Cour royale

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 3 avis)

Dans l'intimité de Louis XIV...


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières L'Histoire pour de rire ! Versailles

Où l'on voit à Versailles, comment les laborieuses ardeurs du perruquier Trouillon à gagner rang et fortune à sa fille Marion, se heurtent aux funestes desseins d'un destin malévole. Qui se tapera Marion à la fin ? Cela se sait en se laissant transporter par les palpitantes péripéties de Cour Royale. Un narre illustré vraiment royal.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Novembre 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Cour royale
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

12/03/2006 | Spooky
Modifier


Par canarde
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Tout simplement drôle ! Le scénario est bien goupillé, l'époque du roi soleil bien traduite, dans sa démesure, son ridicule, son obséquiosité. Mais les deux principales qualités résident dans la langue utilisée et l'habileté du dessin. Truculence des dialogues épicée par une langue du XVIIème siècle quelque peu imaginaire (comme la langue d'Agrippine imaginée par Claire Brétecher aujourd'hui, ou plus proche (aussi par le trait): celle du landais volant de Dumontheuil). Les noms des personnages rappellent l'humour d'Arleston dans ses trolls, c'est-à-dire pas bégueule, un peu gras mais ça glisse d'autant mieux ! Le contraste ménagé par le dessin entre les deux jeunes premiers (la belle et le grand costaud, pas très volubile) d'un coté et le reste de la cour de l'autre : ramassis de rondouillards emperruqués, et de damoiselles poudrées aux visages cadavériques, rappelle la caricature à la Uderzo, (dans le grand fossé par exemple) mais avec un souci plus juste des couleurs, et même des valeurs (ombres et lumières). Les excentricités de la cour sont mises en valeur dans un décors, certes simplifié, mais dans lequel on ressent très bien la richesse forcenée (cf les carrosses) L'humour, la caricature mais aussi une certaine fidélité historique donnent à cet album un caractère franchement sympathique ; j'en conseille chaleureusement la lecture. Un petit exemple de la langue du roi expliquant son souhait qu'on lui invente une chaise à porteur percée : "En cas de forte intempérie des entrailles, il doit être grisant de les soulager en pleine locomotion !"

06/05/2017 (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pierig

Je crois que c’est typiquement le genre d’album qu’on aime ou qu’on déteste. Je peux comprendre qu’il ait de quoi horripiler par le phrasé de l’époque. Moi je le trouve délicieux et bien marrant par moment. C’est très grandguignolesque et j’imagine assez proche de l’atmosphère d’une cour royale du roi soleil. Les animosités et luttes de pouvoirs et d’influences se font jour. Les desseins sont pourtant différents : rester le perruquier attitré pour les uns, rester la maitresse royale pour les autres. Et tout ce microcosme se met en branle en conspirant autour du roi qui semble étranger à tout cela. Allez, un petit tour en toboggan pour se remettre les idées en place. :) On accroche ou pas, question de sensibilité . . . à vous de voir !

03/11/2008 (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Bon, c'est décidé, je suis allergique à l'humour de Martin Veyron. Ici, c'est encore une fois du m'as-tu-vu style Louis XIV. A coups de dialogues ampoulés, d'expressions typiques, on se retrouve dans un récit un peu confus, complètement inintéressant au bout de 10 pages. L'intrigue est complètement diluée dans les considérations courtisanes et donc vaines. Bref, ça saoûle assez vite. Reste le dessin de Rochette, sympathique mais sans plus, alourdi par des couleurs en aplats et sans nuances.

12/03/2006 (modifier)