Hicksville

Note: 3.6/5
(3.6/5 pour 10 avis)

Dylan Horrocks mélange plusieurs histoires, plusieurs styles graphiques en un puzzle étonnant et déroutant au début mais qui nous captive et nous emmène vers un dénouement surprenant.


Comix Drawn & Quarterly Journalistes Océanie Profession : bédéiste

Un journaliste travaillant pour un périodique américain spécialisé dans les comics arrive à Hicksville, en Nouvelle-Zélande, le village natal de Dick Burger. Son but est de recueillir des informations afin d'écrire un livre sur le plus grand dessinateur de comics du moment. Petit à petit il va se rendre compte que Hicksville n'est pas un village comme les autres, tout le monde à l'air de connaître intimement le monde des comics. De plus un mystère semble tourner autour de Dick Burger, personne ne veut en parler et certains habitants son carrément hostiles. Finalement, le voile est levé et l'on découvre le sacrilège commis par Dick Burger...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 2001
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Hicksville
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

01/03/2002 | petit pere jules
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai eu un peu de mal à entrer dans cette histoire, qui me paraissait de prime abord alambiquée et trop obscure. Mais j’ai insisté et finalement bien apprécié ma lecture, malgré mon relatif manque de culture – voire d’intérêt – pour les super-héros américains types DC ou Marvel. Je vous encourage donc à passer outre ce début peut-être un peu trop ardu, la suite en vaut la peine. Il faut dire que cet album se révèle foisonnant, balayant plusieurs thématiques, mixant des univers et des tons très différents. On oscille ainsi entre un roman graphique de l’autre bout du monde, en Nouvelle Zélande, une déclaration d’amour aux grands auteurs des comics US, mais aussi une vision très corrosive du milieu de ces mêmes auteurs, et enfin une réflexion sur la gloire, la lutte entre création et exploitation d’un filon, etc. Le village de Hicksville est en lui-même une sorte de personnage, avec ses improbables réserves de comics, et ses habitants tous à un degré ou un autre concernés par un auteur de venu star du genre. C’est assez riche et éclectique donc. Et parfois trop long. Je pense que l’auteur aurait pu faire l’économie de quelques pages. Mais cela se laisse quand même lire agréablement – même s’il faut prévoir un certain temps, c’est dense. Lecture recommandée donc, et pas seulement pour les amateurs de comics. Note réelle 3,5/5. PS: je préfère la couverture de l'édition de L'Association (qui amène davantage vers la rêverie, une certaine poésie des lointains) que celle de la réédition de Casterman.

01/07/2019 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Il m'aura fallu deux soirées pour lire et digérer ce pavé. Globalement je suis satisfait de ma lecture mais cette BD est loin d'être culte à mes yeux. Le dessin est correct mais par moment j'ai vraiment eu du mal à différencier les personnages, les visages manquent notamment de personnalité. Ensuite le scénario : il est bien construit mais l'intrigue aurait pu tenir sur 2 fois moins de pages et offrir une lecture plus digeste. Au final je suis partagé car le résultat aurait pu être supérieur.

12/03/2009 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Prenant et atypique, voilà les deux mots qui me viennent à l’esprit. Prenant parce que j’ai lu l’histoire d’un bloc, sans me forcer, avec beaucoup de plaisir. Je tiens à préciser que si le thème principal est la BD de super-héros américaine, il n’est absolument pas nécessaire de s’y connaître pour apprécier « Hicksville » à sa juste valeur. Atypique ensuite de par le sujet abordé (une pseudo-intrigue autour de l’auteur sur lequel notre journaliste enquête), la façon dont le sujet est traité (un patchwork de différents styles narratifs et graphiques), et enfin de par l’ambiance fantaisiste qui s’installe dans ce mystérieux village où tout semble lié à la bande-dessinée. Il se dégage un parfum un peu absurde, voire onirique, ce qui n’est pas pour me déplaire. Bref, j’ai trouvé ce bouquin à la fois original et prenant, et j’ai passé un excellent moment de lecture.

11/04/2006 (modifier)
Par Thierry T
Note: 3/5

Bon. j'ai fait ce qu'on m'a dit, je me suis précipité... Résultat : un peu déçu. Certes, c'est original, bien ficelé, tout ce qu'on veut mais, bon, bof, c'est pas non plus un chef-d'oeuvre. J'ai adoré l'ambiance du premier tiers, par contre pour la suite, il faut se forcer un peu, jusqu'à la fin qui... est un peu prévisible, non? Une bd sur la bd ? J'ai préféré l'Art Invisible, plus surprenant.

24/10/2003 (modifier)
Par JBT900
Note: 4/5

Quelle BD hors normes! Le format (plus de 200 planches), les histoires qui se mêlent et avec elles les points de vue narratifs, mais aussi les références à la culture du comics font de Hicksville un pavé vraiment à part dans la production BD. J'avoue que les premières pages sont assez obscures, dans le sens qu'on ne sait vraiment pas vers où on s'embarque. Mais c'est le lot habituel de toutes les histoires recelant une partie de mystère. Là où l'auteur fait fort c'est qu'il parvient à tout de suite nous intéresser, à capter l'attention du lecteur et qu'il réussit à nous attirer vers les personnages qu'il s'amuse à mettre les uns en face des autres. Et pourtant ce n'était pas un pari facile au vu de la structure narrative de cette BD… Le fond de l'histoire est toute bête mais présenté de façon ingénieuse, mêlant narration standard et flash-back alternés avec des scènes de comics servant de support à l'histoire. Dylan Horrocks réalise une véritable prouesse technique sur le plan de la narration, c'est incontestablement le point fort de cette BD. C'est un exercice difficile dont il se sort avec plus que les honneurs. Plus on progresse, plus le mystère s'épaissit mais paradoxalement plus la lecture devient aisée, agréable. Deuxième point : Hicksville est une véritable déclaration d'amour de Dylan Horrocks pour le monde des comics. Comme dans toute histoire d'amour, il y a le côté positif, la passion, l'adoration avec des références par dizaines à des auteurs réels de comics; mais il y a aussi le côté obscur de l'amour passion et les interrogations que pose l'auteur au sujet de ce monde là : ses méthodes, ses histoires de création, de pognon, de talent… Et bien entendu si Dylan Horrocks choisit le sujet qu'il adore, le comics, cette histoire peut très facilement se transposer à n'importe quel autre univers créatif, ciné, bouquin, poésie, etc… Pas besoin d'être un fan inconditionnel de comics pour apprécier Hicskville donc, pour ma part qui suis un béotien en la matière, j'ai appris beaucoup de choses avec cette BD, par l'histoire mais aussi par le glossaire joint à la fin, qui donne les noms et de très brèves (mais utiles) informations sur tel ou tel grand auteur de comics des années 50, 60, ainsi que sur les héros (Hulk, le surfer d'argent, etc…) Parlons un peu du point "faible" de Hicksville, et encore c'est un bien grand mot, mais à côté du scénario excellent, le faible s'apparente à du bon/très bon… Je veux parler ici du dessin… C'est du noir et blanc, sans fioritures, sans faute de goût et qui colle très bien à l'ambiance vraiment à part de cette BD. Les dessins en eux-mêmes ne sont pas révolutionnaires, les visages sont quasiment tous les mêmes, femmes ou hommes, vieux ou jeunes. Le trait est parfois gras, parfois moins, c'est assez irrégulier et le moyen côtoie le très bon. Mais c'est un dessin qui colle très bien à l'histoire mais aussi au décor, au fond du récit, et du coup qui passe bien. Au final une BD très réussie, plus de 200 planches pendant lesquelles on n'a pas le temps de s'ennuyer. Une BD qui réussit admirablement bien ce patchwork narratif. Il n'y a pas qu'un seul niveau de lecture, il y en a bien plus et à vrai dire, deux jours après la lecture d'Hicskville je suis certain d'en trouver d'autres plus tard. Cette BD parlera aux amoureux de BD, de comics, d'histoire humaine mais aussi de tout lecteur nanti d'un minimum d'esprit créatif.

17/03/2003 (modifier)
Par fourmi
Note: 4/5

Une BD étonnante, voila les premiers mots qui me viennent à l'esprit pour qualifier cet album. L'illustration est originale, varie selon l'histoire racontée (vous avez plusieurs choses dans cet album). j'ai plutôt bien apprécié. Un voyage au travers l'univers des comics américains intéressant, ponctuée d'une histoire légendaire, mystérieuse ... L'auteur nous debousole, nous affuble de petites histoires annexes qui nous entrainent sur de fausses pistes. Une histoire de la BD totalement originale !! Hicksville existe peut-être, renfermant le trésor que tout bédéphile rêve d'avoir ! Je vous conseille vraiment chaudement cet album :)

23/11/2002 (modifier)
Par fredgri
Note: 2/5

J’ai été un peu décontenancé par cet album mais au fond l'effet de surprise tombe assez vite. Les dessins sont vraiment quelconques, il ne reste que le ton de l'histoire qui est assez plaisant mais bon je ne trouve pas ça transcendant !

03/11/2002 (modifier)

Impressionnant. On ouvre cette BD en noir et blanc au dessin assez quelconque, on se plonge dedans presque par hasard et on en ressort étourdi. Quelle histoire simple mais envoûtante sur un auteur de comics mondialement célèbre provenant du bout du monde : Hicksville ou plutôt "X-Ville" tellement cette ville pourrait être n'importe laquelle. Précipitez vous achetez ce petit bijou.

12/10/2002 (modifier)
Par ArzaK
Note: 5/5

Mmmh... Faut pas exagérer, cela se lit très facilement quand même, on est loin de la bd de super-héros pure, c'est clair. Une bd d'un auteur qui s'interroge sur la bd, sur la création, le succès et la célébrité. Certains trouveront cela emmerdant, moi, j'ai trouvé l'exercice très passionnant et original.

21/05/2002 (modifier)

L'histoire est touffue et confuse. Je n'ai certainement pas les références nécessaires en comics américains pour apprécier pleinement cet ouvrage. Les dessins sommaires et les découpages m'ont dérouté. Après plusieurs essais de lecture, j'ai enfin réussi à le terminer. C'est à découvrir car c'est étonnant. L'idée est originale mais il faut s'armer de courage car on reconnaît difficilement les personnages qui sont méconnaissables à chaque case. Une fois entièrement lu l'album se révèle et les relations entre les personnages sont complexes et bien rendus. Pour les courageux fans de comics indépendants.

01/03/2002 (modifier)