Tengiz

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 8 avis)

Asie Centrale : la capitale des Trois Contrées est le théâtre d'une bataille épique. Tengiz, devenu roi contre la volonté de tous, retarde l'échéance fatale.


Asie Centrale Emmanuel Proust Éditions

Asie Centrale : la capitale des Trois Contrées est le théâtre d'une bataille épique. Tengiz, devenu roi contre la volonté de tous, retarde l'échéance fatale. Initié par les moines, il en appelle aux forces surnaturelles... en dépend la survie de son monde. Cette trilogie fantastique et initiatique inspirée des films du cinéaste japonais Akira Kurosawa (Kagemusha) donne à réfléchir sur le pouvoir et la vie.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2006
Statut histoire Série terminée 3 tomes parus
Couverture de la série Tengiz
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

07/09/2006 | Ro
Modifier


Par Spooky
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Je connaissais jusqu'ici les séries "jeunesse" dessinées par Aurélien Morinière ; à côté de ses détournements de contes, il a aussi une production adulte très réfléchie, et "Tengiz" semble, pour le moment du moins, être sa série la plus aboutie. Et visuellement c'est vraiment très très bon. Il a un sens du cadrage et de la mise en scène tout à fait remarquables. Ce qui m'a plu aussi, ce sont les ambiances. Sur les séries adultes, c'est lui qui réalise ses couleurs. Les ambiances sont ainsi très réussies, plus proches certainement de ce qu'il veut rendre, par rapport au travail de Svart par exemple (sans minimiser la qualité des couleurs de ce dernier sur les séries jeunesse de Morinière). A ce titre on remarque d'ailleurs une évolution entre les deux premiers tomes, le second étant dans des tons plus clairs, plus lumineux que pour le premier. Cette évolution n'est pas gênante, au contraire. Un petit regret cependant, je trouve que les 5 ou 6 personnages principaux ont un peu la même tête. Pas trop grave, mais comme ils veulent tous se réduire mutuellement en bouillie (via leurs armées respectives) et qu'ils sont tous princes, ce n'est pas toujours évident de deviner qui est en train de parler. Quant à l'histoire, ce récit de lutte pour le pouvoir fait pour moi partie des classiques de la bande dessinée. A partir d'une querelle de princes, Tarek nous livre une excellente réflexion sur le pouvoir et ses conséquences. Curieusement cette fois-ci, le pouvoir ne s'exerce pas sur les femmes, alors que souvent elles apparaissent, même dans des rôles peu reluisants, dans ce type d'histoire. Ici seule une mercenaire apparaît par moments, mais mise à part une scène d'action, elle ne sert pas à grand-chose. Dans le tome 3 une jeune fille rousse, mais là encore son rôle est réduit. Une série de grande qualité, celle qui fait entrer Morinière parmi les meilleurs dessinateurs de son époque, grâce à un scénario intéressant de Tarek. La fin laisse augurer une seconde trilogie, mais je ne sais pas si nous lirons un jour les aventures de Tamara... J'aimerais bien revoir Mariushka et la rousse quelques années plus tard...

18/06/2009 (MAJ le 03/10/2010) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Tengiz est l'histoire d'un roi poète et d'une vaste terre où vivaient en harmonie des peuples différents. Hélas, la paix est menacée par une invasion nomade. J'ai été également séduit par la qualité du dessin. Il est précis, soigné et fluide : tout ce que j'aime ! Il y a également ce côté réaliste qui donne de la crédibilité à l'ensemble. Le scénario est captivant sans être véritablement révolutionnaire. Je crois que l'essentiel est le fait que l'histoire soit bien maîtrisée par son auteur ce qui est heureusement le cas pour notre plus grand bonheur dans le premier tome ... Pour autant, la lecture du second tome qui glissait vers le fantastique m'a un peu déçu. Le 3ème a confirmé cette impression comme s'il y avait eu une espèce de trahison. Oui, on a véritablement glissé d'une réalité historique teintée de magie à la pure héroïc fantasy. Le combat avec le dragon n'est pas nouveau. Même les steppes d'Asie centrale paraissent lointaines ... Renouvellement de l'histoire pour certains, déception pour d'autres: je me situe au milieu.

16/02/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Après la lecture du premier tome. Quelle claque visuelle !!! Malgré les traits parfois gras, le dessin est sublimé par des couleurs douces et superbement travaillées. Un vrai régal pour les yeux. Le scénario est assez conventionnel mais très bien pensé. Il ne manque pas de rythme ni d'action. La touche fantastique apporte un plus indéniable et une fantaisie dans une histoire de type historique asiatique. J'achèterai certainement les 3 tomes. Cette première impression devrait se confirmer, je mettrai à jour l'avis dès que la lecture du triptyque serait effective.

09/05/2008 (modifier)
Par ManuB
Note: 3/5

Malgré la couverture du 1er tome qui me semblait des plus austère, la force qui se dégage du guerrier donne le ton de cette trilogie. Tarek nous emmène dans une atmosphère médiévale fantastique au cœur de l’Asie centrale. Nous allons suivre un retour sur le court règne du roi des Trois Contrées, Tengiz II, alors qu’il se meure dans sa citadelle sous les feux de l’ennemi. Le récit entièrement basé sur la guerre entre la famille royale et le clan rival ne fait pas du tout dans l’originalité : alliances, traîtrises, immenses batailles. Mais il se dégage de cette série une ambiance très réussie et l’ensemble est très bien raconté même s’il faut faire preuve d’une lecture assidue pour ne pas se mélanger entre les différents personnages. La touche fantastique apporte un intérêt supplémentaire et l’alternance entre scènes de batailles et élaboration de plans est bien dosée. On connaît le déroulement des évènements et le destin inéluctable des personnages avant de les avoir lu, mais ce choix de l’auteur est parfaitement assumé et ne gâche finalement pas la lecture. Graphiquement, le travail effectué sur les personnages est de qualité. Les visages sont parfaitement dessinés même s’il est parfois difficile de reconnaître untel ou untel. Les habits, armures, armes sont également parfaitement maîtrisés et donne parfaitement le ton médiéval et asiatique de cette série. Pour ce qui est des décors, on peut dire qu’ils sont beaux mais principalement grâce à une mise en couleur très bien utilisée car ils auraient tendance à manquer de détails. Enfin, quelques planches représentant de grandes scènes de batailles sont vraiment très belles et impressionnantes. Malgré son manque d’originalité, cette série est très agréable à lire et pourrait même s’avérer indispensable, selon la qualité du dernier tome, pour tous ceux qui apprécient ce genre d’univers asiatique médiéval fantastique.

06/11/2007 (modifier)
Par Manuel
Note: 3/5

Au temps des samouraïs, le jeune roi poète, Tengiz, se doit de conserver la paix face à des peuples nomades croyant une prophétie bien macabre. Le scénar est pas mal, loin d'être d'une grande originalité, il n'en demeure pas moins que ça se tient. La première lecture s'avère assez difficile (peut être parce que je l'ai lu sans trop d'attention). Les dessins propres se focalisent surtout sur les personnages, les expressions du visage, j'apprécie. A contrario les détails dans les arrières plans, paysages sont moins soignés, mais bon. Les couleurs très contrastées avec beaucoup de dégradés donnent un style à la bd. C'est un peu spécial au départ, mais pourquoi pas. Le découpage et les textes sont très corrects, assez conventionnels pour les découpages. Bonne bd, avec de bons dessins à suivre (je réviserai la note à la hausse j'espère). Conseillée à tout le monde, plutôt orientée sur le médiéval oriental.

19/06/2007 (modifier)
Par klechko
Note: 4/5

Le fantasy-médiéval asiatique est décidément bien à la mode ces temps derniers ! Je dois dire que je n'ai pas acheté cet album grâce à la beauté de sa couverture qui me rebutait un peu de prime abord, et ce n'est qu'en feuilletant ce livre que je suis resté admiratif en visionnant les dessins (les dessins de Mornière sont très beaux) et les couleurs qui bien que travaillées par informatique sont remarquables (il faut le souligner car ce n’est pas toujours le cas). Ensuite je me suis dit qu’avec Tarek au scénario ce ne pouvait être qu’un gage de qualité suite à sa participation dans Le Tsar Fou et Sir Arthur Benton. Au final, pas de mauvaise surprise (bien au contraire), puisque Tarek nous concocte ici un scénario sur un terrain ou il excelle (tout en changeant de décors) dans lequel se mêlent luttes d’intérêts, manipulations politiques et bien sûr des batailles. Un très bon premier tome, graphiquement beau et très bien conté.

08/09/2006 (modifier)
Par Chelmi
Note: 3/5

"Tengiz", le roi poète… Tarek, nous raconte une histoire d’heroic-fantasy, se déroulant dans les steppes d’Asie. Le scénar met en scène une lutte de pouvoir. Tengiz est devenu roi à la mort de son père, mais ses deux frères veulent lui ravir sa place, de plus le clan rival de cette famille veut lui aussi conquérir le trône en profitant de la faiblesse du jeune roi. Ajouter à ça quelques combats épiques, une dose de magie et sous poudrer le tout de trahison et d’opportunisme, est vous obtenez un récit plutôt sympathique mais assez complexe malgré la simplicité de la trame de fond. J’ai été pas mal déstabilisé avec l’avalanche de noms propres et j’ai eu quelques difficultés à identifier tous les protagonistes même avec la généalogie des pages de gardes. Pour moi, une relecture s’impose pour tout assimiler malgré mes fréquents retours en arrière (et j’aime pas ça, revenir en arrière). Il y a un autre point qui m’a déplu, c’est la fatalité de l’histoire. Mais c’est un choix assumé par l’auteur car il l’écrit noir sur blanc à plusieurs reprises, l’échéance est inéluctable, le règne d'un descendant de Güldomir durera 101 jours (Ce n’est pas un spoiler c’est écrit dans la première case de l’album). Mais peut être nous réserve-t-on un pied de nez pour la fin ? Les dessins et les couleurs de Morinière sont vraiment jolis. Je dirai que c’est un style semi réaliste. Les visages des personnages sont bien expressifs (peu être un peu trop grimaçant quelques fois). Les costumes sont bien dessinés, on s’y croirait. Les décors, les architectures et les paysages sont parfaits. Mis à part l’avant dernière case de l’album, on dirait que la ville fortifiée est en suspension au dessus de la prairie, la base est trop rectiligne. Ça m’a choqué car ce n’est vraiment pas le cas dans le reste de la BD. J’aime bien ses couleurs info, elles collent au dessin sans tomber dans l’esbroufe ou la facilité. Belle couverture, en mate façon EP, c’est très chouette.

08/09/2006 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Dans un royaume imaginaire quelque part entre la Mongolie et le Tibet, Tengiz est l'histoire d'un conflit de pouvoirs pour l'héritage d'un empire. Dans ce décor asiatique original, nous retrouvons toute la trame d'une oeuvre de fantasy, avec une prophétie, quelques créatures fantastiques et bien sûr des pouvoirs surnaturels à l'appui. Le dessin d'Aurélien Morinière est bon, rien à redire. Ses personnages sont les plus réussis, faisant face à des décors parfois un peu économes mais d'autres fois travaillés et sans reproche. Souvent réticent à la colorisation informatique, j'avoue être passé outre sur cette BD où son aspect artificiel est tout de même très visible en premier aperçu. Je suis passé outre car la palette chromatique est choisie avec goût et donne un véritable cachet aux planches. Je trouve cependant que cette colorisation uniforme tend à aplatir les dessins, leur faisant manquer de la profondeur que ces paysages montagneux auraient mérité. L'histoire est relativement facile à résumer : trois descendants d'un empereur décédé se déclarent la guerre en quête du pouvoir, conflit auquel il faut ajouter deux autres clans puissants de guerriers bien décidés à prendre eux aussi le pouvoir. Les noms, relations et statuts de chacun sont heureusement résumés dans une généalogie présentée sur les pages de garde, permettant de s'y retrouver. Ce conflit est traité sans fioriture. Là où le discours ne suffit plus, les protagonistes choisissent la voie du conflit militaire. Cela nous donne donc droit, dans ce premier tome, à des oppositions d'armées et des batailles qui ne sont pas sans rappeler parfois celles des Chroniques de la lune noire ou du Seigneur des Anneaux, avec un peu moins d'exubérance toutefois. La trame de l'histoire est donc simple et sans réelle surprise, mais elle est racontée avec fluidité et de manière à captiver le lecteur. Un récit épique dans un décor asiatique original, plaisant, bien raconté et joliment mis en image.

07/09/2006 (modifier)