nous emmène cette fois en Afrique noire, avec son lot de stéréotypes, pourtant dénué de tout racisme. Et de fait, l'autre génie de Blondin et Cirage, c'est d'avoir réussi à éviter l'écueil de l'humour facile sur les autres nationalités. Oui, on trouve évidemment certains clichés qui sont moqués ici ou là, mais jamais Jijé ne les reprend à son compte. D'ailleurs, le fait d'avoir placé sur un pied d'égalité un personnage noir et un personnage blanc au centre de ses récits montre assez que Jijé n'est jamais dans la moquerie bête et méchante. Après, Blondin et Cirage est loin d'être un monument. C'est de la bande dessinée classique, avec ses forces et ses faiblesses, donc ça a quand même pas mal vieilli, mais ce qui est sûr, c'est que Jijé y fait encore une fois preuve de tout son talent de scénariste, et que ceux qui aiment la bande dessinée à l'ancienne se régaleront ou passeront tout au moins un bon moment.

25/06/2020 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Tombé pendant les vacances sur trois albums de la série (« Blondin et Cirage au Mexique » ; « Le nègre blanc » ; et « Les soucoupes volantes » »), j’ai voulu voir à quoi ressemblait cette série d’un grand bonhomme de la BD franco-belge. Mais je n’ai sans doute pas lu cette série au bon âge, ni à la bonne époque. En effet, c’est une série jeunesse, très datée. Avec un duo mêlant un jeune homme blondinet et son copain Cirage (un peu plus « aventureux » que lui) : un pendant du duo Spirou et Fantasio. Pour le reste, les deux garçons, sont scouts – thème récurrent des bandes dessinées belges d’avant-guerre (voir les débuts d’Hergé), mais un peu éculé depuis. Et c’est un peu toute la série qui paraît souffrir de « retenue ». Le dessin et les histoires sont datés, un peu engoncés dans un rythme et des thématiques sans doute accrocheuses lors de leur création, mais aujourd’hui pas des plus dynamiques ou modernes. La représentation des personnages « exotiques » est empreinte des clichés de l’époque (lèvres surdéveloppées et d’un rouge pétant pour les Noirs – Cirage en tête – mais aussi parfois pour certains Mexicains !). Je veux bien par contre reconnaître courage et relative originalité à Jijé, qui a donné l’un des deux rôles titres à un personnage noir – ce qui, pour le coup, était loin d’être évident à l’époque – et c’est la seule note de modernité que j’ai pu repérer (même si c’est clairement Blondin qui fait preuve de davantage de sagesse, de réflexion, Cirage ayant quelques accointances avec le tirailleur sénégalais Banania). Car pour le reste, c’est plus une lecture « sociologique » (pour qui est curieux de connaître les goûts d’une époque révolue), de curiosité, mais hélas ce n’est pas le genre de série que je me vois relire, voire même conseiller à la lecture : les jeunes « d’aujourd’hui » auront du mal à s’y intéresser.

20/08/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Ces 2 amis inséparables, Blondin le blond effacé et réfléchi, et Cirage le Noir vif et malicieux, sont crées en 1939 dans l'hebdo catholique Petits Belges par Jijé . En 1947, les 2 copains se retrouvent dans le journal Spirou sous le crayon de Victor Hubinon avant de réapparaître à nouveau sous celui de Jijé de 1951 à 1955. Avec ce genre de bande, c'est toujours pareil, on est encore dans de la Bd typée années 50 avec des aventures dans la tradition du roman populaire, rythmées par des péripéties à travers le monde, empreintes de drôlerie, souvent sans grande vraisemblance, mais dont la naïveté fait aujourd'hui le charme des bandes de cette époque, un peu comme Quick et Flupke. Sorte de démarquage d'un autre duo d'aventures exotiques (Spirou et Fantasio), "Blondin et Cirage" ont fait la joie de nombreux lecteurs d'après-guerre, et d'ailleurs, les originaux de leurs albums, assez rares à trouver, atteignent des prix élevés. Mais cet esprit très boy-scout et ce type d'humour, je n'en suis pas friand, ça n'est plus passionnant aujourd'hui comme ça pouvait l'être à l'époque, même pour un gars de ma génération, aussi je doute qu'un jeune actuel puisse en lire sans ennui ; d'autant plus que le dessin au début, était comme chez Hergé, plutôt minimaliste et peu joli, puis au fil des récits, il a gagné en maturité. Ceci dit, je reconnais que ça fait partie du patrimoine BD.

24/11/2013 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

J'avais envie de lire du 'Blondin et Cirage' depuis longtemps et c'est finalement chose faite grâce à la collection 'Tout Jijé' qui m'a permis de lire les albums parus chez Dupuis. Cette série devait être audacieuse pour l'époque car il met en scène un noir qui est l'égal d'un blanc. D'ailleurs, je dois dire que Cirage est mon personnage préféré dans la série. J'aime bien son comportement et il me semble faire parfois preuve de cynisme, mais peut-être que je vois ça parce que je lis ses histoires avec un regard d'adulte. Le dessin de Jijé est sans faute et je crois que je préfère son style humoristique à son style réaliste. Il est plus dynamique et me donne envie de lire l'histoire. Les récits sont un peu naïfs et parfois il y a visiblement de l'improvisation dans le scénario (notamment dans l'histoire des soucoupes volantes). Malgré tout, j'ai bien aimé ma lecture car Jijé fait preuve de beaucoup d'imagination et il n'y a pas de temps mort. À lire si on aime les bonnes vieilles séries.

24/03/2012 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Nos deux amis font leur première apparition dans l'hebdo "Petit Belges" n° 29 du 16 Juillet 1939. Ils termineront leur carrière dans l'hebdo Spirou n° 1339 du 12 Décembre 1963. Blondin et Cirage ?... Un duo -que tout oppose- imaginé par le grand Jijé. Blondin a les cheveux très clairs, ondulés. Une sorte de boy-scout qui représente le "petit garçon sage et malin" comme on souhaitait en avoir en cette toute fin des années 30. Cirage ?... C'est le "petit Noir comique", débrouillard, un peu "déconnant" pour l'époque, qui contrebalance le personnage "petit-garçon-bien-élevé-catholique" de Blondin. En cette année 1939, le magazine catholique "Petits Belges" -comme beaucoup d'autres d'ailleurs- publie de la BD. Oh !... pas n'importe quelle BD ! Ce seront des héros bien sages, bien "comme il faut", qui vivront des aventures où sang, bagarres, sexe, grossièreté, jurons, anti-catholicisme éventuel seront directement bannis. Sollicité, Jijé (Joseph Gillain) se met au travail. Mais en 1942, la série disparaît déjà de ce magazine édité sous la responsabilité de religieuses. Ces dernières estiment que les dessins "dissipent les enfants". En 1947, nos deux compères réapparaissent dans l'hebdo Spirou. Leur graphisme est repris par Victor Hubinon (pour l'album n° 4). Jijé se trouve alors aux Etats-Unis et ne reprendra cette série qu'en 1951. Ils repartent -en 1951- pour des aventures hebdomadaires ponctuées par une série de cinq albums, tous réalisés sous la houlette de Jijé. Blondin et Cirage vont ainsi vivre des aventures rondement menées où se mêlent exotisme, milieu du cinéma, science-fiction même... Accaparé par d'autres séries, surtout absorbé par Jerry Spring Jijé va abandonner ses héros -définitivement- en 1963, ce malgré plusieurs sollicitations de l'éditeur. Blondin et Cirage ?.... A y faire bien attention, on pourrait les comparer -un peu- à Tintin et Haddock, ou au Schtroumph à Lunettes et au Schtroumph Gaffeur. L'un n'est pas grand chose sans l'autre... A noter : - Les albums 1, 2 et 3 sont parus (originellement) chez l'éditeur Averbode. Il s'agit de grands formats, brochés, de type "à l'italienne". - Les éditions originales des albums 4 à 9, parues chez Dupuis entre 1951 et 1956, sont également brochées. Blondin et Cirage auront l'honneur de rééditions ; ces dernières sous forme d'albums cartonnés. Les "petits +" - Un récit mettant en scène Trinet et Trinette, deux autres personnages créés par Jijé, et parus dans Spirou en 1941, a vu sa parution s'arrêter après une dizaine de planches. Plus tard, Jijé en a réutilisé le scénario pour l'album 5 de Blondin et Cirage ("Kamiliola", paru en 1954). - A l'époque, les planches dessinées (en noir et blanc) étaient photographiées. Les photos, prises bout à bout, formaient ainsi un "film" de l'album. Les films de l'opus n° 4 ont été détruits dans un incendie chez Dupuis. Vu l'impossibilité de le rééditer, l'Edition Originalle est devenue une sacrée rareté. Et sa valeur actuelle, qui ne fera qu'augmenter au fil des années, est assez importante. In fine : "Blondin et Cirage" ?... Un sacré duo, reflet d'une certaine idée de la BD "bien pensante" des années 40. Mais c'est tout bon quand même !... L'auteur : Joseph Gillain -dit Jijé-, dessinateur-scénariste belge, est né à Gedinne le 13 Janvier 1914. Il décède en France, à Versailles, le 20 Juin 1980. Une des plus grands pointures de la BD d'après-guerre. Je vous en parlerai dans "Jerry Spring ".

12/09/2006 (modifier)