C'était le bonheur

Note: 2.2/5
(2.2/5 pour 5 avis)

Petites histoires courtes sur le couple et la débâcle des couples.


Blutch

Petites histoires courtes sur le couple et la débâcle des couples. Voici l'un des auteurs les plus originaux et importants de la bande dessinée actuelle, et voilà que pour inaugurer la renaissance de Futuropolis, Blutch propose un livre de chroniques douces-amères, de petites histoires sur les incertitudes humaines. C’était le bonheur n’est pas une autobiographie, mais, si on peut dire que rien n’est vrai, en revanche tout est exact. L’aurez-vous compris ? Le premier titre de Blutch chez Futuropolis n'est pas un récit de bande dessinée ! "Dans C’était le bonheur, je tente de décrire, à travers de courtes scènes, des historiettes ou des dessins uniques, la débâcle du couple, l’implosion de la famille, la dérive des continents qui en résulte. Papa, maman, enfants perdus dans l’espace. C’est un état des lieux que j’ai voulu ironique, aigre, parfois même angoissant et, je l’espère, drôle aussi."

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série C'était le bonheur
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

06/03/2006 | Gillix
Modifier


Par cac
Note: 2/5

Oui graphiquement c'est beau, enfin moi j'aime bien même si je comprends qu'on puisse ne pas apprécier ce style un peu trop crayonné, pas fini si on veut. L'objet en lui-même est également de très bonne qualité, couverture cartonnée épaisse, beau papier. Mais 160 pages dont je ne retiens quasiment rien après l'avoir lu hier soir. C'est assez vide, je m'attendais à quelque chose dans l'esprit de la série Le Petit Christian, il n'en est rien. Il s'agit plus d'une sorte de concept expérimental au niveau de la forme et du graphisme avec certaines planches qui ne contiennent que quelques coups de crayon qu'une vraie histoire avec un début, un développement et une fin. C'est ponctué de quelques séquences plus développées, mais le tout reste trop clairsemé pour en conseiller l'achat.

18/06/2011 (modifier)
Par PAco
Note: 2/5
L'avatar du posteur PAco

C'est le 2e album de Blutch que je lis, et après Peplum, c'est à nouveau une certaine déception qui domine. J'avais pourtant été saisi par son exposition à Angoulême en ce début d'année, même si le caractère dérangeant de celle-ci était assez prégnant. Et là, j'ai retrouvé cette puissance d'évocation des thèmes qui lui tiennent à cœur et qui ont du marquer son existence (quête du bonheur, enfance, sexualité, fétichisme à certains égards, etc...). Mais ce que j'ai trouvé dommage c'est que tout cela soit évoqué sans être véritablement construit autour d'un récit ou d'un fil conducteur. On est plus dans l'enchaînement de courtes scènes plus ou moins bien dessinées. Si Blutch est très fort pour saisir un mouvement ou une expression dans un rapide croquis, je trouve dommage qu'une fois cette impression captée il ne la travaille pas davantage lors de sa mise en album. Surtout qu'il en est complètement capable, au vu de l'exposition que j'ai pu découvrir cette année. Ce n'est donc pas encore avec cet album que Blutch aura su me convaincre. J'avance tout de même dans la perception plus globale de son œuvre et je ne désespère pas de trouver enfin l'album qui saura me convaincre de ce talent encensé. A suivre, donc...

30/10/2010 (modifier)
Par Ems
Note: 2/5

Très bel ouvrage au niveau du contenant mais au contenu assez vide. Ca se lit très vite car c'est très aéré. J'ai eu l'impression de visionner un cahier de recherches graphiques. Avec ce genre de dessins, j'attends plus du scénario. Je n'ai pas du tout été touché ni intéressé par ces petites histoires, l'ensemble m'ayant paru décousu. Il en faut pour tous les goûts, ce genre de BD me dépasse et ne répond pas à mes attentes.

22/04/2008 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Me connaissant, je partais dans l'idée que je n'allais pas aimer cet album : je n'aime pas particulièrement le dessin de Blutch, je suis très peu réceptif au genre roman graphique et je suis aussi sensible qu'une poêle à frire quand on me parle sentiments et poésie. Pourquoi est-ce que je continue à lire des BDs de Blutch alors qu'aucune ne m'a plu jusqu'à présent ? Simplement parce que je ne désespère pas d'être un jour convaincu comme beaucoup semble l'être par cet auteur et aussi car je fais assez confiance à Futuropolis pour publier de bonnes BDs. Mais ce n'est pas encore avec cet album que je serais charmé. Bon, ce na vient pas vraiment le dessin. Je dois admettre que Blutch réussit à donner un dynamisme original et une belle expressivité à ses personnages. Il a un certain talent. Mais pour autant, je persiste à trouver un goût d'inachevé à ses dessins et je n'aime pas l'aspect crayonné. Cet aspect crayonné va jusqu'à atteindre l'aspect gribouillis pour moi par moment, voire gribouillis pas très déchiffrable sur certaines planches. Bref, un ressenti en demi-teinte pour moi au niveau graphique. C'est plus au niveau de l'émotion dégagée par ses petites histoires courtes que j'ai été touché. Les thèmes abordés dans cette BD sont l'enfance d'une part et les sentiments amoureux entre adultes d'autre part, les deux étant souvent intimement liés. Les histoires prennent souvent à mes yeux la forme de petits haikus, passages poétiques représentant une émotion, un moment, une situation. Certaines histoires ont une fin humoristique et celles-là m'ont plutôt fait rire. D'autres histoires me sont un peu plus hermétiques, émotionnellement parlant, mais j'en capte à peu près l'idée. Certaines de ces histoires m'ont assez fait sourire voire m'ont paru pleines de bon sens (et d'un peu de cruauté par moment aussi) mais la majorité m'ont quand même laissé froid et indifférent. Tout n'est pas exceptionnel dans cet album, mais je trouve que les émotions sont assez bien distillées et certaines images, certaines situations sont touchantes ou amusantes. Ce n'est pas le genre de BD que j'achèterais, notamment à cause du dessin que je n'aime pas mais aussi à cause du prix élevé, mais je n'en déconseille pas la lecture, et je suis sûr que les amateurs de Blutch adoreront. En ce qui me concerne, je ne suis pas touché par cet art, ni par ce dessin.

29/08/2006 (MAJ le 01/11/2007) (modifier)
Par Gillix
Note: 3/5

D'emblée, je vous préviens de ne pas vous fier à ma notation, pour les raisons que je vais tenter de vous expliquer. Voilà : J'aime le travail de Blutch, et c'est relativement fébrilement que j'attendais sa nouvelle livraison, qui plus est chez Futuropolis "nouvelle époque". J'ai aimé Mitchum, adoré Peplum, Blotch, Mish Mash, etc... Et bien je dois dire que ce coup-ci. il me laisse pantois, perplexe. Que penser de cet album ? Franchement, je ne sais pas! Par moment, il m'a envoûté, avec son trait si caractéristique, son sens si particulier de conteur en peu d'images. A d'autres moments, je me suis demandé pourquoi je continuai la lecture! Le livre n'a pas de fil conducteur évident (j'en devine bien un caché derrière tout ça, mais bon). De temps à autre une phrase, un citation ou un dialogue se présente seul sur une page, parfois en rapport avec les images, d'autres fois non (enfin, il me semble). Blutch n'avait jamais réussi à me larguer dans Mitchum, mais là, il a réussi, et plus d'une fois! Alors, oui, il fait un essai intéressant sur ces moments fugaces d'une journée qui ont été le bonheur. Le bonheur d'être amoureux, comme celui d'être triste, mélancolique, empoisonnant... Mais pour aller où ? D'ailleurs, avons-nous vraiment besoin d'aller quelque part avec ce livre ? A tel point que je ne peux pas en conseiller l'achat, en effet, c'est à vous de voir...

06/03/2006 (modifier)